Premier anniversaire du projet Quest de captage et de stockage du carbone

 

 

 

CALGARY, le 14 sept. 2016 /CNW/ - Au cours de sa première année d'exploitation, le projet Quest de captage et de stockage du carbone (CSC) a permis de capter et de stocker de façon sécuritaire un million de tonnes de CO2, avant la date prévue.

Quest est le premier projet de CSC appliqué à l'exploitation de sables bitumineux, et il a été rendu possible grâce à une étroite collaboration entre Shell, des partenaires en co-entreprise Chevron Canada Limited et Marathon Oil Canada Corporation, ainsi que les gouvernements de l'Alberta et du Canada.

« Le succès que nous remportons avec Quest démontre que les Canadiens sont à la pointe de la technologie en matière de captage et de stockage du carbone; nous montrons au reste du monde que nous pouvons trouver de véritables solutions au changement climatique, explique Zoe Yujnovich, vice-présidente directrice - sables bitumineux, chez Shell. Non seulement Quest capte et stocke les émissions de CO2 provenant de notre exploitation des sables bitumineux, mais cette technologie peut être appliquée à d'autres secteurs d'activité à l'échelle mondiale, afin de réduire considérablement leurs émissions de CO2. »

Le projet Quest a fonctionné mieux que prévu depuis son démarrage en novembre dernier en empêchant le CO2 de pénétrer dans l'atmosphère et en permettant de le stocker de façon sécuritaire à une grande profondeur. Sa technologie de captage et sa capacité de stockage ont permis au projet Quest de dépasser l'objectif fixé de capter un million de tonnes de CO2 par année, et moyennant un programme d'étude et de suivi minutieux, la géologie souterraine se révèle idéale pour le stockage à long terme du CO2.

Depuis le début, toute propriété intellectuelle ou donnée produite par le projet Quest est mise à la disposition du public, en collaboration avec les gouvernements de l'Alberta et du Canada, en vue d'abaisser les coûts du CSC et de favoriser l'utilisation de cette technologie à l'échelle mondiale. Cela signifie que d'autres peuvent utiliser les plans d'ingénierie détaillés, évalués à 100 millions de dollars canadiens, pour construire des installations de CSC.

« La politique de soutien du gouvernement s'est révélée cruciale au bon fonctionnement de Quest, et elle continuera de jouer un rôle essentiel dans l'élaboration de projets de CSC à l'échelle mondiale, ajoute Mme Yujnovich. De concert avec le gouvernement, nous transmettons les leçons tirées du projet Quest pour abaisser globalement les coûts futurs de CSC. Si nous devions construire à nouveau les installations du projet Quest aujourd'hui, nous sommes d'avis que les frais de construction et d'exploitation seraient de 20 % à 30 % moins élevés en raison de divers facteurs, dont une meilleure productivité du capital et un contexte de coûts moins élevés. »

L'une des leçons tirées est qu'il est possible de réaliser d'importantes économies en partageant le transport et les installations de stockage. Par exemple, il serait possible de relier une autre installation de captage au pipeline existant de Quest pour le stockage de CO2. Par ailleurs, les frais d'exploitation de Quest se chiffrent à 30 % de moins que prévu, essentiellement en raison des économies réalisées sur le plan des frais fixes et de l'efficacité énergétique.

« Notre province a fait ses preuves en matière d'innovation et de savoir-faire dans les secteurs pétrolier et gazier, déclare Marg McCuaig-Boyd, ministre de l'Énergie de l'Alberta. Depuis plus de 100 ans, les Albertains attirent les regards du monde entier en concevant des façons améliorées, plus sécuritaires et plus responsables de mettre en valeur leurs ressources naturelles. Félicitations à tous les gens de Quest, dont le travail acharné a fait de ce projet une réussite, et aux milliers d'Albertains qui travaillent à assurer la pérennité de notre secteur énergétique. »

« Le gouvernement du Canada félicite Shell et tous les partenaires qui participent au projet. Ce jalon important constitue une nouvelle preuve que le Canada demeure un chef de file dans le domaine du captage et du stockage du carbone, indique l'honorable Jim Carr, ministre des Ressources naturelles du Canada. En conjuguant nos efforts et en partageant la même vision pour l'avenir, nous obtenons de formidables résultats qui assureront la croissance du secteur des énergies propres, et favoriseront un environnement durable et une économie forte. »

Quest a été mis sur pied pour le compte des partenaires de coentreprise du projet d'exploitation des sables bitumineux de l'Athabasca, soit Shell Canada Énergie (60 %), Chevron Canada Limited (20 %) et Marathon Oil Canada Corporation (20 %), grâce au solide appui financier des gouvernements de l'Alberta et du Canada qui y ont consacré respectivement 745 millions de dollars canadiens et 120 millions de dollars canadiens.

Remarques pour les rédacteurs en chef

  •  Il existe mondialement 15 projets de CSC de grande envergure et sept autres sont en préparation (soit une capacité totale de captage de CO2 pour les 22 projets d'environ 40 millions de tonnes par année). Quatre de ces projets de CSC à grande échelle sont situés au Canada. Source : Global CCS Institute
  •  La technologie de CSC peut être appliquée à un vaste éventail de secteurs, notamment la production d'acier, de ciment et d'électricité, en vue de réduire considérablement les émissions de CO2.
  •  Le projet Quest a été conçu en vue de capter et de stocker environ le tiers des émissions de l'usine de valorisation de Scotford (près de Fort Saskatchewan, en Alberta) de Shell, qui transforme les sables bitumineux en pétrole brut synthétique, lequel peut être raffiné pour devenir du carburant et d'autres produits. Un million de tonnes de CO2 sont captées et stockées chaque année à l'installation Quest; c'est l'équivalent des émissions annuelles d'environ 250 000 automobiles.
  •  Au cours de sa première année d'exploitation, l'installation de captage a enregistré une fiabilité de 99 %, et moins de 1 % d'arrêts non planifiés.
  • Le financement gouvernemental du projet Quest est fonction de jalons fondés sur le rendement, au chapitre de la construction et de l'exploitation du projet.
  • Shell et le Department of Energy des États-Unis mènent des essais sur le terrain de technologies de pointe en matière de surveillance, en plus du vaste programme évolué de suivi déjà en place dans le cadre du projet Quest.
  • Pour souligner le lancement du projet Quest de CSC, Shell a instauré en 2015 le programme de Subvention pour le climat Quest, dans le cadre duquel des subventions uniques sont versées pour des projets canadiens qui ont des effets mesurables sur l'environnement.

  

 

Related Links: www.shell.ca/Quest
http://www.energy.alberta.ca/CCS/3848.asp

Mise en garde

 

Les entreprises dans lesquelles Royal Dutch Shell plc possède une participation directe ou indirecte sont des entités juridiques distinctes. Dans le présent communiqué, les termes et expressions « Shell », « groupe Shell » et « Royal Dutch Shell » sont parfois utilisés par commodité pour faire référence à Royal Dutch Shell plc et à ses filiales en général. De même, les termes « nous », « notre » et « nos » sont également employés lorsqu'il est question de filiales en général ou de ceux qui travaillent pour ces filiales. Ces termes et expressions sont aussi utilisés lorsqu'il n'y a pas lieu de désigner une ou des sociétés en particulier. Les termes et expressions « filiales », « filiales de Shell » et « sociétés de Shell » sont utilisés dans le présent communiqué pour désigner les sociétés sur lesquelles Royal Dutch Shell plc exerce son contrôle, directement ou indirectement. Les entités et les entreprises non constituées en société sur lesquelles Shell exerce un contrôle conjoint sont habituellement désignées respectivement comme des « coentreprises » et des « exploitations conjointes ».  Les entités dans lesquelles Shell exerce une influence notable, mais qu'elle ne contrôle pas, conjointement ou non, sont désignées comme des « associés ». L'expression « intérêt de Shell » est utilisée par commodité pour désigner une participation directe ou indirecte de Shell dans une coentreprise, un partenariat ou une société, une fois exclues toutes les participations de tiers.

Le présent communiqué contient des énoncés prospectifs au sujet de la situation financière, des résultats d'exploitation et des activités de Royal Dutch Shell. Tous les énoncés, sauf les énoncés de faits historiques, sont ou peuvent être considérés comme des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs sont des déclarations prévisionnelles fondées sur les attentes et hypothèses actuelles de la direction et comportent des risques et incertitudes connus ou non qui pourraient faire différer sensiblement les résultats, le rendement ou les événements réels de ceux qui sont exprimés ou sous-entendus dans ces énoncés. Les énoncés prospectifs comprennent, entre autres, des énoncés sur l'exposition potentielle de Royal Dutch Shell aux risques du marché et des énoncés exprimant les attentes, convictions, estimations, prévisions, projections et hypothèses de la direction. On reconnaît ces énoncés prospectifs à des verbes ou expressions comme « anticiper », « croire », « pouvoir », « estimer », « s'attendre à », « buts », « avoir l'intention de », « peut-être », « objectifs », « perspective », « plan », « probablement », « projeter », « risques », « calendrier », « rechercher », « vouloir », « cible », « viser » ou d'autres termes et expressions semblables. Un certain nombre de facteurs peuvent influencer les activités à venir de Royal Dutch Shell et faire en sorte que les résultats soient sensiblement différents de ceux exprimés dans les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué. a) les fluctuations de prix du pétrole brut et du gaz naturel; b) les variations de la demande envers les produits de Shell; c) les fluctuations du cours des devises; d) les résultats de forage et de production; e) les estimations des réserves; f) la perte de parts de marché et la concurrence; g) les risques écologiques et physiques; h) les risques liés à la détermination adéquate d'éventuelles acquisitions et la réussite des négociations et des transactions qui en découlent; i) les risques liés aux activités commerciales dans les pays en développement et les pays faisant l'objet de sanctions internationales; j) l'évolution des mesures législatives, fiscales et réglementaires, notamment l'adoption de mesures réglementaires relatives au réchauffement climatique; k) la conjoncture économique et celle des marchés financiers dans divers pays ou régions du monde; l) les risques politiques, notamment les risques d'expropriation et de nouvelles négociations des dispositions contractuelles avec les gouvernements, les retards ou devancements dans l'autorisation des projets et le retard dans les remboursements des coûts partagés; m) les modifications des conditions des échanges commerciaux. Aucune assurance ne peut être donnée que les futurs paiements des dividendes correspondront aux paiements de dividendes passés ou qu'ils leur seront supérieurs. Tous les énoncés prospectifs compris dans le présent communiqué sont visés expressément, dans leur intégralité, par la présente mise en garde ou par les renvois qu'elle contient. Les lecteurs ne devraient pas prêter une confiance exagérée aux énoncés prospectifs. Le document 20-F de Royal Dutch Shell relatif à l'année terminée le 31 décembre 2015 (accessible à www.shell.com/investor et à www.sec.gov) mentionne d'autres facteurs susceptibles d'influencer les résultats à venir. Les lecteurs devraient également prendre en considération ces facteurs de risque qui visent expressément tous les énoncés prospectifs compris dans le présent communiqué. Chaque énoncé prospectif est valable uniquement à la date du présent communiqué, à savoir le 14 septembre 2016. Ni Royal Dutch Shell plc, ni aucune de ses filiales n'assument l'obligation de mettre à jour ou de réviser publiquement un énoncé prospectif quelconque en raison de l'obtention de nouveaux renseignements, d'événements à venir ou d'information divergente. Compte tenu de ces risques, les résultats peuvent être sensiblement différents de ceux qui sont exprimés ou sous-entendus dans les énoncés prospectifs du présent communiqué, ou qui peuvent en être déduits.

En ce qui concerne les synergies relatives aux frais d'exploitation mentionnées, les économies et l'efficacité réalisées en matière d'approvisionnement englobent les économies d'échelle, la normalisation des spécifications et l'efficacité opérationnelle, dans les domaines de l'exploitation, des capitaux et des coûts des matières premières.

Il est possible que, dans le présent communiqué, nous ayons utilisé certaines expressions comme « ressources » que la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis nous interdit formellement d'employer dans les documents d'information que nous déposons auprès d'elle.  Les investisseurs américains sont priés de lire attentivement la déclaration figurant dans notre formulaire 20-F, dossier 1-32575, accessible dans le site Web de la SEC à l'adresse www.sec.gov.

SOURCE Shell Canada Limitée

Bas de vignette de la vidéo : "Vidéo : Rouleau B du project Quest". Lien URL de la vidéo : http://stream1.newswire.ca/cgi-bin/playback.cgi?file=20160914_C1269_VIDEO_FR_772441.mp4&posterurl=http%3A%2F%2Fphotos.newswire.ca%2Fimages%2F20160914_C1269_PHOTO_FR_772441.jpg&order=1&jdd=20160914&cnum=C1269

Bas de vignette : "Le project Quest près de Fort Saskatchewan, en Alberta (Groupe CNW/Shell Canada Limitée)". Lien URL de l'image : http://photos.newswire.ca/images/download/20160914_C1269_PHOTO_FR_772406.jpg

Bas de vignette : "Le project Quest près de Fort Saskatchewan, en Alberta (Groupe CNW/Shell Canada Limitée)". Lien URL de l'image : http://photos.newswire.ca/images/download/20160914_C1269_PHOTO_FR_772408.jpg

Bas de vignette : "Le project Quest près de Fort Saskatchewan, en Alberta (Groupe CNW/Shell Canada Limitée)". Lien URL de l'image : http://photos.newswire.ca/images/download/20160914_C1269_PHOTO_FR_772410.jpg



Renseignements : Demandes de renseignements : Relations avec les médias de Shell, Canada : media-desk@shell.com; Relations avec les investisseurs de Shell, Amérique du Nord : +1-832-337-2034

RELATED LINKS
http://www.shell.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.