Pourquoi encore se laisser manger les transferts en santé sur le dos ?

MONTRÉAL, le 18 janv. 2012 /CNW Telbec/ - Dans le cadre de sa campagne permanente, le réseau Cap sur l'indépendance compte utiliser l'actualité politique pour illustrer en quoi consiste l'indépendance d'un état comme le Québec, et l'impact de notre annexion au gouvernement d'une autre nation.  « Les Québécoises et Québécois viennent encore une fois de se faire imposer une décision unilatérale du gouvernement fédéral qui leur enlève la capacité de choisir comment utiliser les impôts qu'ils envoient au gouvernement canadien », a fait valoir Gilbert Paquette, président des IPSO (Intellectuels pour la souveraineté) et l'un des porte-parole du réseau Cap sur l'indépendance.

Le gouvernement fédéral vient de décider unilatéralement qu'à partir de 2017, alors que son déficit sera résorbé d'après ses propres prévisions, il réduira l'augmentation du transfert canadien en santé au Québec. Le transfert fédéral au Québec a pour source un déséquilibre fiscal : le fédéral perçoit trop de revenu en regard de ses dépenses, pour ensuite retourner au Québec, une partie des taxes et impôts qu'il y a perçu.

Le Québec participe à un jeu où il ne peut  être que perdant. Nous envoyons au gouvernement d'une autre nation la moitié de nos ressources budgétaires, mais celui-ci décide de ce qu'il va en faire selon ses priorités. Le gouvernement de M. Harper peut décider de dépenser dans des domaines non prioritaires pour le Québec, ou dans les champs de compétence du Québec qu'il choisit, ou même carrément créer des dépenses qui doublent ou contredisent celles du Québec.

Cette dépendance budgétaire nous est imposée unilatéralement par la constitution canadienne (à laquelle nous n'avons pas adhéré), privant le gouvernement du Québec de ses capacités d'agir collectif. Il y a pourtant une solution pour en sortir: garder nos taxes et impôts chez nous et décider nous-mêmes quelle part de nos dépenses nous affecterons à la santé, à l'éducation et aux autres responsabilités de l'État québécois.

Cela s'appelle l'indépendance du Québec qui nous permettra de faire nos propres choix en fonction de nos besoins réels et ce projet bénéficie toujours d'un appui  considérable (43% selon le plus récent sondage de Léger marketing avec une question sans référence à un partenariat).  Rien d'étonnant quand on constate l'arrogance du gouvernement canadien qui ignore le Québec, qui bafoue notre langue et qui nous impose des décisions qui vont à l'encontre de nos choix collectifs. 

Les Québécois sont de plus en plus conscients que pour exister dans le monde, pour vivre la mondialisation et être assis à la table des nations où se prennent les décisions d'intérêt planétaire, pour s'assumer comme nation francophone d'Amérique du Nord, il faut tout simplement être indépendant.

SOURCE Cap sur l'indépendance

Renseignements :

Carole Lavallée
clavallee@ssjb.com
Bur. 514 843-8851 poste 227

Cap sur l'indépendance est un regroupement de 23 mouvements indépendantistes.

Profil de l'entreprise

Cap sur l'indépendance

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.