Pour que les médecins d'urgence aient une charge de travail optimale garante
d'une longue carrière en médecine d'urgence, l'AMUQ prend position sur le
profil du médecin d'urgence à temps plein

QUÉBEC, le 23 sept. /CNW Telbec/ - Le conseil d'administration de l'Association des médecins d'urgence du Québec (AMUQ) publie la prise de position Le profil du médecin d'urgence à temps plein qui a pour objectifs de dresser le profil du médecin d'urgence à temps plein, d'améliorer les conditions de travail actuelles et de recommander la charge de travail optimale garante d'une longue carrière.

L'urgence est un environnement stressant et potentiellement chaotique, en partie à cause de la complexité de la tâche clinique mais aussi des interrelations avec les intervenants de l'hôpital et du réseau. De plus, de nombreux désavantages sont liés à la profession, incluant les horaires de travail défavorables de soir, de nuit et de fin de semaine, la charge de travail imprévisible, l'isolement social et le manque de considération par les pairs. De fait, plusieurs études indiquent que la carrière d'un médecin d'urgence est de courte durée et que de nombreux facteurs sont responsables de cette attrition précoce retrouvée au sein de la profession, ce qui conduit inévitablement à une problématique de la gestion des effectifs médicaux.

À la suite de cette revue de la littérature, l'AMUQ émet certains constats et recommande, entre autres, que

    
    - La Direction nationale des urgences (DNU) crée une base de données qui
      devrait inclure la répartition actuelle des médecins d'urgence en
      fonction de leur formation ainsi qu'une estimation, la plus réaliste
      possible, du nombre d'heures cliniques et non cliniques travaillées par
      ceux-ci ;

    - La DNU étudie, sur une base annuelle, les taux réels et projetés
      d'attrition en médecine d'urgence au Québec, ainsi que les différents
      facteurs modulant ces taux ;

    - Le MSSS élabore les plans régionaux d'effectifs médicaux ou les plans
      d'effectifs médicaux (PREM/PEM) en gérant les postes au sein des
      urgences de manière spécifique et indépendante des postes en médecine
      familiale ;

    - Le MSSS, dans l'élaboration des PREM/PEM, tienne compte du nombre
      d'équivalents temps complet (ÉTC), et non du nombre de médecins qui
      pratiquent au sein d'une unité d'urgence ;

    - Un temps complet à l'urgence représente l'équivalent de trois à quatre
      quarts de travail par semaine sur 44 semaines, dont au moins 50 %
      devrait s'effectuer en tâches cliniques et, si le médecin le désire, le
      reste en tâches non cliniques sur du temps protégé ;

    - Les départements des urgences favorisent des quarts de travail d'un
      maximum de huit heures, sauf dans les urgences où les médecins peuvent
      obtenir de façon raisonnable de deux à trois heures de repos continu,
      où des quarts d'une durée maximale de 14 heures pourraient être
      effectués ;

    - Les départements des urgences respectent les principes circadiens dans
      la planification des horaires ;

    - Les départements des urgences prévoient un programme de rétention des
      médecins expérimentés en médecine d'urgence ainsi qu'un programme de
      retraite progressive pour les médecins d'urgence expérimentés qui
      désirent se retirer de la pratique ;

    - Le MSSS procède, dans les meilleurs délais, au déploiement d'un système
      sécuritaire de gestion informatisée des données médicales personnelles
      pour l'ensemble des Québécois, tel que le Dossier de santé du Québec
      (DSQ) ;

    - Le MSSS, en lien avec l'AMUQ, contribue à la prochaine étape de
      l'informatisation des départements des urgences par le soutien au
      développement d'un véritable dossier médical électronique (DME)
      incluant la réalisation d'un outil de collaboration intégrant des
      protocoles de soins fondés sur la médecine basée sur les données
      probantes ;

    - Le MSSS, en collaboration avec les agences de la santé et des services
      sociaux (ASSS), les centres hospitaliers et les départements de
      médecine d'urgence, fasse en sorte que les effectifs et les postes à
      temps plein pour l'ensemble des professionnels de la santé, ainsi que
      du personnel de bureau et de soutien de l'urgence, soient conformes aux
      normes du Guide de gestion de l'urgence ;

    - Le MSSS s'assure de l'ouverture de l'ensemble des lits
      d'hospitalisation des établissements en prenant des mesures favorisant
      leur utilisation optimale ;

    - Le MSSS facilite le fonctionnement quotidien dans les urgences afin de
      s'assurer que les normes suivantes soient respectées : résultats de
      laboratoire et imagerie simple accessibles en moins d'une heure ;
      électrocardiogrammes (ÉCG) effectués en moins de 10 minutes ;
      accessibilité à l'imagerie médicale et à l'interprétation radiologique
      24 heures par jour ; respect des délais de réalisation des
      consultations selon les normes du Guide de gestion de l'urgence ;
      admissions 24 heures par jour ; mise en place d'un plan de décongestion
      à l'urgence lorsque le taux d'occupation atteint 80 % des civières au
      permis, incluant des mécanismes permettant la répartition des patients
      admis dans d'autres services que l'urgence ;

    - Le MSSS harmonise et précise le rôle des centres locaux de services
      communautaires (CLSC) et des cliniques médicales face aux urgences
      mineures, dans le maintien à domicile, dans le suivi ambulatoire des
      patients libérés des hôpitaux et dans la prise en charge des clientèles
      particulières, notamment durant les heures défavorables et les jours
      fériés ;

    - Les universités augmentent le nombre de stages requis en médecine
      d'urgence, tant à l'externat qu'en médecine familiale ;

    - Le MSSS augmente dès maintenant le nombre de postes de résidence en
      médecine d'urgence spécialisée et en formation complémentaire en
      médecine d'urgence pour les médecins de famille et, qu'en conséquence,
      le MSSS et les universités augmentent le nombre d'enseignants-
      cliniciens dans les milieux universitaires afin d'assurer un
      encadrement adéquat des nouvelles cohortes d'étudiants et de résidents;

    - Le MSSS et les fédérations médicales valorisent, reconnaissent et
      rémunèrent le travail des médecins d'urgence, en tenant compte des
      conditions d'exercice difficiles, des horaires de travail défavorables,
      ainsi que des activités non cliniques effectuées telles que la gestion,
      l'enseignement, la recherche et le développement d'expertises
      particulières à la médecine d'urgence.
    

Vous trouverez l'ensemble des recommandations sur le document Le profil du médecin d'urgence à temps plein téléchargeable sur le site Internet de l'AMUQ, à www.amuq.qc.ca.

Fondée en 1983, l'AMUQ a pour mission de promouvoir une médecine d'urgence de qualité afin de contribuer à l'amélioration de la santé de la population.

SOURCE Association des médecins d'urgence du Québec

Renseignements : Renseignements: Louis Fiset, Agent de communication, (418) 658-7679, Portable.: (418) 655-7674

Profil de l'entreprise

Association des médecins d'urgence du Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.