Pays émergents : évolution dans les domaines de l'aide étrangère, de la philanthropie et des investissements

OTTAWA, le 3 déc. 2013 /CNW/ - De nouvelles recherches subventionnées par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), organisme canadien, montrent qu'il y a une augmentation considérable des flux financiers des pays émergents vers les pays en développement. Et, comme on a pu l'observer auparavant dans les pays industrialisés, ces flux financiers proviennent davantage de sources privées que de sources publiques et prennent notamment la forme d'envois d'argent.

Exécutée par le Center for Global Prosperity de l'Hudson Institute, à Washington, cette analyse fait l'objet d'une publication intitulée The Index of Global Philanthropy and Remittances 2013
- With a Special Report on Emerging Economies, qui sera lancée le jeudi 5 décembre 2013 au siège de l'Hudson Institute, à Washington. Mme Carol Adelman, directrice du Center for Global Prosperity et coauteure de cette publication, fera part des constatations qui en émanent et expliquera ce qui en découle pour l'aide aux pays en développement. Elle sera accompagnée de Yulya Spantchak, du Center for Global Prosperity; de Tomicah Tillemann, du département d'État des États-Unis; d'Alex Their, de l'United States Agency for International Development; et par Dennis Whittle, de l'organisme Ashoka, cofondateur de Globalgiving.com.

Pour la première fois en 2013, l'indice porte sur l'ensemble de l'aide économique aux pays en développement, à savoir non seulement sur l'aide apportée par les pays industrialisés, mais également sur celle provenant de pays émergents. Dans le cadre de cette démarche unique en son genre, on a examiné, outre l'aide gouvernementale, les flux financiers privés, dont la philanthropie, les investissements de capitaux privés et les envois d'argent privés des migrants dans leur pays d'origine, et ce, à l'échelle mondiale.

Les flux privés des pays industrialisés vers les pays en développement constituent plus de 80 % de tous les flux financiers, et l'aide gouvernementale, moins de 20 %, ce qui est le contraire de ce que l'on observait il y a 40 ans. Plus de 95 % des flux financiers en provenance des quatre pays émergents étudiés (Afrique du Sud, Brésil, Chine et Inde) sont de nature privée, et moins de 5 % sont le fait d'une aide gouvernementale. La prédominance des flux privés témoigne d'un changement spectaculaire dans les pays en développement.

L'indice de 2013 met en évidence le rôle important que jouent les pays émergents dans les flux financiers privés vers les pays en développement. Les quatre pays émergents étudiés fournissent 15 % des 680 milliards USD de flux financiers privés provenant aussi bien des pays industrialisés que des pays émergents sous forme d'investissements de capitaux privés, d'envois d'argent et de philanthropie, leur part étant respectivement de 88 milliards, 14,2 milliards et 366 millions. Selon Mme Adelman, c'est la philanthropie privée qui a été la plus difficile à mesurer, et l'étude la sous-estime fort probablement.

La recherche a permis de découvrir qu'une infrastructure de philanthropie est en train de se mettre en place dans chacun des quatre pays, qui commencent à exécuter des projets novateurs à l'étranger. Mme Adelman se dit optimiste quant à l'avenir de la philanthropie dans les pays émergents, car la recherche donne à penser que ces pays vont accroître l'aide qu'ils apportent au-delà de leurs frontières.

L'Hudson Institute a réuni les données en partenariat avec des organismes à but non lucratif des quatre pays émergents : Charity SA, en Afrique du Sud, le China Foundation Center, en Chine, Comunitas et le Grupo de Institutos Fundações e Empresas, au Brésil, et le Sampradaan Indian Centre for Philanthropy, en Inde.

On peut télécharger la publication à www.global-prosperity.org. Elle a été lancée au Canada à l'occasion d'une présentation spéciale organisée en collaboration avec le CRDI et l'Economic Club du Canada. Visionner  le lancement au Canada ou en lire la transcription intégrale.

Les journalistes et le grand public pourront également participer aux échanges sur Storify, Twitter (#CGPIndex) et sur Facebook

Pour plus de précisions, rendez-vous au www.crdi.ca.

De la recherche à l'action
Le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), organisme canadien, finance des travaux de recherche appliquée dans les pays en développement afin d'y accroître la prospérité et la sécurité et d'y favoriser la démocratie et la primauté du droit, contribuant ainsi à l'action du Canada en matière de développement international. Le CRDI favorise la croissance et le développement et veille à promouvoir la diffusion des connaissances auprès de responsables des politiques, de chercheurs et de collectivités de par le monde. Il en résulte des solutions novatrices et durables, porteuses de changement pour les personnes qui en ont le plus besoin.

SOURCE : Centre de recherches pour le développement international

Renseignements :

Isabelle Bourgeault-Tassé
(+1) 613-696-2343
ibourgeault-tasse@crdi.ca
@IDRC_CRDI

Profil de l'entreprise

Centre de recherches pour le développement international

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.