Pas de qualité sans la quantité

TORONTO, le 12 mars 2015 /CNW/ - Les décisions annoncées aujourd'hui par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) menacent la qualité des émissions locales proposées aux téléspectateurs canadiens, affirme Unifor.

 « Les Canadiens se fient aux émissions de qualité produites localement pour les informer sur leurs communautés et sur les enjeux qui touchent leur vie », a déclaré le directeur d'Unifor pour le secteur des médias, Howard Law.

Au nom de la primauté de la qualité sur la quantité, le CRTC a aboli radicalement le quota d'émissions canadiennes pendant la journée, mais n'a rien fait pour répondre à ce qu'il appelle une préoccupation essentielle - la qualité des émissions locales canadiennes, a souligné M. Law. En réduisant le nombre d'heures, les possibilités de produire de nouvelles émissions créatives seront limitées.

« La voie de la déréglementation prise par le Conseil, préconisant 'la primauté de la qualité sur la quantité' est séduisante à première vue, mais il n'y a pas de qualité sans la quantité », a poursuivi M. Law.

« La suppression des exigences de présentation de contenu canadien dans la journée pourrait bien nuire à la création d'émissions locales de nouvelles, d'information et de divertissement. Le Conseil n'a rien fait pour les émissions locales aujourd'hui.»

En même temps, le CRTC permet à Netflix de diffuser ses émissions sans réglementation et en dehors des règles sur le contenu canadien, mais dit aux télédiffuseurs canadiens comme Bell, Rogers et Shaw qu'ils ne peuvent limiter la vente de leurs propres services de diffusion en flux continu aux clients de la télévision conventionnelle.

« Le CRTC continue de donner à Netflix un laissez-passer pour la création et la diffusion de contenu canadien, alors que les sociétés canadiennes en assument la responsabilité», a déclaré le président du conseil du secteur des médias à Unifor, Randy Kitt. « Netflix ne se gène pas pour collecter des frais d'abonnement en dollars canadiens et pour les rapatrier aux États-Unis, alors pourquoi continuent-il à bénéficier d'un laissez-passer? »

Alors qu'Unifor applaudit le CRTC pour l'adoption de règles permettant aux chaînes d'information de fournir un volume minimum de contenu journalistique original, ce qui devrait empêcher l'établissement de chaînes d'opinions comme aux États-Unis, Unifor croit qu'il faut faire plus dans ce domaine pour que les Canadiens bénéficient d'un journalisme de qualité.

« Une démocratie qui fonctionne a besoin de citoyens informés », a déclaré Randy Kitt. « Les médias d'information doivent fournir à leur personnel les ressources nécessaires pour livrer un contenu journalistique indépendant et professionnel à leurs auditoires. »

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant plus de 305 000 travailleurs, dont 13 000 dans le secteur des médias. Il a été fondé pendant la fin de semaine de la fête du Travail en 2013, par la fusion du Syndicat des Travailleurs canadiens de l'automobile et du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier.

SOURCE Unifor

Renseignements : Stuart Laidlaw, délégué national des communications d'Unifor à Stuart.Laidlaw@Unifor.org ou (cell.) 647-385-4054.

Profil de l'entreprise

Unifor

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.