P-6, arrestations de masse et profilage politique : des arrêté-e-s dénoncent!

MONTRÉAL, le 18 mars 2015 / CNW - Telbec / - En conférence de presse le 18 mars 2015, des « arrêté-e-s de P6 » et la Commission populaire sur la répression politique (CPRP) et son commissaire permanent, M. Francis Dupuis-Déri, ont abordé l'état de la répression politique au Québec. Présentes pour démontrer leur solidarité avec ces différentes personnes victimes de la répression policière, plusieurs associations dénoncent les pratiques répressives des autorités policières et le profilage politique pratiqué par le Service de police de la ville de Montréal.

Pour Lynda Khelil, une des arrêté-e-s de P6 et membre du comité légal de l'ASSÉ, « bien que nous nous réjouissons de l'abandon des accusations touchant près de 2000 manifestant(e)s, il importe de réitérer que cela n'efface en rien les scandaleuses violations de leurs droits », soulignant que « les accusations portées en vertu du règlement P6 ont menées à d'interminables délais de cour, à des dépenses en frais d'avocat(e)s, des heures de travail d'auto-représentation, pénalisant ainsi les arrêté(e)s pour des accusations qui ne tiennent tout simplement pas la route » comme le démontre la récente décision du juge Richmond en Cour municipale.

« Les arrestations de masse constituent clairement une stratégie policière visant à réprimer l'expression politique de certains groupes dont le message dérange » affirme Brice Dansereau-Olivier, porte-parole de la CPRP. « Les arrestations lors de la manifestation contre la brutalité policière de dimanche dernier le prouve une fois de plus : la non-divulgation de l'itinéraire n'est qu'un prétexte qui permet des interventions policières arbitraires. » S'il s'agit sans aucun doute d'un désaveu de P6 par le SPVM, l'utilisation de l'article 500.1 du Code de la sécurité routière pour procéder à ces arrestations démontre que de tels règlements ne sont que quelques outils d'un vaste arsenal visant à faire taire la dissidence.

La conférence de presse sera immédiatement suivie de la présentation des résultats préliminaires de la CPRP, qui a sillonné le Québec pour y documenter la répression politique des années 90 à aujourd'hui.

La CPRP est une initiative citoyenne visant à donner une voix aux individus et aux groupes qui ont été victimes et/ou témoins de répression politique depuis 1990.  Au cours d'audiences qui se sont tenues à travers le Québec, elle a récolté témoignages et rapports dans le but de quantifier et documenter l'ampleur de la répression vécue au Québec et évaluer ses effets sur les individus et les groupes.

 

SOURCE Commission populaire sur la répression politique (CPRP)

Renseignements : Lynda Khelil pour le groupe des « arrêté-e-s de P6 »: 514-690-5113; Brice Dansereau-Olivier pour la CPRP: 514-297-1389

Profil de l'entreprise

Commission populaire sur la répression politique (CPRP)

Renseignements sur cet organisme

Arrêté-e-s de P6

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.