Négociations avec les syndicats du secteur public: le gouvernement doit tenir
compte de la générosité des régimes de retraite

MONTRÉAL, le 2 mars /CNW Telbec/ - À un mois de l'échéance des conventions collectives du secteur public, l'Institut économique de Montréal (IEDM) lance une publication préparée par l'actuaire Pierre Girardin en collaboration avec Michel Kelly-Gagnon, président-directeur général de l'IEDM, dans le but d'évaluer la générosité des régimes de retraite offerts aux employés de l'État. L'étude conclut que la situation à la retraite des employés du secteur public est nettement avantageuse si on la compare à celle de la grande majorité des travailleurs du secteur privé. Par conséquent, le gouvernement doit tenir compte de ce fait avant de déterminer le niveau des hausses salariales consenties à ses employés.

"D'abord, il existe un déséquilibre flagrant dans la disponibilité des régimes de retraite au Québec : 99 % des employés du secteur public sont couverts alors que seulement 25 % des employés du secteur privé ont accès à un régime complémentaire de retraite d'après la Régie des rentes", souligne M. Girardin. "Ensuite, même parmi les travailleurs du secteur privé les plus chanceux - c'est-à-dire ceux qui sont couverts par un régime de retraite à prestations déterminées - cet avantage est bien moindre que dans le public en raison de l'absence de sécurité d'emploi".

Une comparaison actuarielle a été effectuée entre deux travailleurs-modèles - un employé du secteur public et un du secteur privé - bénéficiant tous les deux des mêmes conditions salariales et de régimes de retraite identiques. La seule différence dans les hypothèses concerne le nombre d'employeurs au long de leur carrière : un seul pour le travailleur du secteur public et trois pour celui du privé (ce qui est une estimation prudente compte tenu de la réalité du marché de l'emploi).

L'hypothèse de régimes de retraite identiques, bien qu'utile pour la comparaison, est en fait presque jovialiste. En effet, rares sont les travailleurs du secteur privé qui ont le privilège d'être couverts par un régime semblable au RREGOP (le Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics). Ce dernier offre notamment une rente représentant 70 % du salaire moyen des cinq meilleures années (après 35 ans de service) et indexée à la moitié de l'inflation.

Les résultats de la comparaison sont frappants : même si le travailleur du secteur privé se voit offrir des régimes de retraite équivalents au RREGOP par ses trois employeurs, ce qui, encore une fois, est le lot d'une minorité, la valeur du régime du travailleur du secteur public sera tout de même supérieure de 41 % au moment de la retraite.

Bref, le fait d'avoir un seul employeur au cours de sa vie - une situation très inhabituelle, sauf au sein du secteur public - a un impact majeur sur le montant des fonds disponibles à la retraite. C'est sans compter le fait que ces fonds sont en sécurité puisque l'État, contrairement à une entreprise privée, risque peu d'être soumis à une faillite éventuelle.

"Cette situation n'est pas équitable pour les contribuables qui travaillent dans le secteur privé, qui paient en quelque sorte pour les régimes de retraite généreux du secteur public alors qu'eux ne profitent pas de tels avantages", remarque M. Girardin.

La publication rappelle également que selon une étude récente de l'Institut de la statistique du Québec, les employés de l'administration publique québécoise ont une rémunération globale par heure travaillée plus élevée de 3,6 % par rapport aux travailleurs du secteur privé. La rémunération globale inclut les contributions patronales aux régimes de retraite.

"Les porte-parole du Front commun syndical se limitent à citer les différences salariales. Il faut plutôt examiner la rémunération globale pour obtenir un portrait complet. Une telle analyse montre qu'il n'y a aucun écart à combler pour les employés du secteur public par rapport à ceux du secteur privé, bien au contraire. Le gouvernement doit reconnaître cette réalité, et ce, particulièrement dans un contexte de déficits budgétaires", conclut Michel Kelly-Gagnon.

Le texte intégral de la Note économique publiée aujourd'hui, qui s'intitule Les régimes de retraite du secteur public sont-ils trop généreux?, peut être consulté sans frais au www.iedm.org

L'Institut économique de Montréal est un organisme de recherche et d'éducation indépendant, non partisan et sans but lucratif. Par ses études et ses conférences, l'IEDM alimente les débats sur les politiques publiques au Québec et au Canada en proposant des réformes créatrices de richesse et fondées sur des mécanismes de marché.

SOURCE Institut économique de Montréal

Renseignements : Renseignements: et demandes d'entrevues: Ariane Gauthier, coordonnatrice des communications, Institut économique de Montréal, (514) 273-0969 p. 2231, Cell.: (514) 603-8746, agauthier@iedm.org


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.