Négociations avec les employés de l'État - Le gouvernement bonifie son offre et rend plus équitables ses échelles salariales

QUÉBEC, le 6 nov. 2015 /CNW Telbec/ - Le gouvernement a déposé aujourd'hui une offre bonifiée aux employés de l'État. Deux rencontres entre les parties patronale et syndicale ont eu lieu ce matin. La première avec la Table centrale (CSN, FTQ, CSQ, SFPQ et APTS) s'est tenue à 9 heures et la seconde avec la Table commune (FIQ et FAE) à 10 h 30.

« Le gouvernement est de bonne foi et fait un autre pas. Il souhaite une entente négociée dès que possible avec les syndicats. Avec la proposition d'aujourd'hui, c'est 1,7 milliard de dollars de plus que le gouvernement met sur la table afin d'en arriver à une entente négociée. L'offre d'aujourd'hui respecte le cadre financier du gouvernement et restructure les échelles salariales pour assurer une plus grande équité entre les employés », a déclaré le président du Conseil du trésor.

D'hier à aujourd'hui

Il y a eu plus de 1 470 rencontres de négociation depuis un an. Des discussions se sont déroulées tout l'été, une première, et se sont intensifiées au cours des dernières semaines.

Levée du gel et bonification de 3 % à 5,3 % de l'offre globale de rémunération

Depuis plusieurs mois, le gouvernement discute de relativité salariale avec les syndicats à la Table centrale et à la Table commune afin d'apporter des corrections à certaines incohérences dans les échelles salariales des employés de l'État. Cette modernisation et restructuration majeure se veut une opération visant à corriger un grand nombre d'iniquités existantes dans les échelles salariales.

« Le gouvernement a toujours dit que cet exercice de relativité salariale ne se ferait pas à coût nul. À l'issu des travaux, il est aujourd'hui en mesure de confirmer que cela représente 2,3 % d'augmentation de la rémunération, une opération qui rejoint plus de 465 000 employés dont 95 % verront ainsi leur salaire augmenter », a précisé Martin Coiteux.

Par ailleurs, le gouvernementse montre sensible à la préoccupation des syndicats à l'égard d'un gel initial des salaires. Par conséquent, en plus d'offrir la relativité salariale au cours de la cinquième année, le gouvernement devance aujourd'hui d'un an son offre au chapitre des paramètres salariaux. Compte tenu que les employés des secteurs public et parapublic ont reçu une augmentation salariale de l'ordre de 1 % au 31 mars dernier, il n'y aura donc aucune année au cours de laquelle les employés n'auront pas d'augmentation de salaire. Globalement, l'offre présentée aujourd'hui fait passer les augmentations salariales totales de 3 % à 5,3 % sur cinq ans, injectant ainsi 1,7 G$ de plus aux sommes discutées à ce jour, dont 550 M$ au seul chapitre de la relativité salariale.

Soulignons que ces augmentations n'incluent pas la progression dans les échelons. En effet, 40 % des employés de l'État sont en progression salariale et verront leur salaire augmenter en moyenne de 3,6 % par année, et cela en sus des propositions du gouvernement.

Rappelons également que les employés de l'État bénéficient d'un régime de sécurité d'emploi qui fait l'envie de plusieurs et dont la permanence n'a d'ailleurs jamais été remise en question dans cette négociation.

Plus de flexibilité pour assurer la pérennité du régime de retraite

En décembre dernier, des propositions avaient également été faites pour consolider la pérennité du Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics (RREGOP) tout en améliorant l'équité entre les participants.

L'objectif du gouvernement demeure le même, soit d'assurer la pérennité du régime de retraite des employés de l'État à un coût abordable pour ses participants. Rappelons que les propositions initiales consistaient à faire passer l'âge de la retraite sans pénalité de 60 à 62 ans, d'augmenter de cinq à huit ans la période de référence servant à établir la rente de retraite et d'augmenter de 4 % à 7,2 % la réduction applicable à une prise de retraite anticipée.

« Le gouvernement se montre toutefois sensible à certaines préoccupations syndicales et propose aujourd'hui une transition graduelle vers de nouveaux paramètres tout en retirant l'une de ses demandes initiales », a expliqué le ministre.

Ainsi, le gouvernement propose :

  1. d'étaler jusqu'en 2019 l'augmentation de 60 à 62 ans de l'âge donnant droit à la retraite sans pénalité actuarielle, soit 61 ans au 1er juillet 2017 et 62 ans au 1er juillet 2019;
  2. de retirer sa proposition de calculer la rente sur le salaire moyen des huit meilleures années au lieu de cinq actuellement;
  3. de donner suite à une demande syndicale à l'effet d'augmenter graduellement de 38 à 40 années le nombre maximum d'années de service servant au calcul de la rente de retraite.

Par ailleurs, la règle générale permettant de bénéficier d'une retraite sans pénalité après 35 ans de service, peu importe l'âge de l'employé, est maintenue.

Rappelons que le contexte budgétaire du gouvernement est difficile. La dette de l'État s'élève toujours à plus de 200 G$ de laquelle découlent des intérêts annuels de l'ordre de 10 G$. Le gouvernement s'est engagé à atteindre l'équilibre budgétaire en 2015-2016 et à le maintenir pour les années suivantes.

« Le gouvernement considère aujourd'hui qu'il a fait un pas très important pour marquer sa volonté d'en arriver à une entente négociée avec les employés de l'État », a conclu Martin Coiteux.

 

SOURCE Cabinet du ministre responsable de l'Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes et président du Conseil du trésor

Renseignements : Source : Mme Marie-Ève Pelletier, Attachée de presse, Cabinet du ministre responsable de l'Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes et président du Conseil du trésor, Tél. : 418 643-5926; Information : M. Jean Auclair, Relations avec les médias, Direction des communications, Secrétariat du Conseil du trésor, Tél. : 418 643-0875, poste 4064


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.