Négociation d'une première convention collective chez Maintenance Blanchette - Les travailleurs rejettent une offre inacceptable

BÉCANCOUR, QC, le 19 mars 2015 /CNW Telbec/ - Les travailleurs de Maintenance Blanchette ont rejeté hier et ce matin dans une proportion de 59,5 % les offres «globales et finales» de l'employeur. Rappelons que l'employeur a été trouvé coupable récemment de négociation de mauvaise foi, dans le cadre des pourparlers pour une première convention collective.

« L'offre était clairement inacceptable. On ne propose rien de plus que les normes du travail au chapitre des vacances et congés. Il n'y a rien non plus au sujet d'un régime d'assurance ou de retraite», explique le représentant syndical Claude Lévesque. En cas de désaccord lors de la négociation d'une première convention après la syndicalisation, le ministre du Travail peut nommer un arbitre, qui ultimement peut imposer un premier contrat aux parties.

Coupable de négociation de mauvaise foi

L'entreprise Maintenance Blanchette du groupe MBI, qui avouait à nos membres prendre des moyens détournés pour empêcher la syndicalisation avec les Métallos, s'est fait taper sur les doigts par la Commission des relations du travail. En effet, cette dernière a reconnu l'entreprise coupable de négociation de mauvaise foi le 5 mars dernier.

Lors d'une rencontre avec des travailleurs, le directeur, Luc Blanchette, a expliqué ouvertement sa «stratégie» pour éviter la syndicalisation en faisant traîner les négociations. Ce faisant, si le délai d'un an après la syndicalisation expirait sans qu'un contrat de travail ne soit conclu, s'ouvrait alors une période où les syndiqués pouvaient soit changer d'allégeance syndicale, créer un syndicat «de boutique» de mèche avec l'employeur ou tout simplement renoncer à la syndicalisation.

Mais voilà, l'employeur a été enregistré alors qu'il dévoilait sa stratégie antisyndicale. « On essaie d'étirer ça jusqu'à ce que ça fasse un an que c'est syndiqué. Si après un an, il n'y a pas de convention signée, il y a une période de maraudage. […] C'est un classique. On étire ça jusqu'à un an et après on espère que les gars vont signer une carte soit pour changer de syndicat ou faire un syndicat de boutique», affirmait-il sur l'enregistrement. 

Le Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, est le plus important syndicat du secteur privé au Québec. Il regroupe plus de 60 000 travailleurs et travailleuses de tous les secteurs économiques.

 

SOURCE Syndicat des Metallos (FTQ)

Renseignements : Clairandrée Cauchy 514 774-4001, ccauchy@metallos.ca; Les enregistrements cités peuvent être fournis sur demande.

LIENS CONNEXES
www.metallos.org

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.