MONSIEUR ANDRÉ L. DAVIGNON - LAURÉAT 2009 DU PRIX HOMMAGE DU CONSEIL DES
AÎNÉS DU QUÉBEC

QUÉBEC, le 2 oct. /CNW Telbec/ - C'est lors de la cérémonie de remise du Prix Hommage 2009, à l'Hôtel du Parlement à Québec, jeudi le 1er octobre 2009, qu'en remplacement de la ministre responsable des Aînés, Madame Marguerite Blais, occupée à défendre son projet de loi instituant le fonds de soutien aux proches aidants des aînés, le ministre du Revenu, Monsieur Robert Dutil, et le président du Conseil des aînés du Québec, Monsieur Jean-Louis Bazin, ont tenu à honorer Monsieur André L. Davignon, de la région de la Montréal, grand lauréat du Prix 2009. Par la même occasion, l'excellence de tous les finalistes des régions du Québec a été soulignée.

"Beaucoup de personnes sont actives dans leur communauté. Grâce à leur détermination et à leur ténacité, elles sont prêtes à relever de grands défis et à réaliser des projets ambitieux. Plusieurs se surpassent et rivalisent d'audace pour lancer des projets novateurs et utiles pour les aînés de leur communauté. D'autres mettent en avant-scène leurs valeurs d'entraide, de respect et de générosité." Tels furent les mots, d'entrée de jeu, de Monsieur Jean-Louis Bazin, lors de son allocution rendant hommage à Monsieur Davignon.

Le Dr Davignon a un parcours des plus intéressants et, à certains égards, assez atypique. Tout d'abord, une carrière prolifique en pédiatrie : mise sur pied d'un service de cardiologie pédiatrique de réputation mondiale, plus de 200 publications scientifiques et au-delà de 400 communications à des congrès nationaux ou internationaux, obtention de deux doctorats honoris causa d'universités étrangères, et obtention du grade de professeur émérite à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal. Après avoir pris sa retraite à l'âge de 68 ans, il connaît la douleur de perdre son épouse et la sensation très nette de devenir un immigrant dans son propre pays. Ayant perdu à la fois ses liens affectifs et professionnels, il se sent subitement isolé et inutile. Il réalise qu'il est facile d'être victime de l'âgisme et de tous les stéréotypes sociaux qui y sont associés. C'est dans cet esprit qu'il entreprend une nouvelle carrière et qu'il décide de consacrer bénévolement toute son énergie aux personnes âgées. Après s'être dévoué pendant toute une carrière à sauver la vie d'enfants gravement malades, le voici de l'autre côté du spectre, soucieux de combattre toutes les formes d'âgisme dont souffrent les personnes âgées de notre société.

Nommé en 2001 conseiller scientifique de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal, dans le but de développer un nouvel axe de recherche intitulé Vieillissement et Société, il fonde quatre ans plus tard l'Observatoire Vieillissement et Société (OVS), organisme sans but lucratif devenu en moins de cinq ans un incontournable dans la lutte contre l'âgisme. À travers ses activités à l'OVS, où il consacre près de quatre jours de travail bénévole par semaine, le Dr Davignon participe à plusieurs congrès nationaux et internationaux sur la gérontologie. Il a aussi été appelé à faire valoir son point de vue à une commission du Sénat portant sur la santé sociale ainsi qu'à une consultation publique sur les conditions de vie des aînés mise sur pied par la ministre responsable des aînés. Et il réussit même à trouver du temps et de l'énergie pour s'impliquer activement dans plusieurs organismes voués aux personnes âgées : membre affinitaire de la Table de concertation des aînés de l'île de Montréal, membre cofondateur de la Commission consultative sur les aînés de l'arrondissement d'Outremont, membre du conseil d'administration des Ultramontais, organisme regroupant environ 350 aînés.

Dernière réalisation en date, mais non la moindre, l'organisation d'une grande journée de réflexion sur l'âgisme qui s'est tenue au printemps 2009 à l'Institut de gériatrie de Montréal. L'événement a réuni au total 250 personnes de tous horizons : représentants d'organismes pour aînés, intervenants du milieu de la gérontologie sociale, décideurs et citoyens séniors. En somme, le Dr Davignon est un exemple éloquent qu'il n'y a pas d'âge pour s'engager et pour contribuer à l'avancement de la société.

Instauré depuis 1999 par le Conseil des aînés du Québec, le Prix Hommage vise à souligner l'apport d'une personne, de tous âges, engagée dans son milieu et ayant contribué de manière significative à l'amélioration du bien-être, de la qualité de vie, de la participation et du rôle des aînés dans la société québécoise.

Créé en 1992, le Conseil des aînés a principalement pour mandat de promouvoir les droits et intérêts des aînés et leur participation à la vie collective, ainsi que de conseiller la ministre responsable des aînés et le gouvernement sur toute question qui concerne ces personnes, notamment quant à la solidarité entre les générations, l'ouverture au pluralisme et le rapprochement interculturel. Il apporte également un soutien technique et pédagogique aux dix-sept tables régionales de concertation des aînés, lesquelles ont été étroitement associées au choix des récipiendaires.

    
    Source:   Claudia Pilote
              Conseil des aînés
              418-528-2650 / 1 877 657-2463
    

SOURCE CONSEIL DES AINES

Renseignements : Renseignements: Claudia Pilote, Conseil des aînés, (418) 528-2650, 1-877-657-2463

Profil de l'entreprise

CONSEIL DES AINES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.