Modification à la Loi sur l'assurance-emploi - Le SFPQ craint l'impact sur le personnel saisonnier des ministères et organismes

QUÉBEC, le 6 juin 2012 /CNW Telbec/ - Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) dénonce le projet de Loi C-38, qui vise notamment à modifier la Loi sur l'assurance-emploi contraignant ainsi les prestataires à accepter des emplois ne répondant pas à leur expérience et à leurs qualifications. Le Syndicat dénonce cette mesure du gouvernement Harper qui touchera particulièrement les travailleuses et les travailleurs saisonniers qui doivent recourir au Régime 12 semaines par année. « Ce programme doit demeurer accessible à celles et ceux qui en ont besoin. Les travailleuses et les travailleurs saisonniers qui œuvrent au sein des ministères et organismes sont nombreux au Québec. Ils seront particulièrement désavantagés alors qu'ils n'ont pas le contrôle de la durée de leur emploi », indique le vice-président du SFPQ, Paul de Bellefeuille.

Le gouvernement conservateur entend s'attaquer aux prestataires de l'assurance-emploi qui ont présenté trois demandes de prestations au cours des cinq dernières années. Dans leur cas, il exigera de ces chômeurs qu'ils acceptent tout travail à compter de la septième semaine de chômage à un salaire équivalant à 70 % de leur salaire antérieur. Le SFPQ craint l'impact qu'aura cette politique, particulièrement dans les régions du Québec où le travail saisonnier est omniprésent dans les ministères et organismes. « Certains employeurs, comme le ministère des Transports (MTQ), la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) ou le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF), notamment dans les pépinières, pour ne nommer que ceux-là, perdront très certainement leur personnel saisonnier expérimenté. Les mesures annoncées contraindront les travailleuses et les travailleurs à sacrifier un emploi apprécié au profit d'un autre travail. Ceux-ci risquent aussi de quitter les régions au profit des grands centres », déplore monsieur de Bellefeuille.

Le SFPQ rappelle que le programme d'assurance-emploi est financé à même les cotisations des employeurs et des employés et que statistiquement, très peu de prestataires se rendent au bout de leur période de prestations. Malheureusement, déplore le Syndicat, le gouvernement Harper laisse entendre de son côté que les prestataires préfèrent recevoir des prestations plutôt que de travailler. « Ce gouvernement fait fausse route et risque d'appauvrir les travailleuses et les travailleurs les plus vulnérables. Le régime d'assurance-emploi a toujours eu pour vocation d'indemniser correctement les personnes en attente d'emploi et de leur permettre de vivre décemment jusqu'à ce qu'elles puissent se trouver un travail qui convient à leurs qualifications et à des conditions aussi avantageuses », conclut monsieur de Bellefeuille.

SOURCE Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec

Renseignements :

Éric Lévesque
Responsable des relations avec les médias
Tél. : 418 623-2424, poste 338
Cell. : 418 564-4150
eric.levesque@sfpq.qc.ca

Profil de l'entreprise

Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.