Merck annonce les premiers résultats sur l'emploi du pembrolizumab en association avec d'autres immunothérapies issues de trois études de recherche présentées lors du congrès international de la Society for Melanoma Research

De plus, les données de suivi à plus long terme sur l'utilisation du pembrolizumab comme agent unique indiquent que ce produit continue à se révéler supérieur à l'ipilimumab en ce qui a trait au taux de réponse globale et à la survie sans progression

KIRKLAND, QC, le 21 nov. 2015 /CNW Telbec/ - Merck (NYSE : MRK), connue sous le nom de MSD à l'extérieur du Canada et des États-Unis, a annoncé aujourd'hui les résultats de trois études évaluant l'utilisation du pembrolizumab, le traitement anti-PD-1 de la société, en association avec trois autres immunothérapies - epacadostat, talimogène laherparepvec (T-VEC) et ipilimumab - chez les patients atteints d'un mélanome à un stade avancé. Ces résultats, qui ont été présentés aujourd'hui lors d'exposés oraux distincts dans le cadre du congrès international 2015 de la Society for Melanoma Research qui se tient à San Francisco, ont révélé une forte activité antitumorale et un profil d'innocuité, ce qui concorde avec les données obtenues antérieurement avec le pembrolizumab pour les trois traitements d'association étudiés.

 « Nous avons démontré les bienfaits du pembrolizumab comme agent unique pour les cas de mélanome avancé ou métastatique et nous cherchons maintenant d'autres associations pour les patients atteints de cette maladie dévastatrice », a déclaré le Dr Roger Dansey, vice-président principal et directeur du domaine thérapeutique, développement en oncologie au stade avancé, Laboratoires de recherche de Merck. « Les données sur les associations présentées au congrès de la Society for Melanoma Research, notamment l'association du pembrolizumab et de l'epacadostat, peuvent nous rapprocher de notre objectif d'améliorer les résultats sans augmenter la toxicité de façon considérable. »

En outre, les nouvelles données présentées à ce congrès et issues d'une étude de phase III sur l'utilisation du pembrolizumab comme agent unique ont démontré que ce produit se révèle supérieur à l'ipilimumab en ce qui concerne le taux de réponse globale et la survie sans progression chez les patients n'ayant jamais été traités avec l'ipilimumab. Ces récentes données indiquent également une survie sans progression supérieure chez deux fois plus de patients dans le groupe recevant le pembrolizumab que dans le groupe recevant l'ipilimumab. Comme on l'a déjà précisé, l'étude a permis de confirmer le paramètre de la survie globale. Les résultats rapportés par les patients dans le cadre de cette même étude ont également été présentés.

À ce jour, le programme de développement clinique du pembrolizumab comporte la participation de patients présentant plus de 30 types de tumeurs dans plus de 160 études cliniques, dont plus de 80 portent sur l'association du pembrolizumab à d'autres traitements contre le cancer.

Résultats préliminaires issus de l'étude KEYNOTE-037 (pembrolizumab + epacadostat)

L'étude KEYNOTE-037, en cours, est une étude de phase I/phase II évaluant l'efficacité du pembrolizumab en association avec l'epacadostat (INCB024360) - un inhibiteur sélectif de l'IDO1 expérimental - chez les patients atteints d'une forme avancée de cancer. Merck et Incyte Corporation collaborent à cette étude. Les données de cette étude, recueillies dans la cohorte de patients atteints d'un mélanome, ont été présentées le 21 novembre à 14 h 50 (HNP) par le Dr Omid Hamid, directeur, Melanoma Center, The Angeles Clinic and Research Institute. Ces données ont été présentées plutôt ce mois-ci au congrès annuel de la Society for Immunotherapy of Cancer dans le cadre d'une présentation sur plusieurs types de tumeurs. Les données présentées comprenaient des données supplémentaires sur l'innocuité.

Les données préliminaires de cette étude ont révélé que chez 19 patients atteints d'un mélanome à un stade avancé, l'association du pembrolizumab (deux doses étudiées - 2 mg/kg ou 200 mg toutes les trois semaines) avec l'epacadostat (quatre doses étudiées - 25, 50, 100 ou 300 mg deux fois par jour), a entraîné un taux de réponse globale de 53 % (n = 10/19), y compris trois réponses complètes et sept réponses partielles. Le taux de maîtrise de la maladie était de 74 % (n = 14/19).

Les effets indésirables liés au traitement étaient conformes aux données déjà rapportées sur l'innocuité du pembrolizumab comme agent unique. Au total, 15 % (n = 9/60) des patients inclus dans l'évaluation de l'innocuité et atteints de divers types de tumeurs ont présenté des effets indésirables liés au traitement de grade 3, selon l'évaluation faite par les chercheurs, notamment une éruption cutanée (8 %), l'arthralgie (2 %), une augmentation du taux d'ASAT (2 %), une inflammation de la muqueuse (2 %) et des troubles du système nerveux (2 %). Trois patients ont abandonné le traitement (un cas d'arthralgie de grade 3, un cas d'augmentation du taux d'ASAT de grade 3, et un cas de troubles du système nerveux de grade 2). On n'a observé aucun effet indésirable de grade 4 ni aucun décès lié au traitement.

Tel qu'il a déjà été annoncé, compte tenu de ces résultats, ce traitement d'association fera l'objet d'une étude de phase III.

Résultats préliminaires issus de l'étude MASTERKEY-265 (pembrolizumab + T-VEC)

L'étude MASTERKEY-265, en cours, est une étude de phase 1b visant à évaluer l'innocuité, l'efficacité et le profil de tolérance du pembrolizumab en association avec le talimogène laherparepvec (T-VEC) - une immunothérapie oncolytique à base du virus de l'herpès simplex de type 1 (HSV-1) - chez les patients présentant un mélanome à un stade avancé, non résécable, n'ayant jamais été traités. Merck et Amgen collaborent à cette étude. Les données de cette étude ont été présentées le 21 novembre à 15 h 20 (HNP), par la Dre Georgina Long, professeure agrégée, Melanoma Institute Australia, université de Sydney.

Les données présentées ont été recueillies auprès de 16 patients évaluables et étaient issues de la première analyse de l'étude; les résultats ont démontré que le traitement associant le pembrolizumab (200 mg toutes les deux semaines) et T-VEC (jusqu'à 4 mL de 106 UFP/mL, puis 108 UFP/mL toutes les deux semaines) a entraîné un taux de réponse globale non confirmé de 56,3 % (n = 9/16) (IC à 95 % : 19,8 à 70,1) y compris deux réponses complètes et sept réponses partielles. Le taux de maîtrise de la maladie était de 68,8 % (n=11/16) (IC à 95 % : 11 à 58,7).

 Les effets indésirables liés au traitement étaient conformes aux données déjà rapportées sur l'innocuité du pembrolizumab. Les 21 patients inscrits ont présenté au moins un effet indésirable, dont la plupart étaient de grades 1 et 2. Les effets indésirables de tout grade les plus fréquemment observés (survenus chez au moins 30 % des patients) étaient les suivants : fatigue (52 %), pyrexie (48 %), frissons (43 %), éruption cutanée (38 %), céphalées (33 %) et nausées (33 %). Les effets indésirables de grade 3 incluaient les suivants : céphalées (5 %) et diarrhée (5 %). Les effets indésirables de grade 3 liés au traitement survenus chez 5 patients incluaient l'anémie, l'hyperglycémie, l'hypoglycémie, l'hypophosphatémie, une céphalée, une éruption maculaire et une éruption généralisée. Aucune toxicité limitant la posologie n'a été rapportée.

À la lumière de ces résultats, nous prévoyons procéder à une phase III dans le cadre de cette étude.

Résultats préliminaires issus de l'étude KEYNOTE-029 (pembrolizumab + ipilimumab)

L'étude KEYNOTE-029, en cours, est une étude de phase I/phase II visant à évaluer l'innocuité, l'efficacité et le profil de tolérance du pembrolizumab en association avec une faible dose d'ipilimumab chez les patients présentant un mélanome à un stade avancé afin de déterminer si des doses plus faibles d'ipilimumab pourraient améliorer le profil de tolérance du traitement d'association. Les résultats préliminaires de cette étude ont été présentés le 21 novembre à 14 h (HNP), par la Dre Georgina Long, professeure agrégée, Melanoma Institute Australia, université de Sydney.

Les résultats préliminaires obtenus auprès de 72 patients évaluables présentant un mélanome à un stade avancé ont démontré que l'utilisation du pembrolizumab (2 mg/kg toutes les trois semaines) en association avec une faible dose d'ipilimumab (1 mg/kg toutes les trois semaines, pour un total de quatre doses) a permis d'atteindre un taux de réponse globale de 56 % (IC à 95 % : 43 à 67), y compris trois réponses complètes et 37 réponses partielles. Le taux de maîtrise de la maladie était de 79 % (IC à 95 % : 68 à 88).

Des effets indésirables liés au traitement ont été observés chez 93 % (n = 67/72) des patients. Des effets indésirables liés au traitement de grades 3 et 4 ont été observés chez 36 % des patients (n = 26/72), y compris une élévation du taux de lipase (8 %), une élévation du taux d'amylase (6 %), une élévation du taux d'ALAT (6 %), une élévation du taux d'ASAT (4 %), une éruption cutanée (3 %) et la diarrhée (1 %). Les effets indésirables liés au traitement de grades 3 et 4 incluaient la thyroïdite, l'hypophysite, le diabète de type 1, la pneumonite, la colite, l'hépatite, la pancréatite, des réactions cutanées graves et des événements rénaux. On n'a observé aucun décès lié au traitement.

Autres résultats de l'étude KEYNOTE-006

L'étude KEYNOTE-006 est une étude pivot internationale de phase III, avec répartition aléatoire, menée au su auprès de patients atteints d'un mélanome non résécable de stade III ou IV (stades avancés) qui n'avaient jamais été traités avec l'ipilimumab et qui avaient reçu un traitement à action générale tout au plus. Les patients ont reçu du pembrolizumab à raison de 10 mg/kg toutes les deux semaines (n = 279), du pembrolizumab à raison de 10 mg/kg toutes les trois semaines (n = 277) ou quatre cycles de traitement avec l'ipilimumab à raison de 3 mg/kg toutes les trois semaines (n = 278). Les résultats d'aujourd'hui fournissent des données sur les autres paramètres, soit le taux de survie globale et la survie sans progression, d'après un suivi additionnel de 6 mois (durée médiane du suivi : 13,8 mois). Il s'agit également de la première présentation des résultats rapportés par les patients. Les résultats ont été présentés en deux séances d'affiches par le Dr Jacob Schachter, Ella Lemelbaum Institute for melanoma, Sheba Medical Center, et la Dre Teresa Petrella, Sunnybrook Health Sciences Centre, Université de Toronto.

Les résultats ont démontré que les taux de survie sans progression obtenus avec le pembrolizumab après 12 mois étaient deux fois plus élevés que ceux obtenus avec l'ipilimumab - 37,7 % dans la cohorte de patients recevant le pembrolizumab toutes les deux semaines et de 36,3 % dans le groupe recevant le pembrolizumab tous les trois semaines, comparativement à 17,2 % dans le groupe recevant l'ipilimumab (risque relatif : 0,60 [IC à 95 % : 0,49 à 0,74; p < 0,00001] et risque relatif : 0,59 [IC à 95 % : 0,48 à 0,73], respectivement). De plus, le taux de réponse globale était de 36,2 % et 36,1 % chez les patients recevant le pembrolizumab aux deux semaines ou aux trois semaines ([IC à 95 % : 30,6 à 42,1]; et [IC à 95 % : 30,4 à 42,1], respectivement), comparativement à 12,9 % pour l'ipilimumab (IC à 95 % : 9,2 à 17,5).

Aucun cas de décès lié au traitement n'a encore été signalé dans le groupe pembrolizumab et on n'a noté aucun décès lié au traitement dans le groupe ipilimumab, sauf celui rapporté antérieurement. On a signalé moins d'effets indésirables liés au traitement de grades 3 à 5 dans le groupe recevant le pembrolizumab que dans le groupe recevant l'ipilimumab - 15,1 % et 12,6 % des patients recevant le pembrolizumab toutes les deux semaines et toutes les trois semaines ont présenté des effets indésirables de grades 3 et 4, respectivement, comparativement à 19,9 % de ceux recevant l'ipilimumab. Les effets indésirables à médiation immunitaire liés au traitement étaient conformes aux données déjà rapportées sur l'innocuité du pembrolizumab et incluaient l'hypothyroïdie, l'hyperthyroïdie, la colite, l'hépatite, l'hypophysite, la pneumonite, le diabète de type 1, l'uvéite, la myosite et la néphrite.

Par ailleurs, lors du congrès de la Society for Melanoma Research, on a aussi présenté, toujours en rapport avec cette étude, une analyse prédéterminée de nouveaux résultats signalés par les patients en ce qui concerne leur qualité de vie liée à la santé (QVLS) pour certains aspects, comme leur fonction physique, émotionnelle, cognitive et sociale, selon l'EORTC (European Organization for Research and Treatment of Cancer [EORTC] Core Quality of Life Questionnaire). L'étude a démontré que la QVLS était maintenue à un degré plus élevé avec le pembrolizumab qu'avec l'ipilimumab - la variation par rapport aux valeurs initiales à la semaine 12 (différence entre les traitements, selon la méthode des moindres carrés) pour le pembrolizumab était de -2,3 (IC à 95 % : -5,21 à 0,62) pour le groupe recevant le produit toutes les deux semaines et de -2,6 (IC à 95 % : -5,44 à 0,23) pour le groupe recevant le produit toutes les trois semaines, respectivement, comparativement à -9,9 (IC à 95 % : -13,01 à -6,72) pour le groupe recevant l'ipilimumab.

En outre, le pembrolizumab a été associé à un meilleur profil de symptômes. Les patients des groupes recevant le pembrolizumab affichaient une augmentation moins importante par rapport aux valeurs initiales pour ce qui est des symptômes suivants : fatigue, douleur, dyspnée, perte d'appétit et diarrhée, ce qui indique que même si ces symptômes se sont aggravés avec la prise du pembrolizumab, cette exacerbation a été de moindre importance qu'avec l'ipilimumab. Le pembrolizumab a également permis de réduire les nausées, les vomissements et insomnie, par rapport au début de l'étude, alors que ces symptômes se sont aggravés avec la prise d'ipilimumab.

À propos du mélanome

Le mélanome, la forme la plus grave de cancer de la peau1, se caractérise par la croissance incontrôlée des cellules qui produisent le pigment de la peau. L'incidence du mélanome a augmenté au cours des quatre dernières décennies : environ 232 130 nouveaux cas ont été diagnostiqués dans le monde entier en 2012.

Au Canada, il a été estimé qu'en 2015, 6 800 Canadiens recevraient un diagnostic de mélanome et que 1 150 Canadiens décéderaient de la maladie2.

On estime à 15 à 20 % le taux de survie à 3 ans pour le mélanome à un stade avancé ou métastatique (stade IV)3.

À propos de KEYTRUDA® (pembrolizumab) au Canada

Le pembrolizumab, connu sous le nom de marque KEYTRUDA®, est un anticorps monoclonal humanisé qui bloque l'interaction entre le PD-1 et ses ligands, le PD-L1 et le PD-L2. En se liant au récepteur PD-1 et en bloquant l'interaction avec ses ligands, le pembrolizumab lève l'inhibition de la réponse immunitaire médiée par le PD-1, y compris la réponse immunitaire antitumorale. Au Canada, KEYTRUDA® a été approuvé pour le traitement du mélanome non résécable ou métastatique et dans les cas d'évolution de la maladie à la suite d'un traitement avec l'ipilimumab et, en présence d'une mutation V600 du gène BRAF, à la suite d'un traitement avec un inhibiteur du gène BRAF ou MEK. Aucune amélioration du taux de survie ou des symptômes associés à la maladie n'a encore été mise en évidence. KEYTRUDA bénéficie d'une autorisation de commercialisation avec conditions, en attendant les résultats d'études permettant d'attester son bénéfice clinique.

Merck mène un programme de développement clinique d'envergure et à croissance rapide qui s'est rapidement élargi pour inclure plus de 30 types de tumeurs dans plus de 160 études cliniques, dont plus de 80 portent sur l'association du pembrolizumab à d'autres traitements contre le cancer.

Pour de plus amples renseignements sur le pembrolizumab, veuillez consulter la monographie de produit disponible à l'adresse http://www.merck.ca/assets/fr/pdf/products/KEYTRUDA-PM_F.pdf.

Notre intérêt pour le cancer

Notre objectif est de traduire les percées scientifiques en médicaments novateurs pour le traitement du cancer dans le but d'aider les personnes atteintes de cancer partout dans le monde. Chez Merck Oncologie, aider à lutter contre le cancer est une passion, favoriser l'accès à nos médicaments contre le cancer est un engagement et poursuivre la recherche en immuno-oncologie est un idéal, et nous accélérons chaque étape du processus - du laboratoire à la clinique - pour offrir un nouvel espoir aux personnes aux prises avec un cancer. Pour obtenir un complément d'information sur nos essais cliniques en oncologie, visitez le site à l'adresse www.merck.com/clinicaltrials.

À propos de Merck Canada

La société Merck d'aujourd'hui est un chef de file mondial dans le domaine des soins de santé qui œuvre au bien-être du monde.

Merck est connue sous le nom de MSD à l'extérieur des États-Unis et du Canada. Grâce à nos médicaments d'ordonnance, vaccins, traitements biologiques et de santé animale, nous collaborons avec nos clients et œuvrons dans plus de 140 pays à procurer des solutions de santé novatrices.

Nous démontrons également notre détermination à améliorer l'accès aux soins de santé grâce à des politiques, programmes et partenariats d'envergure. Pour de plus amples renseignements à propos de nos activités au Canada, visitez le site www.merck.ca et YouTube.

Déclarations prospectives de Merck & Co., Inc., Kenilworth, N.J., États-Unis

Ce communiqué de Merck & Co., Inc., Kenilworth, N.J., États-Unis (la « Société ») contient des « déclarations prospectives » (forward looking statements), au sens des dispositions libératoires de la Private Securities Litigation Reform Act de 1995 des États-Unis. Ces déclarations sont fondées sur les convictions et les prévisions actuelles de la direction de la Société et sont soumises à de nombreux risques et incertitudes. Rien ne garantit que les produits au stade expérimental recevront les approbations nécessaires des organismes de réglementation ou qu'ils auront un succès commercial. Si les postulats comptables se révèlent inexacts ou en cas de risques ou d'incertitudes, les résultats réels peuvent différer de façon appréciable de ceux que décrivent les déclarations prospectives.

Les risques et les incertitudes comprennent, sans s'y limiter, les conditions générales du secteur et la concurrence; les facteurs économiques généraux, y compris le taux d'intérêt et les fluctuations du taux de change; les effets de la réglementation de l'industrie pharmaceutique ou des lois concernant les soins de la santé aux États-Unis et à l'échelle mondiale; les tendances mondiales en matière de limitation des coûts de soins de santé; les percées technologiques et les nouveaux produits des concurrents ainsi que les brevets obtenus par ces derniers; les défis inhérents à la mise au point des nouveaux produits, y compris l'obtention de l'approbation réglementaire; la capacité de la Société à prédire précisément les conditions de marché futures; les difficultés ou les retards liés à la fabrication; l'instabilité financière des économies mondiales et le risque-pays; la dépendance à l'égard de l'efficacité des brevets de la Société et des autres protections relatives aux produits innovants, ainsi que le risque de faire l'objet d'actions judiciaires, y compris les litiges sur les brevets, ou de mesures réglementaires.

La Société ne s'engage aucunement à publier des mises à jour de ses déclarations prospectives à la suite de nouveaux renseignements, d'événements futurs ou de quelque fait que ce soit. D'autres facteurs susceptibles d'entraîner une différence notable entre les résultats réels et les résultats décrits dans les déclarations prospectives sont énoncés dans le rapport annuel 2014 de la Société établi sur le formulaire 10-K et dans les autres documents déposés par la société auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis et accessibles sur le site Internet de cette dernière (www.sec.gov).

# # #

  1. Medline Plus, (mai 2012), Melanoma. (extrait le 20 novembre 2015 de http://www.nlm.nih.gov/medlineplus/ency/article/000850.htm).
  2. Société canadienne du cancer, Melanoma. (extrait le 20 novembre 2015 de http://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/skin-melanoma/statistics/?region=on).
  3. American Cancer Society, Melanoma Skin Cancer. (extrait le 20 novembre 2015 de http://www.cancer.org/cancer/skincancer-melanoma/detailedguide/melanoma-skin-cancer-survival-rates). 

 

 

SOURCE Merck Canada Inc.

Renseignements : Relations avec les médias : Annick Robinson, 438-837-2550; Relations avec les investisseurs : Teri Loxam, 908-740-1986

RELATED LINKS
www.merck.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.