Manque de reconnaissance pour le personnel professionnel des collèges - La FPPC-CSQ fait le point sur la situation des cégeps de Rimouski et de Matane

RIMOUSKI, QC, le 27 avril 2017 /CNW Telbec/ - La Fédération du personnel professionnel des collèges (FPPC-CSQ), le Syndicat des professionnelles et professionnels du Cégep de Rimouski (SPPCR-CSQ) et le Syndicat des professionnels du Cégep de Matane (SPCM-CSQ) revendiquent une plus grande reconnaissance du travail des professionnelles et professionnels dans les collèges.

La présidente de la FPPC-CSQ, Suzanne Tousignant, est de passage dans la région dans le cadre d'une tournée des syndicats de la Fédération à travers le Québec. « Avec les années, les fonctions des professionnelles et professionnels des collèges se sont complexifiées et nos tâches se sont alourdies. En contrepartie, nos conditions de travail ne se sont pas améliorées. Au contraire, à certains égards, elles se sont détériorées », constate-t-elle.

Un rôle essentiel mal reconnu

Il y a généralement une méconnaissance regrettable du rôle du personnel professionnel. « Nous déplorons que notre expertise ne soit pas reconnue à sa juste valeur. Plusieurs semblent ignorer la différence importante que fait le personnel professionnel dans l'ensemble de la vie collégiale », explique Suzanne Tousignant.

La situation au Cégep de Rimouski

Le Collège de Rimouski emploie un peu plus d'une trentaine de professionnels pour une clientèle d'environ 3 000 étudiants répartis dans ses trois composantes, soit le Cégep de Rimouski, l'Institut  maritime du Québec et le Centre matapédien d'études collégiales, ce qui est nettement insuffisant. Bien que le nombre d'étudiants ayant des besoins particuliers soit passé de 31 à 313 au cours des dix dernières années, il n'y a qu'une seule professionnelle qui œuvre aux services adaptés. « Il nous apparaît important d'augmenter le nombre de professionnels au sein de notre organisation afin de maintenir la qualité et la quantité des services présentement offerts tout en s'assurant que nos membres ne soient pas soumis à une surcharge de travail », souligne Maurice Vinet, président du SPPCR-CSQ.

Maurice Vinet ajoute qu' « il s'avère essentiel de travailler plus étroitement avec la direction afin de faire en sorte que le rôle des professionnels soit reconnu à sa juste valeur et que les frontières de travail soient respectées ».

La situation au Cégep de Matane

Pour sa part, le président du Syndicat des professionnels du Cégep de Matane (SPCM-CSQ), Alain Bernard, mentionne que son établissement compte 13 professionnels pour 660 étudiants.

« Nous sommes peu nombreux et nous devons donc traiter plusieurs dossiers différents pour répondre aux besoin de notre employeur et du ministère. De plus, nous devons constamment développer de nouvelles approches afin que notre établissement demeure attrayant. Par ailleurs, étant un cégep en région, nous faisons face à une réalité particulière, c'est-à-dire un manque de spécialistes. Nous sommes donc dans l'obligation de faire plus de recherche et de devoir nous déplacer souvent vers les grands centres pour aller chercher l'information et les services dont nous avons besoin », rapporte Alain Bernard.

« Comme si ce n'était pas suffisant, nous devons également assumer certaines tâches de gestion et des tâches techniques, faute de personnel. Il n'est pas surprenant que la majorité de nos membres vivent une situation de surcharge de travail. Ces conditions de travail difficiles s'ajoutent à un manque de reconnaissance déjà condamnable », constate le président du SPCM-CSQ.

Plan d'action pour la pleine reconnaissance

En terminant, la présidente de la FPPC-CSQ explique : « Certains résultats de la dernière négociation, comme les rangements dans la structure salariale, demeurent en effet insatisfaisants. En entérinant l'entente de principe négociée par le Front commun, nos membres ont choisi d'utiliser d'autres lieux pour revendiquer haut et fort des changements. Pensons notamment au dossier de plaintes en équité salariale et aux comités nationaux en lien avec les relativités salariales pour le rangement des conseillers pédagogiques ».

La tournée entreprise auprès des 34 syndicats de la Fédération permettra de rencontrer les membres afin de leur présenter un plan d'action visant la pleine reconnaissance du travail et de l'expertise du personnel professionnel collégial par de meilleures conditions de travail.

Profils

La Fédération du personnel professionnel des collèges (FPPC-CSQ) représente près de 1 200 professionnelles et professionnels répartis dans 34 cégeps et qui occupent 17 catégories d'emploi. Elle regroupe exclusivement du personnel professionnel de cégep.

La CSQ représente plus de 200 000 membres, dont près de 130 000 font partie du personnel de l'éducation. Elle est l'organisation syndicale la plus importante en éducation et en petite enfance au Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.

 

SOURCE Fédération du personnel professionnel des collèges (FPPC-CSQ)

Renseignements : Claude Girard, Conseiller en communication de la CSQ, Téléphone : 514 237-4432, Courriel : girard.claude@lacsq.org, Twitter : @csq_centrale


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.