Manifestation à la conférence du ministre de l'Éducation, Yves Bolduc - L'austérité en éducation, des impacts concrets

MONTRÉAL, le 20 févr. 2015 /CNW Telbec/ - Des syndiqué-es de l'ensemble du monde de l'éducation ont manifesté bruyamment ce midi, lors d'une conférence du ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, à l'hôtel Hyatt Regency. Invité à prendre la parole devant les membres de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, le ministre Bolduc a offert une présentation intitulée « La réussite des élèves : au cœur de nos priorités ! ».

« Il est des plus grotesques que le ministre Bolduc vienne prêcher la bonne parole sur la réussite scolaire alors qu'il représente un gouvernement qui impose des mesures d'austérité des plus draconiennes, qui attaquent le droit à l'éducation de la petite enfance jusqu'à l'enseignement supérieur! », a fustigé la présidente du Conseil central du Montréal métropolitain-CSN, Dominique Daigneault.

« Quelle effronterie ! » a pour sa part tempêté la présidente de la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec, Caroline Senneville, qui a rappelé « le rôle irremplaçable de l'éducation comme vecteur d'équité sociale ».

« Nous ne sommes pas dupes des intentions du ministre qui tente de nous faire croire que les compressions n'ont pas d'impacts sur les services aux élèves et à la population. Le thème de sa conférence, c'est de la bouillie pour les chats ! », s'est insurgé le président de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), Denis Marcoux.

Les compressions en éducation
Tous les secteurs en éducation sont visés par les mesures d'austérité du gouvernement. S'ajoutant aux coupes de 640 M$ imposées depuis quatre ans, les commissions scolaires ont subi des compressions de 150 M$ se traduisant par d'autres coupes dans divers programmes, dont l'aide aux devoirs, l'aide alimentaire, le transport scolaire et certains programmes d'aide aux immigrantes et aux immigrants. Pour la Commission scolaire de Montréal (CSDM), la plus importante au Québec et qui compte un nombre significatif d'élèves allophones, défavorisés, handicapés ou en difficulté d'apprentissage et ayant besoin de services particuliers, les mesures d'austérité sont dramatiques puisque la CSDM était déjà aux prises avec un sous-financement. Non seulement les enfants en font-ils les frais, mais aussi les travailleuses et les travailleurs qui voient leur tâche alourdie et leurs heures de travail réduites, cela surtout dans le secteur de l'adaptation scolaire. Les coupes entraînent aussi des abolitions de postes (secrétaires, agentes de formation, techniciennes et techniciens en éducation spécialisée, en documentation ou en travaux pratiques, chauffeurs du transport adapté, etc.).

Les cégeps y passent également puisqu'une nouvelle compression budgétaire récurrente de plus de 19 M$ leur a été imposée, et ce, en cours d'année financière. Cette coupe s'ajoute aux cinq compressions déjà essuyées ces quatre dernières années, totalisant 109 M$. Des heures de travail et des postes de divers groupes d'employé-es sont coupés (techniciennes et techniciens en informatique et en travaux pratiques, ouvriers spécialisés, personnel d'entretien ménager, personnel administratif, psychologues, aides pédagogiques, conseillers en orientations, etc.), entraînant un effet direct sur la qualité des services offerts aux étudiantes et aux étudiants.

Les trois représentantes syndicales estiment extrêmement inquiétante la volonté du ministre Bolduc d'opérer un virage dans les orientations du réseau collégial en imposant une vision commerciale, axée sur la multiplication de formations courtes et de nouveaux diplômes dans les cégeps.

Du côté des universités, Québec impose une coupe récurrente de 32 M$, qui s'ajoute aux 172 M$ déjà rognés pour l'année 2014-2015. À l'UQAM, la direction propose une coupe de salaire de 2% à tous ses employé-es et l'abolition de 150 cours, ce qui aura des effets sur l'offre et la diversité de cours. À l'Université de Montréal, ce sont 250 cours qui pourraient être supprimés sur deux ans.

« L'éducation doit servir à développer l'autonomie des personnes. Elle est un symbole de progrès social et un moteur de développement de notre société. Le financement du réseau public de l'éducation de même que sa valorisation doivent être au cœur des décisions du gouvernement afin d'en assurer la pérennité », a conclu madame Senneville.

À propos du CCMM-CSN, de la FEESP-CSN et de la FNEEQ-CSN
Le Conseil central du Montréal métropolitain-CSN regroupe plus de 100 000 membres des secteurs public et privé, répartis au sein de près de 400 syndicats à Montréal, à Laval et dans le Grand Nord du Québec. La Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) compte environ 55 000 membres œuvrant dans le domaine des services public et parapublic. La FNEEQ-CSN regroupe quelque 33 000 membres, dans les cégeps, les établissements privés et les universités. Elle est l'organisation syndicale la plus représentative de l'enseignement supérieur au Québec.

 

SOURCE CONSEIL CENTRAL DU MONTREAL METROPOLITAIN (CCMM-CSN)

Renseignements : Emmanuelle Proulx, conseillère syndicale, CCMM-CSN, 514 598-2012, emmanuelle.proulx@csn.qc.ca, www.ccmm-csn.qc.ca, FB : Conseil.Central.Montreal.Metropolitain.CSN; France Désaulniers, conseillère aux communications, FNEEQ-CSN, 514-219-2947 (portable), France.desaulniers@csn.qc.ca, www.fneeq.qc.ca FB : FneeqCSN, Twitter : @FneeqCSN

LIENS CONNEXES
http://www.ccmm.csn.qc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.