L'Indice Scotia des prix des produits de base recule en décembre

Les prix du gaz naturel tombent à leur niveau le plus bas en dix ans, ce qui entraîne une réduction de la production de gaz sec aux États-Unis

Les prix du cuivre se redressent fortement alors que les importations chinoises bondissent et atteignent un niveau record et que les fonds de couverture adoptent une position longue nette

La politique de taux d'intérêt extrêmement bas de la Réserve fédérale et les allusions à un QE3 stimulent les cours de l'or

TORONTO, le 31 janv. 2012 /CNW/ - L'indice des prix des produits de base de la Banque Scotia a décliné de 1,3 % en glissement mensuel en décembre, terminant l'année 2011 en baisse de 0,1 % par rapport à l'année précédente. Après s'être redressé au début de 2011, l'indice global a chuté de 10,3 % comparativement à son sommet à court terme d'avril dernier, soit avant que l'endettement excessif des pays plus fragiles de la zone euro ne commence à inquiéter les marchés financiers.

« L'état d'esprit s'est cependant amélioré au début de 2012, certains fonds d'investissement et de couverture ayant délaissé leurs positions courtes sur les métaux communs pour adopter des positions longues malgré les craintes au sujet de la zone euro », souligne Patricia Mohr, vice-présidente d'Études économiques Scotia et spécialiste du marché des produits de base à la Banque Scotia.

« Les indicateurs économiques des États-Unis ont légèrement progressé grâce à une hausse des ventes d'automobiles et à une augmentation de la production et des commandes des constructeurs, ce qui a entraîné à la hausse les prix des matières premières industrielles, comme l'acier et les métaux communs de qualité supérieure, dans le Midwest des États-Unis, qui est le centre industriel du pays », ajoute Mme Mohr. « Bien que la Chine n'ait assoupli sa politique monétaire que modérément jusqu'ici, les fonds de couverture commencent à entrevoir le retour de mesures favorables à la croissance et sont maintenant plus enclins à espérer un "atterrissage en douceur". L'annonce par la Réserve fédérale que la conjoncture économique lui permettra vraisemblablement de garder le taux de ses fonds à un niveau extrêmement bas au moins jusqu'à la fin de 2014 a donné un coup de fouet aux prix de l'or et des métaux industriels à la mi-janvier. »

En décembre, l'indice des métaux et des minéraux a reculé de 1,6 % en glissement mensuel, mais est demeuré à 2,9 % au-dessus de son niveau d'il y a un an. Toutefois, les prix des métaux communs se sont fortement redressés en janvier, particulièrement le cuivre, « valeur étoile » à la Bourse des métaux de Londres (LME). Les prix du cuivre ont atteint un sommet de 3,91 $ US la livre le 27 janvier, générant une marge bénéficiaire exceptionnelle de 65 % supérieure au seuil de rentabilité mondial moyen. Les importations chinoises de cuivre affiné ont bondi à un niveau record en décembre.

L'indice du pétrole et du gaz s'est replié en décembre (baisse de 3,6 % en glissement mensuel), sous l'impulsion du gaz naturel. Les prix à terme à échéance la plus proche au Nymex sont tombés aussi bas que 2,32 $ US le million d'unités thermiques britanniques (MBTU) le 19 janvier - du jamais vu depuis 2002 - avant de remonter légèrement à 2,67 $ US plus tard dans le mois.

L'indice des produits forestiers a gagné du terrain en décembre, progressant de 0,7 % en glissement mensuel. L'augmentation des prix du bois d'œuvre et des panneaux à copeaux orientés (OSB) a plus qu'annulé le nouveau recul des prix de la pâte NBSK, qui se sont fixés à 890 $ US la tonne, et le léger déclin des prix du papier SC-A. Les prix des 2 x 4 en pin-sapin-épinette de l'Ouest sont passés de seulement 230 $ US à 248 $ US le millier de pieds-planche (kpmp) en décembre, clôturant ainsi l'année à un lucratif prix de 261 $ US grâce à une légère amélioration du nombre de mises en chantier au quatrième trimestre aux États-Unis (657 000 unités sur une base annualisée), à la fermeture d'usines pendant la période des Fêtes et aux prévisions concernant une reprise des achats de la Chine au début de 2012 (ce qui se produit actuellement).

L'indice des produits agricoles a également progressé légèrement en décembre, avec une hausse de 0,8 % en glissement mensuel. L'augmentation des prix du bétail, de l'orge et des homards de la côte de l'Atlantique (l'exportation canadienne la plus prisée dans la catégorie fruits de mer et poissons) a plus que compensé le faible déclin des prix du blé et du porc. Les prix du bétail en Ontario (bouvillons A1 et A2) ont atteint le niveau record de 115,53 $ US le quintal, ce qui représente une progression de 20 % en glissement annuel. Même si le cheptel est en voie d'expansion partout en Amérique du Nord après plusieurs années de liquidation, son rétablissement demandera du temps, ce qui laisse entrevoir de nouvelles hausses des prix du bétail dans l'avenir.

Les prix du pétrole West Texas Intermediate (WTI) ont légèrement augmenté en décembre, atteignant 98,58 $ US le baril et s'établissant en moyenne à 100,38 $ US jusqu'à maintenant en janvier, ce qui représente une progression considérable par rapport au creux à court terme de 75,67 $ US qui a été enregistré le 4 octobre 2011 au cours d'une période d'extrême aversion au risque liée aux difficultés dans la zone euro. Le prix au comptant du Brent (un meilleur étalon mondial que le WTI) demeure élevé à 111,12 $ US à la fin du mois de janvier.

Une importante « prime de risque géopolitique » a refait surface en lien avec les prix du pétrole à l'échelle mondiale au cours des derniers mois, ce qui est principalement attribuable au resserrement des sanctions imposées à l'Iran pour qu'elle mette un frein à ses supposées ambitions en matière d'armes nucléaires. L'Iran a réagi en menaçant de fermer le détroit d'Ormuz ou d'imposer d'avance son propre embargo à l'Union européenne.

Études économiques Scotia propose à sa clientèle une analyse approfondie des facteurs qui façonnent les perspectives du Canada et de l'économie mondiale, notamment l'évolution macroéconomique, les tendances des marchés de change et des capitaux, le rendement des produits de base et de l'industrie ainsi que les enjeux relatifs aux politiques monétaires, fiscales et gouvernementales.

SOURCE Banque Scotia - Rapports Economiques

Renseignements :

Patricia Mohr, Études économiques Scotia, 416-866-4210, pat_mohr@scotiacapital.com;
Joe Konecny, relations avec les médias, Banque Scotia, 416-933-1795, joe_konecny@scotiacapital.com

Profil de l'entreprise

Banque Scotia - Rapports Economiques

Renseignements sur cet organisme

Banque Scotia

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.