Libre-échange Canada-UE : La démocratie doit déterminer ce qui adviendra d'une entente commerciale, selon Unifor

TORONTO, le 17 oct. 2013 /CNW/ - Jerry Dias, président national d'Unifor, demande aux conservateurs de Harper de communiquer immédiatement le texte de l'accord de libre-échange avec l'Union européenne et de veiller à ce que cette entente fasse l'objet d'un processus d'examen transparent et démocratique à l'échelle fédérale et provinciale avant qu'une loi s'y rapportant soit promulguée.

Le syndicat craint particulièrement qu'en raison de sa vaste portée, l'Accord économique et commercial global (AECG) que le premier ministre Stephen Harper est allé signer à Bruxelles ait une incidence sur les travailleurs canadiens (spécialement dans le secteur manufacturier), les coûts des soins de santé ainsi que sur les politiques et le processus d'approvisionnement du secteur des télécommunications.

« Il est tout simplement inacceptable que la population canadienne soit laissée dans l'ignorance en ce qui concerne cet important accord économique », a déclaré M. Dias.

M. Dias a exhorté tous les premiers ministres canadiens à participer à un débat franc et transparent sur cette entente, la publication du texte intégral étant un élément clé d'un tel processus.

L'AECG créera un précédent en matière d'accord commercial en ce sens qu'il ouvrira le secteur des télécommunications du Canada aux entreprises étrangères (selon les documents sur les négociations ayant été rendus publics).

Une telle mesure ferait en sorte qu'il serait extrêmement difficile pour un futur gouvernement d'annuler la récente réforme des conservateurs de Harper qui permet aux multinationales étrangères d'acquérir une participation de 100 % dans des sociétés de télécommunications détenant jusqu'à 10 % du marché canadien et de prendre de l'expansion grâce à cette participation.

« Toute tentative des conservateurs d'utiliser l'AECG pour rendre irréversibles les récents changements accordant aux multinationales étrangères le droit d'acquérir une participation majoritaire dans le secteur des télécommunications constituerait une grossière attaque contre la démocratie », a affirmé M. Dias.

« Cela serait également néfaste pour la culture, la sécurité et les travailleurs du Canada. »

L'AECG devrait également permettre aux entreprises établies dans l'Union européenne d'accéder sans aucune contrainte aux appels d'offres publics des municipalités, des services publics et des autres organismes provinciaux. Cette mesure pourrait compromettre considérablement la politique de l'Ontario relative à l'achat de véhicules de transport en commun dans la province et d'autres initiatives en matière d'« achat local ».

Une étude réalisée par Jim Stanford, économiste d'Unifor, pour le Centre canadien de politiques alternatives, a révélé que l'AECG pourrait faire perdre plus de 150 000 emplois à l'économie canadienne. Le Canada souffre déjà d'un énorme déséquilibre commercial avec l'Europe, selon M. Stanford, et une entente de libre-échange ne ferait que l'aggraver.

Unifor représente plus de 300 000 travailleurs dans tous les secteurs de l'économie canadienne. Le syndicat a été fondé au cours de la fin de semaine de la fête du Travail par suite de la fusion du Syndicat des travailleurs et travailleuses canadien(ne)s de l'automobile et du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier lors d'un congrès à Toronto.

SOURCE : Unifor

Renseignements :

Communications d'Unifor - Katie Arnup, 416-333-8097, ou Stuart Laidlaw, 647-385-4054

Profil de l'entreprise

Unifor

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.