L'hôpital du Sacré-Coeur champion du prélèvement d'organes - Une occasion à saisir pour le nouveau ministre de la santé de réduire les coûts de santé de 50 millions de dollars et d'accroître les recettes fiscales du Québec


MONTRÉAL, le 30 mai 2014 /CNW Telbec/ - La Fondation canadienne du rein - Division du Québec se réjouit des résultats du projet pilote réalisé à l'hôpital du Sacré-Coeur de Montréal.

« C'est une excellente nouvelle pour les personnes atteintes d'insuffisance rénale et pour qui la greffe est le seul espoir de retrouver une vie normale.  Grâce aux résultats éloquents de ce projet, nous espérons que plus d'insuffisants rénaux pourront bénéficier à court terme de la greffe. Rappelons que chaque patient dialysé consacre annuellement plus de 1 000 heures de son temps  pour recevoir ses soins et ce, dans l'unique but d'assurer sa survie.  Ce qui génère des coûts importants pour notre système de santé et notre économie puisqu'il est impossible pour une majorité de ces patients de travailler dans ces conditions » soutient le président de la Division du Québec de La Fondation canadienne du rein, Monsieur Simon Brodeur.  

En juin 2013, La Fondation canadienne du rein a rencontré le Ministère de la  Santé et des Services sociaux afin de mettre en place les mécanismes qui favoriseraient la greffe rénale. Lors de cette rencontre la Fondation a déposé son mémoire  sur les avantages de la greffe intitulé : Soutenir la pratique de la greffe rénale au Québec : pourquoi et comment, ce dernier donnant suite à son étude économique publiée en novembre 2012, laquelle faisait valoir les bénéfices inhérents à la greffe comparativement à ceux de la dialyse.

Les 2 études sont disponibles sur le site de la Fondation :

Pour la version intégrale du mémoire :

http://kidney.ca/document.doc?id=4740

Pour l'étude économique :

http://kidney.ca/document.doc?id=3652

Rappelons que chaque année, environ 1 000 Québécois reçoivent un diagnostic d'insuffisance rénale chronique. Ces nouveaux cas d'année en année, viennent ajouter une pression supplémentaire sur notre système de santé.  On estime actuellement que 550 000 personnes sont atteintes d'insuffisance rénale au Québec. Au stade final de la maladie, seules la dialyse ou la greffe peuvent assurer la survie de la personne atteinte.

L'unique espoir de la greffe rénale

Les besoins en dons d'organes sont de plus en plus pressants en raison de l'accroissement rapide du nombre de patients aux prises avec une maladie rénale.  Pour  les personnes en attente d'une greffe, stade où les reins ne fonctionnent qu'à 15% ou moins de leur capacité, elle constitue leur unique espoir de reprendre une vie active.  Chaque année, plusieurs personnes décèdent avant même d'avoir reçu une greffe. Parmi les organes dont on a le plus besoin, le rein figure en première place.

Il faut que d'autres centres hospitaliers puissent également adopter le modèle de Sacré-Cœur

La Fondation milite depuis de nombreuses années en faveur l'augmentation du nombre de greffes qui se veut le meilleur traitement pour les personnes atteintes de maladie rénale. La Fondation recommandait au début de 2013 que soient mis en place des centres spécialisés dans le prélèvement d'organes.

«Ce que nous souhaitons c'est que le modèle développé à l'hôpital Sacré-Cœur en matière de prélèvement d'organes puisse être reproduit dans d'autres centres hospitaliers du Québec afin d'alléger le fardeau de la maladie rénale pour celui qui en souffre, pour ses proches qui le supportent et pour toute notre collectivité. » mentionne Monsieur Brodeur.

Au 31 décembre 2013, sur les 1 047 personnes inscrites sur la liste d'attente pour une transplantation, 75 % espéraient recevoir un rein.

«Notons qu'à la suite d'une greffe rénale, l'économie nette après 5 ans par patient dépasse 250 000 $ soit une économie possible de plus de 50 millions de dollars pour le ministère de la Santé et ceci, en augmentant de seulement 100 greffes de plus par année et à ce montant s'ajoutent des recettes fiscales découlant du retour au travail de plusieurs patients.  Nous comptons rencontrer sous peu le nouveau ministre de la Santé,  le Dr Barette,  afin de le sensibiliser à cette situation.»  ajoute Monsieur Brodeur.

À propos de La Fondation canadienne du rein
Lorsque La Fondation du rein a été fondée en 1964, les transplantations d'organes en étaient encore à un stade expérimental et seulement quelques hôpitaux offraient des traitements d'hémodialyse pour l'insuffisance rénale terminale auxquels l'accès était strictement réglementé par des comités de sélection. Prenant les devants, La Fondation du rein s'est employée à mieux faire connaître l'insuffisance rénale, à faire campagne pour une multiplication des centres de traitement et, bien sûr, à promouvoir et appuyer la recherche sur les greffes rénales. Les sommes recueillies par La Fondation du rein au cours de la décennie qui a suivi nous ont permis d'étendre notre action et de fournir les fonds initiaux pour la création de systèmes de prélèvement d'organes et la réalisation de recherches dans le domaine rénal. Depuis lors, La Fondation du rein a mis sur pied plusieurs programmes entre autres dans les domaines suivants : assistance financière à court terme, préparation de nombreux documents d'information sur les maladies rénales, formation scientifique et encadrement des chercheurs spécialisés dans le domaine rénal dans le cadre de l'important programme KRESCENT, création d'un site web sur la nutrition pour les patients devant suivre des régimes restrictifs en raison de leurs problèmes rénaux, camps d'été spéciaux pour les personnes en dialyse et organisation de centaines d'événements de sensibilisation un peu partout au pays.  La célébration de ces 50 ans de travail à l'avancement de la santé rénale et du don d'organes n'aurait été possible sans la mobilisation préalable des membres de la communauté : des bailleurs de fonds aux bénévoles et aux employés. À tous, nous disons Merci pour 50 ans de travail dévoué à réduire le fardeau de l'insuffisance rénale.

SOURCE : Fondation Canadienne du Rein - Division Québec

Renseignements : Louise Deguire, Directrice des communications - La Fondation canadienne du rein - Division du Québec, Tél. : (514) 938-4515 p. 225 - louise.deguire@rein.ca ou (514) 570-8374

Profil de l'entreprise

Fondation Canadienne du Rein - Division Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.