Lettre ouverte de madame Danièle Henkel, présidente du Conseil d'administration de la Société du parc Jean-Drapeau

UN PROJET MOBILISATEUR

MONTRÉAL, le 10 nov. 2015 /CNW Telbec/ - L'annonce récente du projet d'aménagement d'un amphithéâtre naturel, d'une promenade riveraine panoramique et d'une allée centrale redessinée dans le secteur sud-ouest de l'île Sainte-Hélène, au parc Jean-Drapeau, est une belle et grande nouvelle pour Montréal et pour tous les intervenants du milieu récréotouristique. Il s'agit d'un projet mobilisateur qui me rend fière et me conforte dans ma décision d'avoir accepté la présidence du Conseil d'administration de la Société du parc Jean-Drapeau. Cette fierté est d'ailleurs partagée par tous les membres du nouveau Conseil.

Lors de mon arrivée à la tête du Conseil, j'ai pris l'engagement ferme d'établir un véritable couloir d'informations entre la Société du parc Jean-Drapeau (SPJD) et les citoyens. Après 6 mois, c'est avec un enthousiasme animé par une volonté de transparence que j'ai décidé de faire, avec vous, le bilan du travail accompli et de vous informer sur les nombreux enjeux liés au projet d'aménagement.

L'arrivée d'un nouveau Conseil d'administration a été consécutive au rapport de l'Inspecteur général de la Ville de Montréal qui a révélé des irrégularités dans l'octroi de contrats en lien avec le projet d'aménagement du Parc. Il fallait donc réagir rapidement afin d'assainir la situation et aller de l'avant. Nous avions un seul objectif en tête : remettre le projet sur les rails.

Des mesures concrètes ont été prises :

  • Embauche d'un nouveau directeur général
  • Résiliation de tous les contrats visés par l'Inspecteur général
  • Embauche de nouveaux chargés de projets
  • Entente avec le service d'approvisionnement de la Ville de Montréal afin de soutenir le parc Jean-Drapeau dans ses processus d'appel d'offres
  • Révision de certains éléments du projet d'aménagement et confirmation de la portée et du budget des travaux (total 70,4 M$)
  • Élaboration d'un nouvel échéancier de réalisation qui prévoit la fin des travaux en 2018.

Nous aurions tous sincèrement souhaité un échéancier qui coïncide avec les festivités entourant le 375e anniversaire de Montréal en 2017. Dans ces circonstances, il était devenu impossible de livrer un projet d'une telle envergure dans les délais requis. Nous avons donc opté pour une approche plus réaliste qui du coup minimisera les impacts sur les activités de nos principaux partenaires. Non seulement avons-nous réussi à relancer dans un temps record un projet majeur, mais nous avons également positionné le parc Jean-Drapeau comme un levier de développement récréotouristique de premier plan pour Montréal.

Amphithéâtre naturel

Le projet d'amphithéâtre s'inscrit dans la volonté de doter Montréal d'une infrastructure qui permettra d'accueillir de grands événements internationaux en plein air, sans devoir subir certaines des contraintes actuelles liées au montage et au démontage des sites. Cet amphithéâtre, à la pointe de la technologie, permettra de bonifier la programmation actuelle de même que les redevances et les coûts de location demandés aux promoteurs d'événements.

Actuellement, le site du futur amphithéâtre accueille plusieurs types d'événements dont le Festival Osheaga qui génère à lui seul des retombées économiques pour Montréal de 30 M$. Une fois les travaux terminés, l'amphithéâtre sera mis à la disposition de tous les promoteurs d'événements sans aucune clause d'exclusivité.

Par conséquent, prétendre que ce projet d'aménagement ne servira que les intérêts de promoteurs privés est totalement infondé. Ce magnifique legs deviendra une destination de choix pour les Montréalais et les touristes étrangers. La mise en valeur des deux icônes que sont la Biosphère et l'Homme de Calder, combinées à une promenade riveraine panoramique, assurera un fort achalandage en tout temps.

Par ailleurs, un montant de 2 M$ réservé à même l'enveloppe du projet a été spécifiquement alloué pour permettre aux experts de trouver des mesures de mitigations afin d'atténuer les impacts de la dispersion sonore.

Place des Nations

Pour ce qui est de la Place des Nations, le projet actuel prévoit des travaux de nettoyage et de sécurisation dans le but de rendre accessible ce site fermé depuis 2010. Cette décision ne signifie pas pour autant l'abandon des travaux de réfection. Bien au contraire, cette décision permettra de mieux réfléchir sur la vocation de ce site patrimonial.

Un projet qui respecte l'environnement

Nous sommes conscients des enjeux et nous pouvons vous assurer que tous les travaux se feront avec les permis requis et dans le respect de l'environnement. Le projet comporte des interventions sur le couvert végétal en débutant avec le retrait des espèces envahissantes et des arbres qui sont en fin de vie. Des arbres seront évidemment coupés pour permettre les travaux, mais seront remplacés par de nouvelles espèces adaptées à l'environnement et au climat. La SPJD devra aussi revoir le plan d'entretien afin d'éviter que la végétation envahissante n'obstrue à nouveau les vues comme c'est le cas présentement. Une fois le projet terminé, la superficie de la canopée restera la même. Les lagunes existantes, qui ont été créées artificiellement en 1993, seront retirées, pour laisser place à d'autres milieux humides. D'ailleurs, nous travaillons actuellement avec le Ministère de l'Environnement sur des solutions alternatives.

Une vision à définir

Le projet d'aménagement dont les travaux débuteront en octobre 2016 ne touche que 15 % de la superficie totale des 268 hectares du parc Jean-Drapeau. Rappelons que ce parc urbain c'est aussi une Plage, un Complexe aquatique, un Bassin d'aviron, le circuit Gilles-Villeneuve, deux musées, un Casino, La Ronde, des œuvres d'art public, 64 bâtiments divers, des salles de location, des jardins, des boisées et une programmation diversifiée avec près de 70 événements par année.

Au-delà du projet d'aménagement de l'Île Sainte-Hélène, une réflexion sur la vocation future de l'ensemble du patrimoine bâti et naturel du Parc est déjà amorcée et se poursuivra au cours des prochains mois. Que désirons-nous pour le Parc? Comment améliorer la cohabitation des différents usagers? Quels types d'événements doit-on accueillir? Quelle place doit-on accorder au volet patrimonial? Autant de questions qui trouveront des réponses auprès de tous les intervenants que nous allons rencontrer lors de consultations dans le cadre de la révision du Plan directeur du Parc dont la dernière version remonte à 1993.

Montréal a la chance de pouvoir compter sur un site extraordinaire dont le potentiel est immense. Le projet d'aménagement et de mise en valeur du parc Jean-Drapeau en est un bel exemple et nous croyons en sa réussite. Pour finir, je réitère mon engagement à tenir les citoyens informés sur tous les projets envisagés au Parc et surtout ma volonté d'être à leur écoute.

Danièle Henkel
Présidente du Conseil d'administration de la Société du parc Jean-Drapeau

Texte disponible au www.parcjeandrapeau.com

 

SOURCE PARC JEAN-DRAPEAU

Bas de vignette : "Danièle Henkel, présidente du Conseil d’administration de la Société du parc Jean-Drapeau (Groupe CNW/PARC JEAN-DRAPEAU)". Lien URL de l'image : http://photos.newswire.ca/images/download/20151110_C8679_PHOTO_FR_541209.jpg

Renseignements : Martine Venne, Conseillère relations de presse et médias sociaux, Société du parc Jean-Drapeau, 514 872-6679 ou mvenne@parcjeandrapeau.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.