Les syndicats et les environnementalistes acceptent l'invitation à discuter proposée par la première ministre Redford

Blue Green Canada estime que le moment est venu de parler sérieusement d'une véritable stratégie de l'énergie

TORONTO, le 25 juill. 2012 /CNW/ - Une organisation unique qui s'emploie à mettre fin à de vieilles querelles en trouvant de nouvelles solutions a fait quelque chose d'inhabituel aujourd'hui. Elle a déclaré qu'elle souhaitait que l'appel de la première ministre Alison Redford concernant la stratégie de l'énergie canadienne soit entendu et que la rencontre du Conseil de la fédération, qui débutait ce matin, marque le début d'un véritable dialogue sur les besoins énergétiques du Canada.

Entité la plus importante du genre au pays, Blue Green réunit  syndicats et environnementalistes, lesquels ont souvent été en conflit par le passé. Son objectif consiste à démontrer comment les emplois de qualité et la protection de l'environnement vont de pair et à elle vient de signaler qu'elle souhaite prendre part au dialogue sur la stratégie de l'énergie canadienne que la première ministre Redford souhaite amorcer.

Pour montrer son appui, l'alliance a fait paraître une publicité dans le journal Halifax Chronicle Herald accueillant favorablement le dialogue national sur l'énergie. Outre les cinq membres de l'alliance, huit autres syndicats et groupes environnementalistes de partout au Canada ont donné leur aval à cette publicité.

« Nous représentons les travailleurs de l'industrie pétrolière, a déclaré Dave Coles, président du Syndicat des communications, de l'énergie et du papier (SCEP). Mais nous ne voulons pas une stratégie de l'énergie étroite qui se limite seulement à l'industrie pétrolière, puisqu'elle s'appliquerait à un trop petit nombre d'emplois et à de trop fortes émissions. »

« Le moment est venu d'engager un véritable dialogue sur un plan énergétique qui fonctionne pour la plupart des Canadiens maintenant et pour l'avenir. J'espère donc que les premiers ministres acceptent l'invitation à discuter proposée par la première ministre Redford de sorte que les Canadiens puissent déterminer si la croissance sauvage des champs de pétrole permettrait d'y parvenir ou s'il existe une meilleure solution. »

M. Coles a ajouté que si les premiers ministres espèrent mettre au point une stratégie qui crée des emplois de qualité et réduit les émissions, les syndicats et les organismes voués à la protection de l'environnement doivent prendre part au dialogue.

M. Rick Smith, directeur général d'Environmental Defence, partage cet avis. Il poursuit en disant que le faux débat portant sur les emplois et l'environnement est aussi ridicule que la tentative de l'industrie pétrolière d'opposer l'est à l'ouest.

« Peu importe si l'on habite à l'est ou à l'ouest, on veut profiter d'un air sain, d'une eau propre et d'un emploi de qualité. Il s'agit là de valeurs canadiennes et nous devons engager un dialogue à l'échelle du pays sur la façon d'y parvenir. C'est une discussion que l'industrie pétrolière aimerait probablement éviter, mais nous espérons que les premiers ministres de toutes les allégeances en voient la nécessité.

« La première ministre a raison lorsqu'elle parle de la nécessité d'une stratégie. Il nous faut une stratégie de l'énergie qui réduit les émissions, vise l'efficacité et propose des mesures concrètes pour se préparer à vivre dans un monde en changement. Mais elle fait fausse route si elle croit qu'un plus grand nombre de pipelines et qu'une plus grande exploitation des sables bitumineux constituent la voie à suivre. »

M. Smith a fait remarquer que plusieurs provinces comme le Manitoba, la Nouvelle-Écosse, l'Ontario et le Québec ont pris des mesures en ce qui a trait à l'énergie renouvelable et à l'efficacité énergétique. Celles-ci, a-t-il mentionné, pourraient servir d'assise à une stratégie de l'énergie.

Selon Ken Neumann, directeur national du Syndicat des métallos, les premiers ministres des provinces peuvent faire preuve du leadership qui manque au fédéral depuis longtemps.

« Au Manitoba, on crée de bons emplois en améliorant l'efficacité énergétique des bâtiments, ce qui permet aux familles d'économiser de l'argent. En Ontario et en Nouvelle-Écosse, l'abandon du charbon et le recours à l'énergie éolienne et solaire ont généré des emplois de qualité. Ce sont des solutions de ce genre que nous devons voir dans une véritable stratégie de l'énergie », a-t-il indiqué.

M. Neumann a ajouté que des solutions comme l'efficacité énergétique et une amélioration du transport en commun engendrent des avantages économiques. Dans la région métropolitaine de Toronto, par exemple, la congestion routière constitue le problème économique numéro un. Outre ces possibilités, M. Neumann insiste sur la nécessité de responsabiliser les entreprises et de veiller à ce que les pollueurs paient pour la pollution qu'ils ont produite.

« Nous espérons que le Conseil de la fédération ne manquera pas cette occasion. Nous avons ainsi la possibilité que les entreprises, les travailleurs et l'environnement se retrouvent sur la même longueur d'onde. Pour ce faire, il ne faut pas que la discussion sur l'énergie soit dictée uniquement par l'industrie pétrolière, et nous espérons donc que la première ministre est sincère dans ses affirmations car il est urgent d'entamer dès maintenant un dialogue sur une véritable stratégie de l'énergie », a-t-il ajouté.

À propos de Blue Green Canada

Blue Green Canada est une alliance entre les syndicats, les groupes environnementalistes et les organisations de la société civile du pays. Cette alliance a été fondée en 2008 et n'a pas cessé de croître depuis. Elle prévoit mettre tout en œuvre pour que soit adoptée, cette année, une véritable stratégie de l'énergie permettant de créer plus d'emplois et de réduire les émissions. On peut obtenir plus d'information en consultant son site Web à www.bluegreencanada.ca.

SOURCE : Blue Green Canada

Renseignements :

Pour obtenir plus d'information ou pour solliciter une entrevue, veuillez joindre :

À Halifax : Gillian McEachern, Environmental Defence, 416-629-4711
gmceachern@environmentaldefence.ca

Roxanne Dubois, Communications, Energy and Paperworkers Union, 613-230-5200 rdubois@cep.ca

Stephanie Kohls, Environmental Defence, 416-323-9521 ext. 232; 647-280-9521 cell
skohls@environmentaldefence.ca

Denis St. Pierre, United Steelworkers Union, 416-544-5990 dstpierre@usw.ca

Profil de l'entreprise

Blue Green Canada

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.