Les six Centres d'éducation populaire de Montréal menacés d'expulsion - « Une banque ne connaitrait pas le même traitement », Manon Massé

MONTRÉAL, le 25 oct. 2015 /CNW Telbec/ - La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques Manon Massé s'impatiente devant la négligence du ministre de l'Éducation François Blais dans le dossier des six Centres d'éducation populaire (CEP) de Montréal qui ne savent toujours pas s'ils seront expulsés de leurs locaux le 31 mai 2016. « Cela fait des mois que le ministre Blais refuse de clarifier la situation des CEP, dont les baux avec la CSDM expirent dans les prochains mois. Pour en rajouter une couche, les centres n'ont pas reçu leur subvention annuelle de 50 000$ en raison des compressions en éducation. Et M. Blais pousse le ridicule jusqu'à leur demander de déposer un plan d'affaires avant le 11 décembre. Clairement, le ministre Blais connaît mal ce dossier. J'ai donc acheminé une demande de rencontre à son bureau afin d'éclairer sa lanterne, mais aussi pour avoir enfin l'heure juste ! », déclare Mme Massé.

Pour Marie-Eve Rancourt, candidate de Québec solidaire dans Saint-Henri-Sainte-Anne, l'inertie gouvernementale et les informations contradictoires véhiculées par les divers intervenants gouvernementaux dans ce dossier induit en erreur la population. « Dans Saint-Henri-Saint-Anne, nous avons deux CEP. Ce sont des ressources vitales pour le comté, où vivent des milliers de ménages défavorisés. Impossible d'avoir des informations claires de la part du ministère de l'Éducation. Il maintient tout le monde dans un état d'attente et de tension perpétuelle. Ça ne peut pas continuer comme ça. On ne maintiendrait pas une banque dans ce flou ! Québec solidaire soutient les revendications des CEP et demande au gouvernement d'assurer la pérennité de ces organismes et de les maintenir au sein de leurs communautés respectives ».

Pour la députée, le plan d'affaires demandé aux CEP illustre bien la logique strictement comptable dans laquelle se complaît le Ministère. « Depuis son entrée en poste au gouvernement, notre ministre de l'Éducation a revêtu les habits d'un comptable austère. Comment des organismes qui dispensent gratuitement des services à des populations extrêmement marginalisées peuvent-ils survivre à l'application de cette logique ? Le gouvernement va-t-il exiger qu'ils monnaient leurs services auprès d'une population qui n'a pas un sou ? C'est ça, le projet libéral ? »

Québec solidaire demande au ministère de l'Éducation de financer adéquatement les centres d'éducation populaire en reconnaissant pleinement l'éducation populaire comme levier socioéconomique essentiel. Le Ministère doit aussi prendre tous les moyens nécessaires pour les maintenir dans leurs bâtiments actuels. Cela implique qu'il finance les coûts d'opération, de rénovation et d'entretien de ceux-ci. Ce n'est qu'à ces conditions que la pérennité des centres d'éducation populaire sera assurée.

 

SOURCE Québec solidaire

Renseignements : Eve-Marie Lacasse, Responsable des communications de Québec solidaire, 514-625-7431 ou eve-marie.lacasse@quebecsolidaire.net

RELATED LINKS
http://www.quebecsolidaire.net

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.