Les Québécois figurent parmi les moins enclins à se préoccuper de leur
endettement, selon l'indice RBC des perspectives de consommation au Canada

L'optimisme à l'égard de la situation financière personnelle augmente, passant à 49 %

TORONTO, le 1er févr. /CNW/ - Le rapport de l'indice mensuel RBC des perspectives de consommation au Canada du mois de janvier révèle que les Québécois figurent parmi les moins enclins à être préoccupés par leur niveau d'endettement actuel (51 % contre 50 % dans les Prairies et une moyenne nationale de 58 %). En moyenne, les Québécois estiment qu'ils seront (ou sont déjà) libérés de toute dette à 54 ans, soit trois ans plus tôt que la moyenne nationale de 57 ans.

Cette confiance relative des Québécois s'étend à leur perception de leur situation financière personnelle qui, selon presque la moitié d'entre eux (49 %), s'améliorera au cours de la prochaine année. Il s'agit du niveau d'optimisme le plus élevé au pays et d'une hausse considérable par rapport à décembre (43 %).

"Il est intéressant de remarquer que ce vent d'optimisme souffle alors que les Québécois sont plus nombreux en janvier qu'en décembre à manifester des craintes à l'égard de l'emploi, affirme Micheline Martin, présidente régionale, Québec, RBC. Avoir un bon plan financier et un compte d'épargne permettant de couvrir les frais de subsistance pendant au moins trois mois peut contribuer à réduire ces craintes et à se constituer un petit coussin pour l'avenir."

    
    Voici, à l'échelle provinciale, quelques autres faits saillants tirés du
    rapport :

    -   Économie nationale : Les Québécois comptent parmi les répondants les
        plus enclins à affirmer que la situation globale de l'économie
        canadienne est actuellement mauvaise (56 %). Toutefois, 44 % d'entre
        eux estiment qu'elle est bonne (une baisse de 12 % par rapport à
        décembre). Seule la Colombie-Britannique devance le Québec : 57 % des
        répondants y croient que l'économie canadienne est en mauvais état. À
        l'échelle nationale, plus de Canadiens pensent que la situation
        globale de l'économie est mauvaise (52 %) que bonne (48 %). Les
        Québécois sont les moins optimistes en ce qui concerne l'amélioration
        de l'économie canadienne en 2010 (47 % par rapport à 56 % en décembre
        et à une moyenne nationale de 56 %).
        Lorsqu'il est question de l'état de l'économie canadienne au cours du
        prochain trimestre, les Québécois, avec les résidants des Prairies,
        sont les moins disposés à l'optimisme : 30 % d'entre eux s'attendent
        à une amélioration, soit une baisse importante par rapport à 39 % en
        décembre. Près d'un Québécois sur quatre (23 %) s'attend à ce que les
        conditions se détériorent (comparativement à 20 % pour l'ensemble des
        Canadiens) pendant cette période.

    -   Craintes à l'égard de l'emploi : Un peu plus d'un Québécois sur
        quatre (26 %) craint de perdre son emploi, soit un pourcentage
        équivalent à la moyenne canadienne et supérieur de 5 % aux 21 %
        obtenus en décembre. Les craintes à l'égard de l'emploi se sont
        accrues dans l'ensemble du pays en janvier.
    

"Les données sur l'emploi publiées au début de janvier, qui ont révélé une hausse du taux de chômage au Québec, ont peut être influencé les inquiétudes des Québécois, indique Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC. Bien qu'à court terme, il puisse y avoir encore des turbulences, nous prévoyons toujours une croissance du PIB réel de 2,5 % dans la province en 2010 et une croissance plus prononcée de 3,7 % en 2011."

L'indice mensuel RBC des perspectives de consommation au Canada

L'indice mensuel RBC des perspectives de consommation au Canada, dont les données sont comparées aux données de novembre 2009, s'appuie sur les résultats d'un sondage en ligne effectué par Ipsos Reid du 8 au 14 janvier 2010 auprès de 1 014 Canadiens d'âge adulte. Ces données constituent l'aperçu le plus actuel et le plus complet des attitudes des consommateurs en ce qui a trait à leurs finances et à l'état de l'économie canadienne. Les résultats proviennent d'un échantillon établi selon la méthode des quotas pondérés afin d'assurer que sa composition reflète celle de la population du Canada selon les données du dernier recensement, et de fournir un échantillon probabiliste approximatif. Un échantillon aléatoire non pondéré de cette taille avec un taux de réponse de 100 % aurait une marge d'erreur de +/- 3,1 %, 19 fois sur 20, par rapport au résultat que l'on aurait obtenu si l'ensemble de la population adulte canadienne avait été consultée.

SOURCE RBC (French)

Renseignements : Renseignements: Raymond Chouinard, Relations avec les médias, RBC, (514) 874-6556

Profil de l'entreprise

RBC (French)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.