Les patients atteints de cancer du rein luttent sur cinq fronts à l'occasion
du mois national du rein

L'Association canadienne du cancer du rein souligne le début du mois national du rein au Canada avec un message d'espoir

MONTRÉAL, le 26 févr. /CNW/ - Survie. Soutien. Compréhension. Recherche. Espoir. Voilà cinq mots chargés de sens pour l'Association canadienne du cancer du rein à la veille du lancement du Mois national du rein en mars.

"Il y a à peine cinq ans, un diagnostic de cancer du rein à un stade avancé laissait peu d'options aux patients ou aux médecins. On en savait peu sur la maladie et les patients n'avaient personne vers qui se tourner pour obtenir du soutien, explique Deb Maskens, cofondatrice de l'Association canadienne du cancer du rein, le premier et le seul organisme canadien voué à l'amélioration de la qualité de vie des patients atteints d'un cancer du rein et de leurs familles. Mais depuis, le Canada a fait de remarquables progrès dans le domaine du cancer du rein. Des découvertes médicales au soutien aux patients, d'importantes percées dans la lutte contre le cancer du rein commencent à porter fruit."

Selon Deb Maskens, le traitement du cancer du rein au Canada gagne du terrain sur cinq fronts :

1. Survie - La durée moyenne de la survie des patients atteints d'un cancer du rein à un stade avancé s'est accrue considérablement. "Il y a quelques années, les patients qui avaient un cancer du rein métastatique vivaient en moyenne environ 12 mois. Mais les nouvelles thérapies ont rapidement changé la donne, explique le Dr Denis Soulières, oncologue médical au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM). Grâce aux progrès réalisés au cours des cinq dernières années, tant en matière de compréhension de la maladie que des options de traitement, la plupart des patients atteints de cancers métastatiques du rein vivent nettement plus longtemps avec une qualité de vie jugée adéquate par la plupart d'entre eux."

Le cancer du rein ne répond pas aux traitements classiques tels que la chimiothérapie ou la radiothérapie, ce qui rend le besoin de traitements novateurs efficaces encore plus criant.

"L'arrivée de nouveaux traitements ciblés, basés sur les caractéristiques de la tumeur, a changé la vie des personnes atteintes d'un cancer du rein et les hommes, comme les femmes, vivent plus longtemps, ajoute le Dr Soulières. Mais en raison d'un manque de fonds, tous les traitements ne sont pas offerts au Canada, même s'ils sont approuvés par Santé Canada. Pour permettre le traitement le plus approprié à chacun et augmenter la possibilité d'accroître la survie, il faudrait un meilleur accès aux options de traitement et une plus grande souplesse dans le choix de celles-ci, afin que les médecins ayant une expertise dans cette pathologie puissent adapter plus efficacement les traitements."

2. Soutien - Il y a quelques années, lorsqu'un patient recevait un diagnostic de cancer du rein, il n'avait nulle part où s'adresser pour obtenir du soutien et des renseignements précis sur la maladie. C'est pour remédier à cette situation que Deb Maskens et Tony Clark ont créé en 2007 l'Association canadienne du cancer du rein (ACCR). L'ACCR est aujourd'hui un organisme de bienfaisance bien implanté partout au Canada.

Le 10 avril 2010, l'ACCR tiendra à Toronto le premier Congrès sur l'éducation des patients, au cours duquel des spécialistes du cancer du rein de tout le Canada présenteront les dernières nouvelles en matière de traitement et de recherche. Pour les patients, ce sera l'occasion de s'informer sur l'auto-traitement et sur les services de soutien et de rencontrer d'autres patients et des fournisseurs de soins.

3. Compréhension - En 2009, l'ACCR a mis sur pied un conseil médical consultatif formé de spécialistes de partout au Canada dans les domaines de l'urologie, de l'oncologie médicale, de la radio-oncologie et des soins infirmiers. "Notre mission est d'offrir à l'ACCR les conseils d'un groupe de professionnels de la santé ayant un intérêt particulier pour la recherche sur le cancer du rein, la collaboration et les pratiques les plus adéquates en matière de soins aux patients, explique le Dr Soulières, qui est membre du conseil. En créant des liens médicaux solides et des centres d'expertise, nous aidons à accroître la connaissance de la maladie au sein de la communauté médicale et encourageons davantage les efforts déployés pour le traitement des patients."

4. Recherche - Le nombre d'essais cliniques portant sur le cancer du rein est en hausse depuis quelques années, ce qui alimente l'espoir de parvenir à de meilleurs résultats pour les patients. Les spécialistes de la recherche clinique du Canada poursuivent leurs efforts en ce domaine. Ainsi, les chercheurs étudient de nouveaux traitements chirurgicaux qui préservent en grande partie les reins des patients, ce qui permet à ceux-ci de mener une vie normale et en bonne santé.

L'année 2009 a également été marquée par la mise sur pied du Réseau canadien de recherche en cancer du rein (RCRCR). Pour la première fois, un groupe de scientifiques canadiens est voué à la recherche sur le cancer du rein. Les patients de partout au Canada pourront bénéficier des retombées de la recherche intensive sur le cancer du rein, menée dans des centres de recherche de pointe.

Cependant, pour poursuivre sur la voie de la réussite, il faut plus de recherche et plus d'argent. Un récent rapport publié par l'Alliance canadienne pour la recherche sur le cancer démontre que la recherche sur le cancer du rein est, toutes proportions gardées, grandement sous-financée. En effet, moins de 1,2 % des 402,4 millions de dollars investis dans la recherche sur le cancer au Canada y est consacré, même si jusqu'à 3 % des nouveaux cas de cancer sont des cancers du rein.

5. Espoir - L'ACCR lutte pour l'accès aux traitements, la connaissance et la recherche médicales. Mais surtout, elle porte un message d'espoir. "Quand j'ai reçu mon diagnostic, on m'a annoncé qu'il me restait un an à vivre. C'était il y a six ans, raconte Tony Clark, cofondateur de l'ACCR. Je n'aurais jamais cru me retrouver ici aujourd'hui, à aider d'autres patients, et je ne peux m'empêcher de garder espoir pour l'avenir. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, mais nous avançons, un pas à la fois."

L'Association canadienne du cancer du rein

L'Association canadienne du cancer du rein est le premier organisme de bienfaisance canadien, dirigé par des patients et voué à l'amélioration de la qualité de vie des patients atteints d'un cancer du rein et de leurs familles. L'ACCR fait la promotion de l'accès aux nouveaux traitements, fournit du soutien et de l'information aux patients et œuvre à faire connaître le cancer du rein comme un enjeu de santé important. Pour plus de renseignements, visitez le www.accrweb.ca.

SOURCE Association canadienne du cancer du rein

Renseignements : Renseignements: Natacha Gouveia, Stéphanie Gaucher, Capital-Image, (514) 739-1188, postes 224, 236, ngouveia@capital-image.com, sgaucher@capital-image.com

Profil de l'entreprise

Association canadienne du cancer du rein

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.