Les offres du Conseil du trésor feraient doubler le retard salarial du secteur public, estime la CSN

QUÉBEC, le 11 févr. 2015 /CNW Telbec/ - Les offres du Conseil du trésor mèneraient les salarié-es du secteur public tout droit vers l'appauvrissement, estime la CSN. De plus, elles auraient pour effet de doubler le retard salarial qu'ils accusent par rapport aux autres travailleurs québécois.

Réunis en instance de négociation, les 1200 délégué-es des quatre fédérations du secteur public délibèrent aujourd'hui sur une proposition de dénonciation des offres du Conseil du trésor et du mépris affiché par le gouvernement à l'endroit de ses salarié-es.

« Ce sont effectivement des offres très méprisantes, estime Francine Lévesque, vice-présidente de la CSN et responsable des négociations du secteur public. Ce n'est pas avec un gel salarial de deux ans que les employés de l'État vont pouvoir faire face à l'augmentation du coût de la vie. Ce n'est pas comme ça non plus que nous règlerons le retard salarial qui s'est accentué au cours des dernières années. Des offres particulièrement insultantes pour les femmes, qui occupent 75 % des emplois du secteur public. »

En novembre dernier, l'Institut de la statistique du Québec situait à 7,6 % le retard salarial du secteur public, pour des emplois comparables et en tenant compte du régime de retraite et de l'ensemble des avantages sociaux. Selon les offres du Conseil du trésor, ce retard pourrait atteindre 15 % dès 2019.

« Le secteur public rencontre actuellement des problèmes importants de pénuries de main-d'œuvre pour une panoplie de titres d'emploi, et ce, dans l'ensemble des régions du Québec, souligne Mme Lévesque. Ce n'est pas en laissant les conditions de travail s'y dégrader, en dévalorisant ainsi ses employés, que le gouvernement réussira à attirer une main-d'œuvre qualifiée et compétente nécessaire pour le bon fonctionnement de nos services publics. »

« Le gouvernement voudrait également sabrer notre régime de retraite, alors que celui-ci, capitalisé à 96 %, est en très bonne santé financière, poursuit Francine Lévesque. Les modifications qu'il désire y apporter ne peuvent que nous appauvrir à notre retraite, alors que les rentes moyennes sont de l'ordre de 19 000 $ par année. C'est totalement inacceptable! »

Dépôts sectoriels : place aux structures mammouths

La CSN déplore également l'absence d'écoute des comités patronaux aux tables sectorielles de négociation.

« Que ce soit en santé ou en éducation, nos demandes visaient à améliorer la qualité et l'accessibilité des services publics ainsi que l'amélioration des conditions d'exercice de nos professions, rappelle Francine Lévesque. Le gouvernement ne répond en rien aux problématiques que nous avons soulevées. Quand on met en parallèle les demandes sectorielles avec les chambardements de structures du réseau de la santé apportées par le projet de loi 10 et celles annoncées dans le secteur de l'éducation, on comprend la réelle volonté du gouvernement : mettre la table pour l'implantation de mégastructures ultras centralisées, détachées des besoins de la population et sans égard à nos compétences professionnelles. »

À propos
Fondée en 1921, la CSN regroupe plus de 325 000 travailleuses, dont 170 000 œuvrent dans les réseaux publics de la santé et des services sociaux, de l'éducation, de l'enseignement supérieur et des organismes gouvernementaux.

 

SOURCE CSN

Renseignements : François L'Écuyer, Communications - secteur public CSN, 514 949-8973

LIENS CONNEXES
www.csn.qc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.