Les investissements miniers diminuent de 35 % au Québec en 2014

QUÉBEC, le 17 nov. 2015 /CNW Telbec/ - La tendance baissière dans les prix des métaux et un resserrement de l'accès au capital affectent l'investissement minier depuis déjà quelques années. Après neuf années de croissance et l'atteinte d'un niveau record d'investissement de 5,1 G$ en 2012, les investissements miniers ont diminué en 2014 pour une deuxième année consécutive au Québec. Le bilan de l'année 2014 se traduit par une baisse dans les investissements miniers de 35,0 % par rapport à l'année précédente pour s'établir à 3,0 G$. Le bilan de 2013 s'était soldé par une baisse dans les investissements miniers de 10,8 %. C'est ce que révèle le bulletin Mines en chiffres 2014 rendu public, aujourd'hui, par l'Institut de la statistique du Québec.

Entre 2013 et 2014, ce sont les investissements faits pour l'aménagement des complexes miniers (- 36,6 %) ainsi que pour l'exploration et la mise en valeur de gîtes minéraux sur les sites miniers (- 24,2 %) qui ont subi la plus forte baisse comparativement aux investissements faits pour l'exploration et la mise en valeur hors des sites miniers (- 15,2 %).

Le Nord-du-Québec (1,3 G$), la Côte-Nord (0,8 G$) et l'Abitibi-Témiscamingue (0,8 G$), les trois principales régions minières du Québec, se partagent 95,9 % des investissements totaux au Québec. Par rapport à 2013, le niveau des investissements a baissé dans ces trois régions. La Côte-Nord a été la région la plus sévèrement touchée avec une chute de 59,3 % de ses investissements, principalement en raison de l'effondrement du prix du fer. Les régions du Nord-du-Québec et de l'Abitibi-Témiscamingue ont vu leurs niveaux d'investissements respectifs baisser de 18,3 % et 9,6 %.

Selon les intentions exprimées par les compagnies minières, les investissements pourraient atteindre 2,7 G$ en 2015.

Investissements en baisse pour l'aménagement des complexes miniers en 2014

Malgré une conjoncture économique difficile prévalant en 2013, le niveau des investissements pour l'aménagement des complexes miniers s'était maintenu à un niveau relativement élevé, accusant une baisse de 7,0 % par rapport à 2012. Par contre, ces investissements ont diminué de 36,6 % en 2014 par rapport à l'année précédente pour atteindre 2,7 G$, soit 0,9 G$ en travaux généraux dans la roche, 1,1 G$ en immobilisation (constructions non résidentielles, machinerie et équipement) et 0,7 G$ en dépenses de réparation et d'entretien non capitalisées.

Les mines d'or occupent une place prépondérante au Québec, représentant 52,7 % des frais d'aménagement de complexes miniers. Les mines de fer et de fer et titane occupent la deuxième position avec 29,6 % de ces frais.

Baisse des dépenses d'exploration en 2014

En 2014, les coûts des travaux d'exploration au Québec, incluant les travaux de mise en valeur sur et hors d'un site minier, ont atteint 317 M$, accusant une baisse de 16,9 % par rapport à l'année précédente et une baisse de 61,9 % par rapport aux investissements records de 834 M$ enregistrés en 2011.

La région du Nord-du-Québec occupe le premier rang en ce qui a trait aux investissements en exploration et en mise en valeur avec 167 M$, soit 52,7 % du total québécois. Cette région est suivie par l'Abitibi-Témiscamingue où ces investissements atteignent 62 M$ (19,4 %), puis par la Côte-Nord pour 52 M$ (16,3 %) et le Saguenay-Lac-Saint-Jean pour 29 M$ (9,2 %).

L'or demeure la substance la plus recherchée au Québec avec 35,4 % des frais d'exploration et de mise en valeur pour un total de 112 M$. Suivent les métaux usuels (21,2 % pour 67 M$) puis le minerai de fer plus le fer et titane (12,2 % pour 39 M$). Le phosphate suscite un intérêt, représentant 8,3 % (26 M$) des dépenses totales en exploration et en mise en valeur au Québec, tandis que les terres rares, le graphite et le diamant accaparent à eux trois 13,1 % (41 M$) de ces dépenses. Même si l'or domine toujours, l'exploration minière tend à se diversifier au Québec, laissant maintenant une plus grande place à la recherche d'autres substances minérales moins conventionnelles. Une dizaine de projets d'exploration s'intéressant au phosphate (apatite), aux terres rares, au graphite ou au lithium ont d'ailleurs atteint le stade de la mise en valeur du gîte.

___________________________

L'Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le coordonnateur statistique pour le Québec et la pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

 

Sources :

Louis Madore
Responsable des statistiques sur l'investissement minier
Tél. : 418 691-2411, poste 3254
Institut de la statistique du Québec




Centre d'information et de documentation
Tél. : 418 691-2401
ou 1 800 463-4090 (sans frais d'appel au Canada
et aux États-Unis)




Site Web de l'Institut : www.stat.gouv.qc.ca
Compte Twitter : http://twitter.com/statquebec

 

SOURCE Institut de la statistique du Québec

Renseignements : Louis Madore, Responsable des statistiques sur l'investissement minier, Tél. : 418 691-2411, poste 3254, Institut de la statistique du Québec; Centre d'information et de documentation, Tél. : 418 691-2401 ou 1 800 463-4090 (sans frais d'appel au Canada et aux États-Unis); Site Web de l'Institut : www.stat.gouv.qc.ca, Compte Twitter : http://twitter.com/statquebec

RELATED LINKS
http://www.stat.gouv.qc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.