Les habitudes de vie sont-elles effectivement différentes chez les garçons et
les filles selon la présence ou non d'un surpoids?

    
    Les enfants et les jeunes ayant un surpoids sont aussi actifs que les
    autres, mais passent plus de temps devant un écran
    

OTTAWA, le 8 oct. /CNW Telbec/ - La différence comportementale la plus significative entre les garçons canadiens de 6 à 17 ans ayant un surpoids et ceux qui n'en ont pas serait le temps passé devant un écran de télévision, de jeu vidéo ou d'ordinateur. Toutefois, selon une nouvelle étude de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS), cette constatation ne touche pas les jeunes filles. La différence principale chez les filles de 12 à 17 ans, selon qu'elles présentent un surpoids ou non, tient plutôt à la consommation quotidienne de fruits et légumes.

L'étude, intitulée Comparaison de l'activité et de la consommation de fruits et légumes selon le poids chez les enfants et les jeunes, s'appuie sur les données d'enquête de Statistique Canada pour comparer les habitudes de vie des enfants (de 6 à 11 ans) et des jeunes (de 12 à 17 ans) selon qu'ils présentent ou non un surpoids. Certaines habitudes de vie ont été examinées, notamment le temps passé devant un écran, la consommation de fruits et légumes et l'activité physique.

" Au cours des 20 dernières années, la proportion d'enfants et de jeunes ayant un surpoids a augmenté considérablement au Canada, soit de plus de 70 % ", déclare Lisa Corscadden, analyste principale à l'Initiative sur la santé de la population canadienne de l'ICIS et auteure principale de l'étude. " Notre étude porte sur les différences observées dans les habitudes de vie associées au poids, selon l'âge et le sexe. Cette information est importante lorsque vient le moment de créer des programmes d'exercices et d'habitudes de vie qui sont adaptés aux besoins des enfants et des jeunes. "

    
    Au chapitre du temps consacré devant un écran, on observe une différence
    significative dans les habitudes de vie des enfants d'âge scolaire et des
    jeunes garçons
    

Selon l'étude de l'ICIS, les enfants de 6 à 11 ans ayant un surpoids, sans égard au sexe, ont beaucoup plus tendance à déclarer passer davantage de temps devant un écran que ceux ne présentant aucun surpoids. Toujours selon l'étude, 48 % des enfants de ce groupe d'âge ayant un surpoids déclarent passer au moins deux heures par jour devant le téléviseur, le jeu vidéo ou l'ordinateur, par rapport à 31 % des enfants du même groupe d'âge n'ayant pas de surpoids. La différence est particulièrement prononcée chez les garçons de 6 à 11 ans : plus de la moitié (52 %) des enfants ayant un surpoids passent plus de deux heures par jour devant un écran pendant les temps libres, tandis que c'est le cas chez seulement 32 % de ceux qui n'ont pas de surpoids.

Parmi les jeunes garçons de 12 à 17 ans, le pourcentage de temps passé devant un écran passe à 75 %, c'est-à-dire que trois garçons ayant un surpoids sur quatre passent deux heures ou plus par jour devant un écran par rapport à deux sur trois (67 %) parmi ceux qui n'ont pas de surplus de poids.

" Le temps passé devant un écran de téléviseur, de jeu vidéo ou d'ordinateur constitue, chez les sujets observés dans le cadre de notre étude, la différence la plus significative associée aux habitudes de vie entre les enfants et les jeunes garçons qui ont un surpoids et ceux qui n'en ont pas ", précise Jean Harvey, directrice de l'Initiative sur la santé de la population canadienne de l'ICIS. " Les parents et les enseignants doivent tenir compte de ce fait à mesure que la saison froide approche et que les enfants passent de plus en plus de temps à l'intérieur. Après tout, le temps passé devant un écran constitue une activité sédentaire, et notre étude démontre clairement un lien entre le poids des enfants et les habitudes de ceux que nous appellerons les téléphages. "

    
    Chez les jeunes filles, les habitudes de consommation de fruits et
    légumes diffèrent selon la présence ou non de surpoids
    

Tandis que le temps passé devant un écran ne semble pas différer entre les filles de 12 à 17 ans ayant ou non un surpoids, la consommation de fruits et légumes s'avère la plus grande différence entre les filles de ce groupe d'âge selon qu'elles ont un surpoids ou non. Deux jeunes filles n'ayant pas de surpoids sur cinq (40 %) déclarent consommer des fruits et légumes cinq fois ou plus par jour, par rapport à un peu plus d'une fille ayant un surpoids sur quatre (27 %). Aucune différence significative n'a été observée lors de la comparaison de la consommation des fruits et légumes chez les jeunes garçons, qu'ils aient un surpoids ou non.

L'étude a également démontré que la consommation de fruits et légumes ne diffère pas selon que l'enfant a ou non un surpoids. En effet, 40 % des garçons et des filles, qu'ils aient ou non un surpoids, déclarent consommer des fruits et des légumes cinq fois ou plus par jour. Toutefois, l'étude n'a pas examiné les différences ayant trait à d'autres habitudes alimentaires, notamment la consommation d'aliments ayant une faible valeur nutritive.

    
    La sédentarité serait davantage liée au statut pondéral que l'activité
    physique déclarée
    

L'étude n'a pas permis d'établir un lien évident entre les différentes habitudes d'activité physique selon le statut pondéral; les enfants et les jeunes, qu'ils aient ou non un surplus de poids, déclarent des habitudes similaires d'activité physique quotidienne. Plus de 80 % des filles et des garçons de 6 à 11 ans, qu'ils aient ou non un surplus de poids, consacrent au moins une heure par jour à des activités physiques, en milieu scolaire ou non. Chez les 12 à 17 ans, l'activité physique est à la baisse; environ une fille sur trois et un garçon sur deux exercent des activités physiques pendant au moins une heure par jour. Cette observation est valable qu'il y ait ou non présence de surpoids.

" L'augmentation de l'exercice physique chez les enfants et les jeunes, qu'elle soit associée ou non au poids corporel ou à la perte de poids, présente sans contredit des avantages sur le plan de la santé ", déclare Mark Tremblay, conseiller scientifique en chef chez Jeunes en forme Canada et chercheur scientifique au Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario. " L'augmentation de l'activité physique et la diminution du temps passé devant un écran sont deux stratégies efficaces de promotion de la santé. Certaines études, constituées de données autodéclarées, ne démontrent pas que l'activité physique a des avantages significatifs. Par contre, d'autres études, au moyen de méthodes de mesure plus directes de l'activité physique, montrent habituellement les effets positifs et l'importance de l'adoption d'habitudes de vie saines et actives, le plus tôt possible dans la vie. "

À propos de l'ISPC

L'Initiative sur la santé de la population canadienne (ISPC) relève de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS). L'ISPC mène et appuie des recherches visant à favoriser une meilleure compréhension des facteurs qui influent sur la santé des personnes et des collectivités et à contribuer à l'élaboration de politiques qui permettent de réduire les inégalités et d'améliorer la santé et le bien-être des Canadiens.

À propos de l'ICIS

L'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) recueille de l'information sur la santé et les soins de santé au Canada, l'analyse, puis la rend accessible au grand public. L'ICIS a été créé par les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux en tant qu'organisme autonome sans but lucratif voué à la réalisation d'une vision commune de l'information sur la santé au Canada. Son objectif : fournir de l'information opportune, exacte et comparable. Les données que l'ICIS rassemble et les rapports qu'il produit éclairent les politiques de la santé, appuient la prestation efficace de services de santé et sensibilisent les Canadiens aux facteurs qui contribuent à une bonne santé.

Le rapport et les figures suivantes sont affichés sur le site Web de l'ICIS au www.icis.ca.

    
    Figure 1  Aspects positifs des habitudes de vie selon le statut pondéral,
              enfants de 6 à 11 ans, 2004 (adaptation de la figure 1 du
              rapport)
    Figure 2  Aspects positifs des habitudes de vie selon le statut pondéral,
              jeunes de 12 à 17 ans, 2004 (adaptation de la figure 2 du
              rapport)

    ----------------
    1.  Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) 2004.
    

SOURCE Institut canadien d'information sur la santé

Renseignements : Renseignements: Personnes-ressources: Christina Lawand, (613) 694-6310, Cell.: (613) 299-5695, clawand@icis.ca; Joanne Henri, (613) 694-6402, jhenri@icis.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.