Les gouvernements provincial et fédéral doivent tenir les promesses faites aux jeunes d'Attawapiskat, affirme l'intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes

TORONTO, le 26 avril 2016 /CNW/ - Pour beaucoup de Canadiens, notre pays est un lieu sûr, où règnent la paix et le calme. Les jeunes Autochtones d'Attawapiskat ont vécu, au cours des deux derniers mois, un scénario très éloigné de l'image que nous nous faisons de notre patrie, et que nous tenons pour acquise. En ce moment même, les jeunes d'Attawapiskat sont au cœur d'une lutte pour essayer de comprendre ce qui a amené plus de 60 jeunes à tenter de s'enlever la vie dans leur collectivité.

J'ai passé cinq jours à Attawapiskat, où l'on s'efforce de déterminer les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la tranquillité d'esprit des quelque 2 100 enfants, jeunes et adultes membres cette collectivité. J'ai marché avec les jeunes de cette collectivité, je les ai écoutés, eux qui exploitent les possibilités de guérir et de s'aider mutuellement à devenir plus forts, afin de trouver une logique au désespoir qui semble submerger la collectivité à l'heure actuelle.

Comme toujours, je suis impressionné par les mots et la sagesse que ces jeunes apportent à la discussion. Les jeunes d'Attawapiskat se sont exprimés en toute franchise au sujet de leurs besoins et du peu d'espoir qu'ils placent entre nos mains à nous tous, qui avons visité leur communauté au cours des trois dernières semaines, pour demander de l'aide. Tout ce dont ils ont besoin, maintenant, c'est que nous, en tant qu'adultes et leaders du changement, tenions les promesses que nous faisons à Attawapiskat. En pliant bagage pour revenir à notre quotidien, nous devons prendre très au sérieux nos engagements envers ces jeunes. L'espoir est fragile, la vie est précieuse et l'enfance ne doit pas être meurtrie par des pensées de suicide, d'autodestruction et de tristesse insurmontable.

À mon retour à Toronto, j'éprouvais encore la frustration et la colère d'avoir été témoin de situations sociales et économiques précaires à Attawapiskat : des maisons couvertes de moisissures, des jeunes désœuvrés, la surpopulation due au manque de logements pour les membres de la collectivité et la nécessité d'améliorer la qualité de l'eau et d'éliminer l'insécurité alimentaire. Ces conditions dans lesquelles ces gens sont forcés de vivre nourrissent le désespoir qui envahit la collectivité.

Au cours des cinq derniers jours, j'ai vu à l'œuvre, à Attawapiskat, les problèmes soulevés dans le rapport Les plumes de l'espoir - Un plan d'action pour les jeunes Autochtones. Je n'ai pas vu, par contre, de guérison et de réconciliation concrètes. J'espère que dans les prochaines semaines, nous verrons nos dirigeants fédéraux et provinciaux collaborer étroitement avec Attawapiskat et d'autres collectivités qui, comme cette dernière, se battent contre le désespoir qui amène à choisir la mort plutôt que la vie.

Nous pouvons faire mieux, mais nous devons d'abord nous demander à nous-mêmes pourquoi nous restons là sans rien faire, alors que des enfants et des jeunes de notre province tentent de se suicider. Il faut commencer à changer les choses et mon bureau continuera de défendre les intérêts des jeunes d'Attawapiskat pour que les promesses qui leur ont été faites soient tenues. Nous, les Canadiens, devons nous assurer que nos dirigeants politiques tiennent les promesses qu'ils prennent en notre nom. Nos dirigeants doivent écouter et faire des promesses qui, en plus de démontrer qu'ils écoutent et entendent la collectivité, prouveront que les mesures liées au changement fonctionnent dans des collectivités telles Attawapiskat.

Irwin Elman,
Intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes

Bureau de l'intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes

Le Bureau de l'intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes relève directement de l'Assemblée législative et assure une représentation indépendante aux enfants et aux jeunes, y compris les enfants ayant des besoins particuliers et les enfants des Premières Nations. L'intervenant provincial répond aux préoccupations des enfants, des jeunes et des familles qui cherchent à obtenir ou qui reçoivent des services visés par la Loi sur les services à l'enfance et à la famille et la Loi sur l'éducation (écoles provinciales et d'application).

Le Bureau est guidé par les principes de la Convention relative aux droits de l'enfant des Nations Unies et croit fermement à l'engagement des jeunes. Pour en apprendre davantage, consultez le site www.provincialadvocate.on.ca/main/fr/about/aboutus.cfm. Pour obtenir des mises à jour, lisez le blogue de l'intervenant et suivez-nous sur Twitter et Facebook.

SOURCE Bureau de l'intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes

Renseignements : Relations avec les médias: Akihiko Tse, coordonnateur, Relations avec les médias et communications, 416 325-5994 ou akihiko.tse@provincialadvocate.on.ca, Bureau de l'intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes

RELATED LINKS
http://provincialadvocate.on.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.