Les futurs médecins font appel au gouvernement du Canada pour redoubler d'efforts contre la crise des opioïdes

OTTAWA, le 13 févr. 2017 /CNW/ - La Fédération des étudiants et des étudiantes en médecine du Canada (FEMC) réunit des futurs médecins pour sa journée d'action politique annuelle à la colline parlementaire. Des étudiants en médecine, provenant de tous coins du pays, rencontrent aujourd'hui députés et membres du Sénat, afin de promouvoir une approche préventive pour combattre la crise des opioïdes.

La population canadienne se classe au deuxième rang mondial selon le taux de consommation d'opioïdes par habitant. La disponibilité générale des opioïdes mène à une augmentation du taux de dépendance aux opioïdes, ainsi qu'une demande accrue pour les narcotiques illicites. En effet, les médecins canadiens donnent en moyenne 53 ordonnances d'opioïdes par 100 habitants. Ces enjeux mènent plusieurs groupes à demander la déclaration d'un état d'urgence en santé publique au niveau fédéral, tout comme celle du gouvernement provincial de la Colombie-Britannique, en avril 2016.

Plusieurs facteurs contribuent à la crise des opioïdes. Ceux-ci incluent l'accès limité en milieu rural à des soins interdisciplinaires de gestion de la douleur chronique, ainsi qu'un manque flagrant de ressources pour le traitement des patients avec des dépendances aux narcotiques ou des maladies mentales (ces derniers sont deux fois plus à risque de développer une dépendance). Finalement, la stigmatisation liée aux programmes de réduction des méfaits ralentit actuellement leur développement, ce qui contribue davantage à l'évolution défavorable de la crise.

En novembre 2016, le gouvernement fédéral a fait ses premiers pas contre la crise en introduisant le projet de loi C-37. Ce projet, si accepté, éliminerait de nombreuses barrières mises en place par le gouvernement précédent afin d'empêcher le développement des programmes de réduction de méfaits. Plus précisément, selon le projet de loi C-37, un centre d'injection supervisé n'aurai qu'à répondre à cinq critères d'évaluation, contrairement au 26 critères actuelles, décrites par la Loi sur le respect des collectivités. Les étudiants en médecine appuient le projet de loi C-37 et soutiennent le développement de programmes de réduction des méfaits, afin de réduire la morbidité et mortalité liée à la dépendance aux opioïdes.

Malgré cette première initiative importante pour combattre la crise des opioïdes, la Fédération des étudiants et des étudiantes en médecine du Canada (FEMC) estime que des démarches supplémentaires sont requises pour identifier et remédier aux causes premières de cette crise. Des actions supplémentaires sont nécessaires pour améliorer l'accès aux traitements pour la douleur chronique, y-compris les modalités non-pharmaceutiques. De plus, la compréhension actuelle du lien entre la santé mentale et le mésusage de médicaments est inadéquate et mérite un examen plus approfondi. En ce sens, la FEMC demande au gouvernement du Canada de redoubler d'efforts pour:

a.    Améliorer l'accès aux centres interdisciplinaires pour la douleur chronique, par l'appui d'efforts provinciaux/territoriaux dans ce domaine.

b.    Poursuivre le financement de programmes en santé mentale et investir dans la recherche visant à clarifier le lien entre la santé mentale et le mésusage de médicaments.

La FEMC se réjouit de travailler avec le Gouvernement du Canada afin d'élaborer des solutions durables à la crise des opioïdes et de développer un système de prévention d'abus de ces drogues.

CITATIONS DES MEMBRES DU CONSEIL ÉXÉCUTIF DE LA FEMC

« Je suis ravie de travailler avec le gouvernement pour développer des solutions aux enjeux importants de la santé au Canada. Il est fort stimulant d'engager de nombreux étudiants en médecine qui sont passionnés par l'optimisation de la santé des patients. La lutte contre les troubles de santé mentale et de dépendance est un défi de taille et ces étudiants travaillent de façon quotidienne avec des patients souffrant de ces maladies. Notre collaboration avec les responsables des politiques publiques pour le développement de stratégies efficaces et durables nous permet d'avoir un impact beaucoup plus vaste que notre rôle quotidien en clinique. »
- Mme. Sarah Silverberg, Vice-présidente aux affaires gouvernementales

« En abordant les enjeux de santé avec les leaders en santé mondiale des facultés de médecine du Canada, un thème commun surgit: le besoin de combattre la crise des opioïdes. Malgré que certaines communautés soient affectées davantage, personne n'est à l'abris contre cet enjeu. Cette crise nécessite non seulement une stratégie médicale interdisciplinaire, mais aussi une intervention à tous niveaux du gouvernement. Des étudiants travaillent actuellement sur des initiatives avec les gouvernements municipaux et provinciaux pour contrer la crise - il va de soi qu'une intervention au niveau fédéral est aussi importante. »
- Mme. Jessica Bryce, Vice-présidente à la santé mondiale

« Les opioïdes sont des produits pharmaceutiques fréquemment prescrits dans le système de la santé canadien. La crise des opioïdes que nous vivons actuellement représente un véritable enjeu pour nos patients, pour les professionnels de la santé et pour la population générale. L'engagement des étudiants avec les responsables des politiques publiques est aussi important que les leçons cliniques et les progrès faits en tant que professionnel. Par cet engagement, nous pouvons traduire les préoccupations de nos patients et voisins en politiques favorisant des habitudes de vie saines et des communautés en santé. »
- M. Franco Rizzuti, Président de la FEMC

« La journée d'action politique annuelle de la FEMC réunit des étudiants en médecine de partout au Canada pour rencontrer des députés et membres du Sénat. À l'aide de ces rencontres, la prochaine génération de médecins travaille à améliorer notre système de santé, tout pour servir les patients et la société canadienne. »
- M. Franco Rizzuti, Président de la FEMC

« En tant qu'étudiants en médecine, nous faisons face aux effets dévastateurs de la crise des opioïdes de façon quotidienne, que ce soit à l'urgence, aux unités de soins, au cabinet médical ou même dans nos réseaux personnels. Nous avons un devoir de contribuer à cette conversation et de lutter pour promouvoir la santé de nos patients. Tout comme de mes collègues, j'ai bien hâte de travailler avec les responsables des politiques afin de mettre de l'avant des stratégies fondées sur des données probantes pour pallier à cette crise nationale. »
- M. Henry Annan, Officier national pour les droits humains et la paix

La Fédération des étudiants et des étudiantes en médecine du Canada (FEMC) est une organisation nationale représentant plus de 8 500 étudiants en médecine à 15 facultés de médecine à travers le Canada.

 

SOURCE Fédération des étudiants et des étudiantes en médecine du Canada (FEMC)

Renseignements : Emily Hodgson, Vice-Présidente aux communications, Fédération des étudiants et des étudiantes en médecine du Canada, Cell: 1-514-699-3669 | vpcommunications@cfms.org

Profil de l'entreprise

Fédération des étudiants et des étudiantes en médecine du Canada (FEMC)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.