Les Canadiens intéressés par les propriétés récréatives ressentent l'urgence de faire le saut tandis que les taux sont bas

Selon un sondage commandé par Royal LePage, les consommateurs voient le marché canadien des propriétés récréatives avec optimisme.

TORONTO, le 16 mai 2013 /CNW/ - Selon un nouveau sondage publié aujourd'hui par Royal LePage, les taux d'intérêt valent leur pesant d'or dans les décisions des ménages canadiens d'acheter une propriété récréative.

Ce sondage a été effectué auprès de Canadiens au pays qui sont actuellement propriétaires d'une propriété récréative ou désirent le devenir au courant des cinq prochaines années. Il révèle que la plupart des Canadiens (82 pour cent) déclarent que les taux d'intérêt influenceront leur décision d'acheter une propriété récréative et que la majorité (58 pour cent) ressent une urgence d'acheter une telle propriété tandis que les taux d'intérêt sont bas.

La plupart des participants au sondage font preuve d'optimisme à l'égard du marché canadien des propriétés récréatives. À la question « Quelles sont vos prévisions à l'égard des prix des propriétés récréatives au cours de l'année? », la moitié (50 pour cent) a répondu que les prix augmenteront, tandis que le tiers croit que les prix ne bougeront pas. Parmi ceux qui ont indiqué désirer acheter une propriété récréative au cours des cinq prochaines années, 76 pour cent déclarent favoriser le Canada aux États-Unis ou à un autre pays.

« Malgré l'incertitude économique, ou peut-être à cause d'elle, nous découvrons que la valeur durable des propriétés récréatives est largement reconnue par les Canadiens, déclare Phil Soper, président et chef de la direction des Services immobiliers Royal LePage. Contrairement à nos grands centres urbains, où le prix des maisons a progressé à bon train au cours des dernières années pour se stabiliser rapidement en 2013, le marché des propriétés récréatives est demeuré remarquablement stable et résistant.

J'évite de recommander à la famille type d'investir dans l'immobilier. Le gîte, après tout, est un bien de consommation primaire. Toutefois, actuellement au Canada, les bons d'épargne et autres méthodes d'épargne à risque modéré ne rapportent virtuellement rien et il est raisonnable de considérer la propriété récréative sous un nouveau jour. Cette période prolongée de taux d'intérêt bas favorise les décisions d'achat en fonction du mode de vie et fondées sur un principe de placement sain. »

Selon le sondage, la majorité des propriétaires actuels de propriétés récréatives pense conserver leur propriété longtemps, et 60 pour cent déclare être peu et même pas du tout enclin à vendre leur propriété à leur retraite. Parallèlement, près des deux tiers (64 pour cent) ne croient pas utiliser leur résidence récréative en tant que résidence principale à leur retraite. Pour quiconque planifie acheter une propriété récréative pour sa retraite, l'un des facteurs prépondérants est la faisabilité financière. D'ailleurs, l'accessibilité du prix d'achat (56 pour cent) et des frais d'entretien (39 pour cent) figure en tête de liste. Un accès riverain (37 pour cent) et la proximité d'une ville (33 pour cent), de soins médicaux (26 pour cent) et de la résidence principale (22 pour cent) s'inscrivent aussi parmi les principaux attraits d'une propriété.

Les propriétés au bord d'un lac sont de loin les plus populaires. En effet, près de la moitié des acheteurs potentiels (41 pour cent) indique qu'il s'agit là de son premier choix, suivi par une propriété en montagne ou dans un boisé (17 pour cent) et par un appartement en copropriété dans un environnement de loisirs (13 pour cent). À la question « Quels changements financiers/de mode de vie seriez-vous prêt à accepter afin d'acheter la propriété récréative de vos rêves? », près du tiers (31 pour cent) ont répondu qu'ils loueraient leur propriété au cours de l'année. D'autres stratégies consistent à réduire les dépenses discrétionnaires (25 pour cent), acheter une propriété principale plus petite (24 pour cent) ou à rénover (23 pour cent) et acheter en copropriété avec des amis/de la famille (22 pour cent).

Soper termine ainsi : « Les Canadiens valorisent depuis longtemps la possibilité d'échapper à la ville pour passer du temps avec leurs amis et leur famille. Un endroit où fuir le stress du quotidien semble encore plus attrayant qu'avant. D'un océan à l'autre, le Canada offre certains des paysages les plus spectaculaires et certaines des collectivités les plus accueillantes au monde. »

Le sondage a été exécuté dans le cadre du rapport Royal LePage sur les propriétés récréatives 2013, une analyse de marché annuelle concernant les prix, les tendances et l'activité des propriétés récréatives dans certains marchés du loisir choisis partout dans le pays.

Le tableau ci-dessous démontre la fourchette de prix typique des propriétés riveraines standard à accès terrestre partout au Canada en 2013.

Résumé des prix des propriétés récréatives en 2013
Prix moyens par province**
Chalet riverain standard à accès terrestre

95 mètres carrés, trois chambres à coucher, terrain de 30 mètres linéaires
PROVINCE PRIX MOYENS EN 2013
Île-du-Prince-Édouard 120 000 $ - 300 000 $
Terre-Neuve 150 000 $
Nouveau-Brunswick 175 000 $ - 180 000 $
Nouvelle-Écosse 180 000 $
Québec 125 000 $ - 1 000 000 $
Ontario 75 000 $ - 625 000 $
Manitoba 300 000 $ - 370 000 $
Saskatchewan 250 000 $ - 800 000 $
Alberta 110 000 $ - 650 000 $
Colombie-Britannique 290 000 $ - 2 000 000 $
MOYENNE NATIONALE 177 500 $ - 625 500 $

Méthodologie
Le sondage a été réalisé en ligne entre le 30 avril et le 9 mai par un panel en ligne de Léger Marketing, Legerweb, avec un échantillon de 1002 Canadiens qui sont actuellement propriétaires d'une propriété récréative ou qui pensent acheter une propriété récréative au courant des cinq prochaines années.

Un échantillon aléatoire de même taille donnerait une marge d'erreur de  ± 3,1 %, 19  fois sur 20, pour chaque échantillon respectif.

À propos de Royal LePage
Au service des Canadiens depuis 1913, Royal LePage est le premier fournisseur au pays de services aux maisons de courtage immobilier, grâce à son réseau de plus de 14 500 professionnels de l'immobilier répartis dans 600 bureaux partout au Canada. Royal LePage est la seule entreprise immobilière au Canada à posséder son propre organisme de bienfaisance, la Fondation Un toit pour tous de Royal LePage, qui vient en aide aux centres d'hébergement pour femmes et enfants ainsi qu'aux programmes éducatifs visant à mettre fin à la violence familiale. Royal LePage est une société affiliée de Brookfield Real Estate Services Inc., entreprise inscrite à la Bourse de Toronto sous le symbole « TSX:BRE ».

Pour en savoir davantage, veuillez visiter le site www.royallepage.ca.

 

SOURCE : Royal LePage Real Estate Services

Renseignements :

Gwen McGuire
Kaiser Lachance Communications
647 725-2520 poste 204
gwen.mcguire@kaiserlachance.com

Tammy Gilmer
Directrice, Communications nationales et Relations publiques
Services immobiliers Royal LePage
416 510-5783
tgilmer@royallepage.ca

Profil de l'entreprise

Royal LePage Real Estate Services

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.