Les Canadiens disent qu'une maladie cardiaque est un appel à l'action, mais
ils ont bien du mal à suivre les recommandations: sondage

Les patients du Canada ont près de trois fois plus tendance que les patients européens à cesser de suivre les recommandations en matière d'alimentation ou d'activité physique de leur médecin quand ils "se sentent mieux".(1)

TORONTO, le 20 avr. /CNW/ - Les résultats du sondage international "Votre cœur : un nouveau départ", mené par GfK Roper, ont révélé que les Canadiens et Canadiennes qui ont subi une crise cardiaque ou un autre événement cardiaque ont plus de difficulté à adopter des changements de mode de vie favorisant la santé cardiaque que les gens d'autres pays dans la même situation. Le sondage international "Votre cœur : un nouveau départ" et la nouvelle initiative d'éducation publique s'adressant aux patients ont été développés en collaboration avec la Fédération mondiale du cœur, Daiichi-Sankyo Co. Ltd et Eli Lilly & Company.

Le sondage "Votre cœur : un nouveau départ" a démontré que les patients canadiens avaient trois fois plus tendance que ceux des pays européens à arrêter de suivre les recommandations de leurs médecins en ce qui a trait au régime alimentaire et aux exercices parce qu'ils se sentaient mieux (20 pour cent comparativement à 7 pour cent).(1) De plus, plus d'un patient canadien sur cinq (21 pour cent) oubliait fréquemment de prendre son médicament antiplaquettaire pour prévenir les caillots - la plus haute proportion nationale parmi les patients interrogés.(1) Le sondage a été réalisé auprès de plus de 3 000 personnes ayant survécu à un événement cardiaque au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, au Mexique et au Royaume-Uni.(1)

Savoir ne suffit pas

Au Canada, sept patients interrogés sur 10 disaient que le diagnostic de maladie cardiaque avait été un appel à l'action leur enjoignant de vivre une vie plus saine.(2) De plus, 95 pour cent des patients interrogés qui avaient l'impression d'avoir reçu une deuxième chance estimaient que leur évènement cardiaque avait été l'occasion de commencer à traiter leur corps avec plus de respect.(2) Malgré ces nouvelles positives, plus de la moitié des patients canadiens (52 pour cent) ont déclaré que même s'ils savaient ce qu'ils devaient faire pour prendre soin de leur santé, ils éprouvaient des difficultés à faire les efforts nécessaires.(2)

"C'est inquiétant de voir un tel écart entre le nombre de Canadiens et Canadiennes qui savent ce qu'ils doivent faire pour leur santé cardiaque et ceux qui parviennent à le faire" affirme le docteur Jean-François Tanguay, MD, Cardiologue et chercheur clinicien à l'Institut de Cardiologie de Montréal et professeur agrégé à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal. "Les patients qui ont subi une crise cardiaque ont des risques plus élevés que les autres de récidive d'événement cardiaque. Afin de s'assurer qu'une telle récidive n'arrive pas, ces patients doivent absolument suivre les instructions de leur médecin, notamment en prenant leurs médicaments."

Afin d'aider les patients du Canada et du monde entier atteints d'un syndrome coronarien aigu (SCA) à obtenir les renseignements dont ils ont besoin, la Fédération mondiale du cœur lancera également une nouvelle initiative d'éducation publique portant elle aussi le nom de Votre cœur : un nouveau départ. Le programme a pour but d'aider les professionnels de la santé et les personnes aux prises avec une maladie cardiovasculaire à collaborer pour parvenir à mieux gérer leur santé. Pour ce faire, il offre aux patients et à leurs proches des renseignements sur la forme physique, l'alimentation et les médicaments.

Les répercussions des maladies cardiaques au Canada

Au Canada, les SCA, y compris les crises cardiaques et autres événements cardiaques (dont l'angine instable), représentent une préoccupation de plus en plus importante en raison des coûts humains et économiques qu'ils entraînent. On estime qu'il y a chaque année 70 000 crises cardiaques au Canada, dont 17 000 sont mortelles.(3) Les maladies cardiovasculaires, dont les SCA, coûtent en moyenne 22 milliards de dollars par année à l'économie canadienne en frais de médecins et d'hôpital, en salaires perdus et en perte de productivité.(3) Par ailleurs, avec un adulte sur cinq de 50 à 64 ans présentant au moins deux importants facteurs de risque de maladie cardiaque,(4) les chiffres risquent fortement d'augmenter.

"Plus les bébé-boumeurs vieilliront, plus les répercussions des syndromes coronariens aigus sur la santé de la population canadienne augmenteront, affirme le docteur Tanguay. Les gens ont besoin de plus de ressources pour comprendre les facteurs de risque et la gestion des syndromes coronariens aigus, mais aussi pour parvenir à respecter leurs plans de traitement."

    
    Autres conclusions du sondage canadien

    -  Plus de sept patients interrogés sur dix (71 pour cent) estimaient
       qu'ils avaient reçu une deuxième chance.(2)

    -  La majorité des patients interrogés ont dit qu'ils trouveraient très
       utile d'avoir plus d'information sur :
         -  les manières de prévenir une crise cardiaque (72 pour cent);(2)
         -  les manières de réduire le stress (66 pour cent);(2)
         -  la raison pour laquelle certains médicaments pour le cœur leur
            ont été prescrits (69 pour cent);(2)
         -  le mode de fonctionnement des médicaments (65 pour cent).(2)

    -  Les patients qui respectaient leur plan de traitement se sentaient
       plus déterminés (85 pour cent), optimistes (85 pour cent), chanceux
       (84 pour cent) et en sécurité (74 pour cent)(2) que ceux qui n'y
       arrivaient pas. Les patients qui ne parvenaient pas à respecter leurs
       plans de traitement avaient plus tendance à se sentir anxieux
       (40 pour cent), déprimés (39 pour cent), pessimistes (40 pour cent),
       effrayés (29 pour cent), isolés (36 pour cent) et en colère
       (17 pour cent).(2)
    

À propos du sondage

Le sondage international "Votre cœur : un nouveau départ" et la nouvelle initiative d'éducation publique s'adressant aux patients ont été développés en collaboration avec la Fédération mondiale du cœur, Daiichi-Sankyo Co. Ltd et Eli Lilly & Company. Un soutien a été fourni par Daiichi Sankyo Co., Ltd et Eli Lilly & Company. Le sondage a été mené par GfK Roper au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, au Mexique et au Royaume-Uni parmi des échantillons représentatifs à l'échelle nationale d'adultes de 40 ans et plus qui avaient subi une crise cardiaque ou un autre grave problème de cœur (comme une angine). En tout, l'échantillon comprend 3 011 patients. Le sondage a pris fin en décembre 2008. L'erreur d'échantillonnage des résultats en fonction du total, avec un niveau de confiance de 95 pour cent, est de +/- 3,4 points de pourcentage. L'erreur d'échantillonnage est plus élevée pour les analyses menées sur les sous-groupes.

À propos de la Fédération mondiale du cœur

La Fédération mondiale du cœur est une organisation non gouvernementale basée à Genève en Suisse. Elle mène la lutte globale contre les maladies du cœur et les accidents vasculaires cérébraux grâce à une communauté unie de 200 organismes membres qui rassemble les forces de sociétés médicales et de fondations pour les maladies du cœur provenant de plus de 100 pays distincts. Ce qui inclut la Fondation des maladies du cœur du Canada et la Société canadienne de cardiologie. Par nos efforts collectifs nous aidons des gens dans le monde entier à vivre des vies plus longues en adoptant des styles de vie plus sains et meilleurs. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le site Web suivant : www.worldheart.org (en anglais seulement).

À propos de Lilly

Lilly, une société de pointe axée sur l'innovation, s'applique à développer un portefeuille de produits pharmaceutiques en plein essor - parmi les meilleurs ou les premiers de leurs classes - en mettant à contribution ses plus récents travaux de recherche effectués dans ses propres laboratoires partout dans le monde, et en s'appuyant également sur ses initiatives de collaboration avec d'éminentes organisations scientifiques. Basée à Indianapolis, dans l'Indiana, Lilly procure des solutions - sous la forme de médicaments et d'informations - pour certains des impératifs médicaux les plus urgents dans le monde. Eli Lilly Canada, dont le siège social est établi à Toronto, en Ontario, emploie plus de 500 personnes à l'échelle du pays. Pour en savoir plus sur Eli Lilly Canada, veuillez consulter le site www.lilly.ca.

    
    Références

    1. Votre cœur : un nouveau départ. International Survey of Heart Patients
       Data Table, GfK Roper. Décembre 2008.
    2. Votre cœur : un nouveau départ. International Survey of Heart
       Patients, GfK Roper. Résultats du sondage - Canada. Mars 2009.
    3. Fondation des maladies du cœur du Canada. Facteurs de risques
       incontrôlables. URL :
      
http://www.fmcoeur.com/site/c.ntJXJ8MMIqE/b.3562209/k.B3A2/Maladies_du_cœur__Facteurs_de_risque_que_vous_ne_pouvez_pas_contr244ler.htm.
       Dernier accès le 17 août 2009.
    4. Fondation des maladies du cœur du Canada. Une tempête parfaite se
       profile à l'horizon. Le 25 janvier 2010.
    

SOURCE Eli Lilly and Company

Renseignements : Renseignements: Jennifer Gordon, Eli Lilly Canada Inc., (416) 693-3571; Patricia Archambault, MS&L, (514) 842-1077 poste 1593

Profil de l'entreprise

Eli Lilly and Company

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.