Les Canadiens atteints d'une maladie pulmonaire rare, complexe et mortelle craignent l'approche normalisée du traitement

La recommandation du PCEM limite la capacité des spécialistes à prescrire de nouveaux médicaments

VANCOUVER, le 5 mars 2015 /CNW/ - Les Canadiens atteints d'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) vivent sous la menace de l'insuffisance cardiaque, ou de la mort, lesquelles pourraient bientôt être encore plus difficiles à prévenir en raison d'une récente recommandation visant à restreindre l'accès des patients au traitement. L'HTAP est une maladie pulmonaire rare, à évolution rapide et difficile à traiter, qui peut toucher n'importe qui, peu importe la race ou l'âge, et qui est mortelle dans les deux à trois ans qui suivent si elle n'est pas prise en charge. 

Si elle reçoit l'appui des régimes publics d'assurance-médicaments des provinces et territoires, une recommandation formulée par le Programme commun d'évaluation des médicaments (PCEM) pour Opsumit (macitentan) limitera l'accès à ce nouveau médicament pour les patients ayant récemment reçu un diagnostic. Elle restreindra également la capacité des médecins spécialistes de l'HTAP à exercer leur jugement clinique individuel, lequel est essentiel à la prise en charge optimale de cette maladie complexe. À ce jour, les patients souffrant d'HTAP au Québec, la seule province ne participant pas au PCEM, sont les seuls Canadiens ayant accès au médicament Opsumit par le biais du régime public d'assurance médicaments de leur province.

Opsumit, le premier traitement approuvé au Canada pour le traitement de longue durée de l'HTAP, réduit la morbidité des patients de classe fonctionnelle II ou IIIi. Pour ces patients, vivre avec l'HTAP est déjà un lourd fardeau, car toute activité physique entraîne de la fatigue, une accélération du rythme cardiaque et un essoufflement.

« En recommandant aux médecins de suivre une approche progressive dans la prescription de traitements pour l'HTAP, dont Opsumit, le PCEM laisse entendre que les gouvernements refusent à ce petit groupe de patients l'accès immédiat à des options thérapeutiques optimales et individualisées qui pourraient produire des effets à long terme et changer leur vie », a déclaré Angie Knott, directrice nationale de l'Association d'hypertension pulmonaire du Canada (AHTP Canada). « Par conséquent, les patients qui ont récemment reçu leur diagnostic d'HTAP pourraient atteindre un stade plus avancé de la maladie, faire face à une dégradation de leur qualité de vie, nécessiter une transplantation pulmonaire ou mourir bien plus tôt que les patients ayant accès à tous les traitements. »

L'approche progressive du traitement retardera l'accès et réduira l'espérance de vie

En janvier 2015, le PCEM a recommandé le financement public d'Opsumit pour le traitement de longue durée de l'HTAP afin de réduire la morbidité des patients de classe fonctionnelle II ou III, mais uniquement après avoir obtenu une réponse inadéquate lors d'un premier essai mené sur un inhibiteur de la phosphodiestérase de type 5 (PDE-5)ii.  Cette approche progressive du traitement initial figure également dans les recommandations du rapport de l'examen thérapeutique des médicaments contre l'HTAP, publié sous forme d'ébauche par l'Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS) en novembre 2014iii

Opsumit est désormais le premier exemple de la façon dont le rapport de l'examen thérapeutique peut être appliqué afin de restreindre l'accès au traitement pour les patients adultes atteints d'HTAP.

Étant donné la complexité de cette maladie mortelle, la communauté de lutte contre l'HTAP estime que les décisions thérapeutiques devraient être prises au cas par cas par des spécialistes de la maladie. Les membres de cette communauté craignent que la normalisation du traitement au moment du diagnostic au moyen d'une approche progressive et que le report de l'accès opportun au traitement optimal, réduisent l'espérance de vie des patients et aggravent les résultats cliniques.

« L'HTAP n'est pas une maladie permettant d'adopter une approche unique. Ces recommandations auraient pu mettre fin à ma vie », a déclaré Tarya Laviolette, qui souffre d'HTAP. « Quand j'ai reçu mon diagnostic, j'étais pratiquement incapable de respirer - j'absorbais si peu d'oxygène que de simples activités comme monter quelques marches ou faire le lit nécessitaient un effort considérable suivi d'une pause. Mon médecin spécialiste pensait que je n'avais pas suffisamment de temps pour essayer un médicament puis patienter pour réfléchir aux étapes suivantes. Il m'a prescrit le traitement qu'il estimait être le meilleur dans l'immédiat pour me sauver la vie. »

Des plans de traitement individuels pour améliorer l'état de santé des patients

Depuis 1997, neuf médicaments spécifiques pour le traitement de l'HTP ont été approuvés au Canada, et grâce à ces progrès, de nombreux patients ont une espérance de vie plus longue et sont en meilleure santéiv. Alors qu'un traitement permet généralement de réduire la gravité de l'HTAP, la réponse au traitement varie considérablement d'une journée à l'autre et d'une personne à l'autre. L'AHTP reconnaît que les médecins spécialistes travaillant dans des cliniques d'hypertension pulmonaire sont les plus aptes à prendre des décisions thérapeutiques pour des adultes atteints d'HTAP, étant donné la nature individuelle de cette maladieiii. Pourtant, le choix de limiter l'accès à Opsumit parmi tous les médicaments approuvés dans le traitement de l'HTAP contredit cette reconnaissance du rôle important que les médecins spécialistes jouent dans la prise en compte des particularités de la maladie.

« C'est une maladie qui peut évoluer très rapidement et nous savons que les patients atteints de l'HTAP peuvent réagir très différemment aux différents traitements. Refuser un accès égal et constant à toutes les options médicamenteuses, qu'il soit administré seul ou en association, peut limiter sa réussite chez nos patients atteints d'HTAP, ce qui pourrait leur être fatal », a souligné le Dr Sanjay Mehta, M.D., FRCPC, FCCP, directeur de la clinique d'hypertension pulmonaire du sud-ouest de l'Ontario du Centre des sciences de la santé de London, en Ontario, et président de l'AHTP Canada. « À titre de médecins spécialistes de l'HTAP, nous devons disposer de la latitude nécessaire pour prendre des décisions thérapeutiques individuelles parmi tous les traitements approuvés par Santé Canada, et assurer les meilleurs résultats pour nos patients. »

Des décisions de financement fondées sur des preuves et sur l'expérience

Les personnes atteintes d'HTAP vivent plus longtemps grâce aux améliorations apportées aux traitements et aux soins prodigués aux patientsiii. Actuellement, les médecins spécialistes de l'HTAP prescrivent des traitements de première ligne (notamment des inhibiteurs de la PDE-5) qui, selon eux, favorisent le plus possible la santé de leurs patients à long termev. Les patients et les aidants naturels craignent que le refus imposé aux spécialistes de donner accès à Opsumit ou à d'autres options thérapeutiques au moment du diagnostic ait une incidence néfaste sur la santé des malades, en particulier si l'on considère la rapidité avec laquelle la santé d'une personne peut décliner.

« Chaque personne souffrant de cette maladie agressive et à l'issue fatale mérite la meilleure qualité de vie possible », ajoute Mme Knott. « Si nous sommes ravis que cette recommandation reconnaisse l'importance des traitements d'association, nous exhortons toutefois les gouvernements provinciaux et territoriaux à ne pas tenir compte de la recommandation peu judicieuse du PCEM qui limite l'accès à Opsumit et à autoriser nos spécialistes de l'HTAP à prendre les décisions thérapeutiques - jugées nécessaires pour la stabilité et la survie à long terme des patients -  fondées à la fois sur des preuves scientifiques et sur leur expérience clinique. »

À propos de l'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP)
L'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) - la forme la plus grave d'hypertension pulmonaire - est une maladie rare touchant les artères des poumons. Chez une personne atteinte d'HTAP, les artères pulmonaires rétrécissent et cicatrisent. Cela peut provoquer l'obstruction quasi complète des artères, pouvant entraîner une insuffisance cardiaque. Les symptômes de l'HTAP comprennent les suivants : essoufflement, bleuissement des mains, des pieds et des lèvres, gonflement des mains et des pieds, vertiges et étourdissements, douleur thoracique, fatigue et évanouissements. Comme bon nombre de ces symptômes caractérisent également d'autres maladies, l'HTAP est souvent mal diagnostiquée. C'est une maladie fatale pour laquelle il n'existe aucun remède.

À propos de l'Association d'hypertension pulmonaire du Canada (AHTP Canada)
L'Association d'hypertension pulmonaire du Canada (AHTP Canada) est un organisme national de bienfaisance enregistré. Notre mission est d'autonomiser la communauté canadienne de lutte contre l'hypertension pulmonaire par l'entremise de la sensibilisation, de l'appui, de l'éducation, de la recherche et du soutien offert aux patients. Le travail de l'AHTP Canada vise à mettre un terme à l'invisibilité et à l'isolement que vivent souvent les personnes qui sont touchées par cette maladie irréversible. Pour en savoir plus sur l'AHTP Canada et l'hypertension pulmonaire, veuillez consulter le site www.phacanada.ca/fr/.

Références :

______________________________
i Pulido T, Adzerikho I, Channick RN, Delcroix M, Galiè N, Ghofrani H-A, et al (2013). Macitentan and Morbidity and Mortality in Pulmonary Arterial Hypertension. New England Journal of Medicine. 369(9). pp.809-818. Consulté au http://www.nejm.org/doi/pdf/10.1056/NEJMoa1213917.  
ii Programme commun d'évaluation des médicaments (PCEM). Recommandation finale du Comité canadien d'expertise sur les médicaments (CCEM). Macitentan (Opsumit - Actelion Pharmaceutiques Canada Inc.) Indication: hypertension artérielle pulmonaire. 28 janvier, 2015. Consulté au http://www.cadth.ca/media/cdr/complete/cdr_complete_SR0364_Opsumit_Jan-30-15.pdf.
iii Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS). Recommandations du rapport de l'examen thérapeutique, Médicaments contre l'hypertension artérielle pulmonaire : efficacité comparative, innocuité et rentabilité [ÉBAUCHE]. Novembre 2014. Consulté au http://www.cadth.ca/media/pdf/TR0006_PAH_Draft_Recommendations.pdf
iv Association d'hypertension pulmonaire du Canada, chapitre de Toronto. Consulté au http://www.phatoronto.ca/about-ph/   
v Association d'hypertension pulmonaire du Canada. ACMTS Examens thérapeutiques : Médicaments contre l'hypertension artérielle pulmonaire - Recommandations préliminaires. Novembre 2014.

SOURCE Pulmonary Hypertension Association of Canada

Renseignements : Alyssa Acorn, Cohn & Wolfe, 647-259-3304, alyssa.acorn@cohnwolfe.ca

Profil de l'entreprise

Pulmonary Hypertension Association of Canada

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.