Les Canadiennes et Canadiens doivent exercer un contrôle sur leurs
renseignements personnels en ligne, selon la commissaire à la protection de
la vie privée

    
    Le rapport annuel de la commissaire à la protection de la vie privée du
    Canada souligne l'importance de faire des choix éclairés concernant le
    partage de renseignements personnels en ligne.
    

OTTAWA, le 6 oct. /CNW Telbec/ - À l'heure où de plus en plus de Canadiennes et de Canadiens vivent leur vie en ligne, la commissaire à la protection de la vie privée les encourage à exercer davantage de responsabilité envers la protection de leur vie privée et à y réfléchir à deux fois avant d'afficher quoi que ce soit sur Internet.

"Bon nombre de jeunes personnes choisissent de se révéler au grand jour d'une manière que leurs parents auraient jugée impossible et leurs grands-parents, impensable. Ils étalent leur vie sur une scène publique qu'ils ont eux-mêmes conçue dans leur quête de visibilité, de connectivité et de connaissances", selon Jennifer Stoddart, commissaire à la protection de la vie privée du Canada.

"Une telle ouverture peut favoriser la créativité, l'alphabétisation, le réseautage et l'engagement social. Sauf que la transmission au grand jour de renseignements personnels peut également (...) laisser une trace durable de moments embarrassants qui pourraient les hanter pendant longtemps", affirme la commissaire dans son rapport annuel présenté aujourd'hui au Parlement.

Le Rapport annuel au Parlement de 2008 concernant la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques (LPRPDE) met en relief l'enjeu de la vie privée des jeunes. Il aborde également les enquêtes menées à la suite de plaintes relatives à la protection de la vie privée en 2008, les questions technologiques ayant une incidence sur la vie privée, ainsi que les efforts déployés par la commissaire pour favoriser l'élaboration de normes internationales en matière de protection des renseignements personnels.

La commissaire Stoddart a fait remarquer que de nombreuses personnes ont perdu leur emploi, ont raté des occasions d'entrevue pour des emplois potentiels, ont été freinés dans leur cheminement universitaire ou suspendus de l'école en raison de messages instantanés, de commentaires en ligne ou autres types de correspondance en ligne qu'elles croyaient à tort être des conversations privées entre amis.

Les renseignements personnels non protégés risquent également d'être exploités par des voleurs d'identité.

Le Commissariat à la protection de la vie privée terminait récemment une enquête sur les politiques et pratiques en matière de protection des renseignements personnels du populaire site de réseautage social Facebook. Bien que cette enquête ait porté sur les obligations de Facebook en vertu de la législation canadienne en matière de protection des renseignements personnels, la commissaire a fait valoir à cette occasion, alors que presque 12 millions de Canadiennes et Canadiens étaient sur Facebook, qu'il est également important de se prévaloir des paramètres de confidentialité appropriés et de comprendre comment ses renseignements personnels peuvent être utilisés ou partagés en ligne.

Le Commissariat à la protection de la vie privée a fait de la protection de la vie privée des jeunes en ligne une priorité majeure, en ayant recours à des concours, à des produits de communication et à un site Web consacré à la protection de la vie privée des jeunes pour rejoindre ces derniers, les encourager à réfléchir aux questions de protection des renseignements personnels et à "réfléchir avant de cliquer".

"À titre de gardiens de la protection de la vie privée au Canada, notre rôle est de sensibiliser les personnes aux risques posés à leur vie privée, de leur suggérer des manières de réagir à ces risques et de les aider à faire des choix éclairés", affirme la commissaire Stoddart.

"Nous ne souhaitons pas revenir à une époque révolue; nous voulons seulement nous assurer que les Canadiennes et Canadiens disposent de l'information dont ils ont besoin pour prendre des décisions éclairées concernant leur vie privée", ajoute la commissaire adjointe Elizabeth Denham.

Le rapport annuel, disponible sur le site Web du Commissariat au www.priv.gc.ca, comprend de l'information détaillée sur les plaintes reçues par l'organisme et ayant fait l'objet d'enquêtes en 2008.

Le Commissariat a reçu 422 nouvelles plaintes nécessitant enquête relatives à la LPRPDE en 2008, ce qui a mis un terme à une tendance à la baisse qui durait depuis plusieurs années. En 2007, on avait déposé 350 plaintes, ce qui représentait moins de la moitié des 723 plaintes reçues en 2004.

Le Parlement a confié à la commissaire à la protection de la vie privée du Canada le mandat d'agir à titre d'ombudsman, de défenseur et de gardien du droit des Canadiens à la protection de la vie privée et des renseignements personnels.

SOURCE Commissariat à la protection de la vie privée du Canada

Renseignements : Renseignements: Personne-ressource auprès des médias: Anne-Marie Hayden, Commissariat à la protection de la vie privée du Canada, Téléphone: (613) 995-0103, Courriel: ahayden@privcom.gc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.