Les 100 jours de l'administration Tremblay - Manque de transparence et coup
de force

MONTRÉAL, le 24 févr. /CNW Telbec/ - "Le "renouveau" promis par le maire Gérald Tremblay au lendemain de sa réélection se fait attendre ", a déclaré la chef de l'Opposition officielle, Louise Harel, alors qu'elle dressait le bilan des 100 premiers jours de l'administration en place. Les quelques exemples suivants démontrent l'incapacité du maire Tremblay de se départir des réflexes passés.

NON à la protection de la Montagne

"Nous attendions du maire de Montréal qu'il envoie un message clair en faveur de la protection du Mont Royal, à savoir : LA MONTAGNE N'EST PAS À VENDRE. Cela aurait été son devoir", a lancé Louise Harel. "Abandonnant au nouveau recteur désigné de l'Université de Montréal la décision de changement de zonage et de la vente du couvent des Sœurs des Saints-Noms-de-Jésus-et-de-Marie à la firme Catania, le maire Tremblay renonce à exercer un leadership et à protéger la Montagne de la voracité des promoteurs immobiliers", a-t-elle poursuivi.

Même si la modification de ce projet au plan d'urbanisme n'a pas, aujourd'hui, obtenu l'appui de la majorité des membres du conseil - comme le prévoit la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme -, il est fort à parier que le maire de Montréal reviendra à la charge lors de la prochaine séance du conseil, le 22 mars, lorsque la majorité de son équipe sera présente. L'éventuel feu vert à la construction de 100 condos de luxe sur le site du couvent des Sœurs des Saints-Noms-de-Jésus-et-de-Marie n'augure rien de bon en ce qui concerne le respect de ce lieu identitaire perçu comme symbole emblématique par les Montréalais.

"Il est particulièrement odieux qu'une manœuvre de l'administration Tremblay ait eu lieu le 24 août dernier pour soustraire le changement de zonage au débat démocratique pendant la campagne électorale de l'automne dernier".

NON à la nomination d'un commissaire à l'éthique

"Alors qu'en campagne électorale, Gérald Tremblay s'engageait à garantir la nomination d'un commissaire à l'éthique en décembre 2009, advenant le défaut du gouvernement du Québec d'y procéder à cette date, cette nomination d'un commissaire à l'éthique avec pouvoir d'enquête et de sanction se fait toujours attendre, tout autant que les correctifs à apporter à un code d'éthique d'une grande molesse", a continué la chef de l'Opposition.

NON à une commission d'enquête publique sur la construction

"Alors que trois personnes sur quatre (74 %) au Québec continuent de réclamer haut et fort la tenue d'une enquête publique sur la corruption et la malversation dans l'industrie de la construction, en relation avec le monde municipal, le maire de Montréal et son administration refusaient de renouveler leur appui à une telle enquête, en votant contre la motion présentée à cet effet par la chef de l'Opposition officielle, lors de la séance du Conseil d'hier. Il faut comprendre qu'il s'agit d'un autre engagement électoral abandonné par le maire de Montréal", a indiqué Mme Harel.

NON à la réintégration à l'Union des municipalités du Québec

"Le refus du maire Tremblay de réintégrer les rangs de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), désertée en 2005, mine le leadership de Montréal et hypothèque sa capacité à plaider des relations complémentaires, gagnantes-gagnantes, avec les régions", estime Louise Harel. "L'opposition de l'administration Tremblay à la motion présentée par l'Opposition officielle entretient une guerre de clochers malsaine et nuit au rétablissement d'un climat de coopération avec le réseau des villes du Québec."

NON à participer à la relance de l'emploi et de l'économie

Alors que 35 000 emplois étaient perdus sur l'île de Montréal en 2009, et que le taux de chômage était le plus élevé au Québec, à l'exception de la région de la Gaspésie - Îles de la Madeleine, l'administration du maire Tremblay décidait d'effectuer une coupure de 355 millions de dollars dans le budget dédié aux immobilisations de toutes sortes en 2010, et de faire une ponction de 40 millions dans les réserves des arrondissements prévues pour des investissements. "Méchant timing pour participer à la relance fragile de l'économie et de l'emploi", a conclu Louise Harel.

SOURCE Ville de Montréal - Cabinet de la chef de l'Opposition officielle

Renseignements : Renseignements: Marie-Hélène d'Entremont, Attachée de presse, Cabinet de la chef de l'Opposition officielle, Bureau: (514) 872-2934, Cell.: (514) 247-0446

Profil de l'entreprise

Ville de Montréal - Cabinet de la chef de l'Opposition officielle

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.