Les « rançongiciels » fournissent aux fraudeurs davantage de victimes potentielles

De fausses fenêtres contextuelles pourraient coûter cher aux utilisateurs d'ordinateur

ORILLIA, ON, le 6 mars 2013 /CNW/ - La Police provinciale de l'Ontario met les utilisateurs d'ordinateur en garde contre une menace relativement nouvelle à leur sécurité en ligne, qui soutire de l'argent et des renseignements personnels de façon frauduleuse.

La Direction de la lutte contre l'escroquerie de la Police provinciale déclare que les « rançongiciels » (ransomware) circulent depuis 2006 environ, mais ne sont apparus au Canada qu'à la fin de 2011, comme en Europe et en Australie. Ce logiciel malveillant pénètre tout d'abord le système par l'intermédiaire de sites Web malveillants créés par des criminels. Le rançongiciel produit ce que l'on appelle un « cheval de Troie policier » ou « scareware », qui fait apparaître un avis qui semble provenir d'un organisme d'application de la loi, tel que le Service canadien du renseignement de sécurité ou la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Le message est une fausse accusation d'accès à de la pornographie juvénile ou à tout autre site Web de partage de fichiers, et enjoint ensuite l'utilisateur à payer une amende de 100 $ par transfert de fonds ou par carte de crédit afin de déverrouiller l'ordinateur. Quand la victime entre ses données de paiement, les criminels lui volent ses renseignements personnels et les utilisent.

En 2012, le Centre antifraude du Canada (CAFC) a reçu 1 690 déclarations de consommateurs canadiens signalant avoir reçu un message d'un rançongiciel. Parmi eux, 70 victimes ont été recensées et on perdu plus de 7 200 $ au total, soit près de 103 $ par victime. D'après certaines plaintes, le plaignant consultait des sites pornographiques ou regardait la télévision en ligne gratuite quand le message est apparu. D'autres victimes ont simplement allumé leur ordinateur avant de voir leur accès verrouillé. Dans d'autres cas, les plaignants ont signalé que leurs enfants utilisaient des sites de médias sociaux populaires quand le message est apparu à l'écran.

Cette infection, appelée « infection par drive-by download », se propage facilement créant des dizaines de milliers de cas, et même si seulement 2 % des utilisateurs sont victimes de la fraude, il s'agit pour les fraudeurs d'un très bon taux de rendement. On estime que plus de 97 % des victimes hésitent à signaler l'escroquerie. Les rançongiciels ont également fait l'objet d'une récente enquête à grande échelle menant au démantèlement d'une organisation criminelle en Espagne, soupçonnée d'être responsable de pertes liées à des fraudes s'élevant à plus de 1,15 million de dollars canadiens par année.

Si vous ou quelqu'un que vous connaissez pensez être victime d'un rançongiciel, veuillez communiquer avec le service de police de votre localité ou avec Échec au crime au 1 800 222-8477 (TIPS).

LA FRAUDE - Identifiez-la. Signalez-la. Enrayez-la.

CITATIONS :

« Les organisations criminelles travaillent sans relâche pour trouver n'importe quel moyen de voler de l'argent à des personnes naïves. Votre meilleure ligne de défense contre l'escroquerie est de faire preuve de bon sens et d'être très prudents face à ce type de messages. »

- Scott TOD, sous-commissaire, Enquêtes et crime organisé, Police provinciale de l'Ontario

« Les rançongiciels extraient les données et les renseignements personnels nécessaires au financement d'autres activités criminelles, telles que la fraude par carte de crédit et le détournement de fonds vers des comptes à l'étranger depuis l'ordinateur de la victime. Le meilleur moyen de se protéger consiste tout d'abord de se tenir à l'écart des sites Web suspects. »

- Inspecteur-détective Paul Beesley, Direction de la lutte contre l'escroquerie, Police provinciale de l'Ontario.

Signes indiquant que vous pourriez être victime d'un rançongiciel :

  • Une fenêtre contextuelle ou une bannière est apparue vous enjoignant à payer une rançon.
  • Vous n'avez plus accès à votre ordinateur en dehors de l'écran d'accueil.
  • On vous demande d'envoyer de l'argent sans faire appel au système bancaire traditionnel ou habituel.
  • On vous demande d'envoyer de l'argent pour « déverrouiller » l'ordinateur.

Conseils pour vous protéger contre les rançongiciels :

  • Ne cliquez jamais sur une fenêtre contextuelle vous indiquant que votre ordinateur est infecté par un virus.
  • Mettez régulièrement à jour votre logiciel antivirus et sondez votre ordinateur à la recherche de virus.
  • Ne cliquez pas sur des liens ou des pièces jointes reçues par courriel provenant d'un expéditeur que vous ne connaissez pas.
  • Activez la fonction de blocage des fenêtres contextuelles dans votre navigateur.
  • Ne téléchargez jamais de logiciel antivirus provenant d'une fenêtre contextuelle ou d'un lien reçu par courriel.

POUR EN SAVOIR PLUS

Police provinciale de l'Ontario - Mars est le mois de la prévention de la fraude

REMARQUE AUX MÉDIAS : Le présent communiqué est le deuxième d'une série de cinq communiqués hebdomadaires portant sur diverses activités criminelles qui seront publiés par la Police provinciale de l'Ontario dans le cadre du Mois de la prévention de la fraude.


SOURCE : Police provinciale de l'Ontario

Renseignements :

Agent-détective Ted Schendera
Direction de la lutte contre l'escroquerie de la Police provinciale
Tél. :  705 329-6437


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.