L'économie canadienne améliore son classement - Davantage parce que d'autres pays ont pris du recul

OTTAWA, le 14 mars 2013 /CNW/ - Au sujet de l'économie, le Canada est passé au sixième rang des 16 pays évalués par Le Conference Board du Canada dans son Bilan comparatif annuel de 2012.

Avec une note restée à « B », la progression du Canada du 11e rang avant la récession, d'après le bilan de 2008, au 6e rang aujourd'hui témoigne bien plus de la faiblesse des autres économies que d'une performance extraordinaire du Canada.

« Cette note de « B » est toute relative, car le Canada a des résultats assez médiocres comparé aux économies les plus prospères. Sauf sur les plans de l'inflation et de la croissance de l'emploi, Le Canada arrive loin derrière les pays en tête du peloton pour tous les autres indicateurs économiques », a expliqué Glen Hodgson, vice-président principal et économiste en chef.

« Depuis longtemps le Canada accuse du retard à l'égard de plusieurs indicateurs économiques importants, notamment la croissance de la productivité de la main-d'œuvre et aussi l'investissement étranger direct. Et même dans les domaines où le Canada a fait des progrès, d'autres pays réussissent toujours mieux. »


FAITS SAILLANTS
  • L'amélioration au classement du Canada en 2012 n'est pas tant le résultat de sa performance que de l'incertitude budgétaire et financière qui paralyse une grande partie de l'Union européenne.
  • La Norvège et l'Australie arrivent en tête de file, avec des notes de « A ».
  • Malgré une reprise économique hésitante et un problème d'endettement public qui n'est pas réglé, les États-Unis obtiennent aussi un « B » et arrivent au quatrième rang des économies étudiées, en avance de deux rangs sur le Canada.
  • La performance économique globale du Canada s'est détériorée par rapport aux pays comparables depuis les années 1970.

Pour chaque indicateur, le Conference Board évalue la performance de chacun des pays étudiés, du premier au dernier, et divise la fourchette obtenue en quatre segments notés de « A » à « D ».

Comme la plupart des pays comparables, le Canada obtient un « A » pour l'inflation et un « B » pour la croissance du produit intérieur brut (PIB), la croissance de la productivité de la main-d'œuvre, la croissance de l'emploi et le taux de chômage. Mais le classement général du Canada est affaibli par des notes de « C » pour le revenu par habitant et l'investissement étranger direct (IED) sortant et par un « D » pour l'IED entrant.

Le classement du Canada au chapitre du revenu par habitant a chuté de la sixième place parmi les pays comparés en 2000 à la huitième en 2008 et il est resté à ce classement en 2012, avec un revenu par habitant de 36 138 $US, soit presque 12 000 $ de moins qu'en Norvège, le pays en tête du peloton pour cet indicateur.

De plus, le revenu par habitant au Canada est égal à 84 p. 100 de ce qu'il est aux États-Unis. L'écart du revenu par habitant entre les deux pays a triplé entre 1980 et 2012. C'est signe de l'importance qu'a la productivité dans cette mesure : la plus faible productivité de la main-d'œuvre au Canada est la source principale responsable du désavantage canadien.

Le Canada a attiré 2,7 p. 100 de l'IED du monde en 2011 représentait 2,5 p. 100 du PIB mondial. Cette performance vaut au Canada une sixième place sur 16 au chapitre de l'IED entrant en 2011, ce qui suggère, à prime abord, que le marché canadien est relativement attrayant pour les investisseurs.

Néanmoins, le Canada est un de 13 pays à obtenir une note de « D » pour l'IED entrant. Pour cet indicateur, la Belgique dépasse tous les pays et de loin, avec plus de 8 fois l'IED en comparaison de son poid dans l'économie mondiale, ceci faisant baisser les notes des 15 autres pays.

Le Canada reçoit une note de « C » pour l'indice de rendement de l'IED sortant pour 2011 et se classe au 10e rang. Depuis la fin des années 1990, l'investissement direct du Canada à l'étranger dépasse l'IED au Canada. Ce changement indique que les entreprises canadiennes se servent de l'investissement direct étranger pour construire des chaînes d'approvisionnement mondiales et servir leurs clients dans d'autres pays. Cela dit, le Canada se classe quand même loin derrière les pays les plus performants, en particulier les deux pays qui ont une note de « A », soit la Belgique et la Suisse.

Les performances du Canada : bilan comparatif est un programme de recherche pluriannuel que mène Le Conference Board du Canada pour aider les dirigeants à cerner les forces et les faiblesses de la performance socio-économique canadienne. Le site Web du programme présente des données et des analyses sur la performance du Canada par rapport à 16 pays comparables dans six catégories : l'économie, l'innovation, l'environnement, l'éducation et les compétences, la santé et la société.

SOURCE : Le Conference Board du Canada

Renseignements :

Brent Dowdall, Relations avec les médias, tél. : 613-526-3090, poste 448
Courriel : corpcomm@conferenceboard.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.