Le système disparate de remboursement des médicaments cause des difficultés
financières à de nombreux patients atteints d'un cancer

    
    La Société canadienne du cancer demande au gouvernement fédéral
    d'instaurer un régime national d'assurance médicaments onéreux
    

TORONTO, le 14 sept. /CNW/ - Le système disparate de remboursement des médicaments au Canada cause des difficultés financières à de nombreux patients atteints d'un cancer, d'après un document publié aujourd'hui par la Société canadienne du cancer.

On peut lire dans ce document, intitulé Accès aux médicaments contre le cancer pour les Canadiens, qu'un Canadien sur douze est aux prises avec des frais de médicaments onéreux, soit des frais qui représentent plus de 3 % du revenu net d'un ménage.

La publication du document de la Société canadienne du cancer précède un important symposium sur l'accès aux médicaments contre le cancer qui se tiendra demain (le mardi 15 septembre) à Ottawa. La Société espère également que cet enjeu crucial sera abordé lors de la conférence annuelle des ministres de la Santé provinciaux et territoriaux qui aura lieu à Winnipeg les jeudi 17 septembre et vendredi 18 septembre.

"La Société canadienne du cancer estime que tous les Canadiens doivent avoir accès aux traitements anticancéreux sans que cela leur cause des difficultés financières, peu importe la région du pays où ils vivent, déclare Dan Demers, directeur, Questions d'intérêt public, à la Société canadienne du cancer. Pendant qu'elle se bat contre le cancer, une personne doit se concentrer sur sa santé, et non se demander comment elle va payer ses médicaments. Une telle situation est carrément inacceptable."

Les médicaments anticancéreux offerts élargissent certes les options qui s'offrent aux patients souffrant d'un cancer, mais la nouvelle génération de médicaments peut coûter cher. Les médicaments administrés à l'hôpital sont gratuits : ils sont payés par le système de soins de santé public. En revanche, les médicaments pris à la maison -, mode thérapeutique de plus en plus fréquent -, sont payés par les patients. Or, tous les Canadiens n'ont pas une assurance qui rembourse ces frais. Les travailleurs à faible revenu, les travailleurs saisonniers et les travailleurs autonomes n'ont souvent pas accès à une assurance abordable.

    
    Il ressort du document de la Société canadienne du cancer :

    -   qu'environ 50 % des nouveaux médicaments anticancéreux sont pris à la
        maison et que, par conséquent, leur coût incombe aux patients;
    -   qu'à peu près les trois quarts des médicaments anticancéreux pris à
        la maison coûtent plus de 20 000 $ par année;
    -   que le coût moyen d'une cure unique de traitement au moyen d'agents
        anticancéreux récents s'élève à 65 000 $, ce qui est presque autant
        que le revenu annuel moyen des Canadiens.
    

"Les écarts et les disparités qui existent actuellement dans le système de soins de santé du Canada au chapitre du remboursement des frais de médicaments peuvent causer des difficultés financières à de nombreux patients atteints d'un cancer, affirme Paul Lapierre, vice-président, Affaires publiques et lutte contre le cancer, à la Société canadienne du cancer. Dans certains cas, cela peut impliquer que des patients renoncent à se faire traiter parce qu'ils n'en ont pas les moyens."

Le document met en évidence l'absolue nécessité pour le gouvernement fédéral de prendre des mesures en vue de remédier au remboursement disparate des médicaments au Canada.

"La Société presse le gouvernement fédéral d'instaurer un régime national d'assurance médicaments onéreux avant que la situation se détériore, indique M. Demers. Le moment est venu pour le gouvernement fédéral d'agir et de montrer qu'il ne prend pas à la légère la santé des Canadiens et qu'il a à cœur l'universalité des soins de santé."

    
    Voici les événements qui ont lieu cette semaine :

    Symposium sur l'accès aux médicaments contre le cancer, le mardi 15
    septembre
    

Le document de la Société sera débattu lors d'un important forum sur les politiques publiques qui se tiendra à Ottawa, le 15 septembre. Améliorer l'accès des Canadiens aux médicaments traitant le cancer réunira de nombreux intervenants qui tenteront d'élaborer des plans d'action axés sur les grands enjeux de l'accès aux médicaments anticancéreux. La Société a joué un rôle charnière dans l'organisation de ce symposium, qui se déroule sous les auspices du Forum des politiques publiques.

    
    Congrès annuel des ministres de la Santé provinciaux et territoriaux, les
    jeudi 17 septembre et vendredi 18 septembre
    

La Société exhorte les ministres de la Santé à continuer de faire pression sur le gouvernement fédéral pour qu'il prenne l'initiative dans l'établissement d'une démarche concertée et cohérente visant l'accès aux médicaments au Canada.

En 2008, les ministres de la Santé ont dit clairement que le gouvernement fédéral devait faire preuve de leadership pour améliorer l'accès aux médicaments dans le cadre du système public canadien. Ils ont invité le gouvernement fédéral à collaborer avec eux afin de trouver des solutions.

"Un an plus tard, la situation n'a pas changé au Canada dans le dossier des frais de médicaments onéreux, déplore M. Demers. Il faut agir pour éviter que la confiance des Canadiens envers notre système universel de soins de santé ne s'effrite."

    
    Une démarche désordonnée

    Des progrès visant à remédier au remboursement disparate des médicaments
onéreux ont été faits, mais un manque de concertation s'est traduit par une
démarche désordonnée à l'échelle du Canada.

    -   Beaucoup de provinces ont instauré des régimes d'assurance
        médicaments onéreux afin d'offrir à tout le moins une certaine
        protection à leurs résidants.

    -   Les assureurs privés ont augmenté les remboursements maximaux versés
        afin de tenir compte du coût des nouveaux médicaments. Cela dit, plus
        d'un régime privé sur six comporte un plafond de remboursement annuel
        ou à vie, et bon nombre de ces plafonds sont inférieurs aux coûts
        associés aux médicaments anticancéreux récents.

    -   Il n'existe pas de normes établies relatives au montant qu'un patient
        atteint d'un cancer devrait payer pour ses médicaments d'ordonnance.

    -   On observe de grandes disparités entre les provinces et entre les
        assureurs publics et privés quant aux médicaments anticancéreux qui
        sont remboursés. Cet état de fait crée des situations où un patient
        vivant dans une province n'a pas accès à des médicaments qui sont
        accessibles à un résidant d'une autre province.
    

"On doit faire davantage afin d'uniformiser le remboursement des médicaments pour tous les patients souffrant d'un cancer au Canada", conclut M. Lapierre.

SOURCE Société canadienne du cancer (Bureau national)

Renseignements : Renseignements: pour fixer une entrevue avec un porte-parole de la Société canadienne du cancer ou pour se procurer le document Accès aux médicaments contre le cancer pour les Canadiens, s'adresser à: Alexa Giorgi, Spécialiste des communications bilingue, (416) 934-5681

Profil de l'entreprise

Société canadienne du cancer (Bureau national)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.