Le Rapport d'étape sur l'évolution de l'économie des Autochtones montre peu de progrès

OSOYOOS, BC, le 17 juin 2015 /CNW/ - Le Conseil national de développement économique des Autochtones (CNDEA) a publié aujourd'hui son premier Rapport d'étape sur la situation du développement économique des Autochtones au cours de la conférence First Nations Infrastructure, Land Development & Urban Planning (RezLAND) à Osoyoos, en Colombie-Britannique (Anglais seulement).

Le rapport s'inspire du Rapport d'analyse comparative de l'économie des Autochtones de 2012, soit le premier effort national à énoncer des objectifs à atteindre sur une période de dix ans, afin de suivre l'évolution de la situation économique des Premières Nations, des Inuits et des Métis au Canada.

« Le Rapport d'analyse comparative de l'économie des Autochtones de 2012 avait fixé l'objectif audacieux de combler l'écart dans les résultats économiques entre les peuples autochtones et non autochtones d'ici 2022, mais trois ans après le rapport initial, les écarts entre les Canadiens autochtones et les autres Canadiens demeurent importants, » explique le Chef Clarence Louie, président du CNDEA.

Selon le rapport, bien que certains progrès aient été réalisés entre 2006 et 2011, les Autochtones du Canada ne sont actuellement pas sur la bonne voie pour atteindre la parité avec les Canadiens non autochtones. Notamment, les résultats des Premières Nations vivant dans les réserves ont présenté les améliorations les plus faibles. Pour ces derniers, le taux d'emploi a chuté de 39 % à 35,4 % et le taux de chômage a augmenté de 24,9 % à 25,2 %.

Une grande partie du progrès exposé dans le Rapport d'étape est représentée par l'amélioration des résultats pour les Inuits et les Métis. Par exemple, le taux de chômage des Inuits a diminué de 20,3 % en 2006 à 19,5 % en 2011, ce qui représente une baisse de deux points de pourcentage de l'écart par rapport aux non-Autochtones. L'écart du revenu moyen entre les Métis et les autres Canadiens montre aussi un progrès, présentant une baisse de 6,7 %. De plus, en 2011, le taux d'emploi des Métis était plus élevé que celui des non-Autochtones, avec 61,8 % comparativement à 61,2 %.

Pour mieux représenter l'évolution du portrait économique, un accent particulier a été mis sur les résultats des jeunes autochtones ainsi que sur les résultats régionaux dans le Rapport d'étape afin de mieux représenter les différences entre les tranches d'âge et les différences dans les indicateurs par province et territoire pour les Autochtones et les non-Autochtones. Ce facteur est important, car la population autochtone est à la fois plus jeune et croît plus rapidement que la population non autochtone. La population autochtone totale a augmenté au taux moyen de 3,6 % par année entre 2006 et 2011, soit quatre fois plus vite que la population non autochtone. Les différences dans la structure d'âge entre la population autochtone et les autres Canadiens peuvent expliquer les différences dans certains résultats globaux entre les deux groupes.

« Le CNDEA craint que la majeure partie du potentiel économique des Autochtones reste inexploitée, » explique Dawn Madahbee, vice-présidente du CNDEA. « La seule façon d'aller vers l'avant est de favoriser le développement économique, commercial, l'éducation, l'emploi et les collectivités mené par une bonne gouvernance, une volonté politique et des investissements financiers ciblés suffisants dans ces domaines. »

En fonction des résultats contenus dans le rapport, le CNDEA a formulé les huit recommandations suivantes. Veuillez consulter le rapport pour voir les recommandations complètes.

  1. Premières Nations dans les réserves : Il est fortement recommandé que l'élaboration de stratégies distinctes visant à combler les écarts des Premières Nations vivant dans les réserves constitue une priorité pour l'ensemble du gouvernement. Le programme économique fédéral doit se concentrer sur les droits des Premières Nations issus de traités, ses obligations et les relations de travail.
  2. Éducation : Il est fortement recommandé que des efforts continus et soutenus soient déployés pour faire en sorte que les Autochtones aient accès à une formation scolaire de grande qualité dans toutes les régions du pays. Pour régler ce problème, il est recommandé qu'un Groupe de travail dirigé par des Autochtones soit constitué.
  3. Emploi et formation professionnelle : Il est recommandé que, pour répondre aux besoins uniques des Autochtones, tous les ordres de gouvernement et l'industrie songent à investir dans une formation et un perfectionnement des compétences personnalisés qui s'harmonisent aux possibilités concrètes d'emploi.
  4. Emploi et formation professionnelle (2) : Il est recommandé que tous les programmes fédéraux et provinciaux relatifs au marché du travail et destinés aux Autochtones fassent l'objet d'un examen régulièrement et soient mis à jour, en consultation et en collaboration avec les Autochtones, et que ces programmes et mesures soient durables.
  5. Développement des collectivités : Il est recommandé que les systèmes de gestion de l'eau et des déchets soient une priorité pour toutes les collectivités autochtones au Canada et constituent le principal moyen d'améliorer la santé humaine globale.
  6. Développement des entreprises : Il est recommandé que les programmes destinés aux entreprises autochtones et les institutions financières autochtones bénéficient d'une expertise (humaine et administrative) et du niveau de capital nécessaires pour être en mesure d'aider les entreprises autochtones à faire face à ces défis et à établir un réseau dynamique d'entreprises partout au Canada. Il est en outre recommandé qu'un soutien financier soit accordé aux institutions financières autochtones pour qu'elles puissent fournir des capitaux de démarrage aux collectivités autochtones qui le désirent en vue de pouvoir participer à des projets d'envergure.
  7. Jeunes : Il est recommandé qu'une stratégie nationale à l'intention des jeunes Autochtones, axée sur l'amélioration des résultats liés à l'éducation, aux entreprises et à l'emploi, soit élaborée avec la pleine participation des Premières Nations, Inuits et Métis.
  8. Cueillette de données : Il est recommandé que la collecte des données soit continuellement améliorée et élargie, en consultation et en collaboration avec les collectivités et les institutions autochtones, en ayant recours au présent rapport à titre de guide, afin de pouvoir suivre de près les progrès économiques et sociaux, et de les améliorer.

« Le Conseil croit fermement que le développement économique est le fondement d'une vraie réconciliation et d'une réelle collaboration entre les gouvernements, les entreprises du secteur privé et tous les peuples autochtones, a déclaré le chef Louie. Il est évident qu'il reste encore beaucoup de travail à faire avant que les Autochtones soient dans la même position que les autres Canadiens pour contribuer à l'une des économies les plus riches du monde et en tirer profit au même titre que les autres citoyens. Il est essentiel de continuer à adopter des politiques et des programmes qui favoriseront le développement économique et contribueront à combler l'écart. »

Le CNDEA continuera à suivre la progression des Canadiens autochtones pour l'ensemble des mesures énumérées dans le Rapport d'analyse comparative de l'économie des Autochtones et présentera régulièrement des données aux Canadiens. Le Conseil s'engage à préparer un deuxième Rapport d'étape sur l'évolution de l'économie des Autochtones en 2018 pour suivre et évaluer les progrès réalisés à refermer les écarts.

Le Rapport d'étape
Le Rapport d'étape sur l'évolution de l'économie des Autochtones du CNDEA fait suite au Rapport d'analyse comparative de l'économie des Autochtones de 2012. Il compare des données du recensement de 2006 et de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 pour suivre les changements dans les résultats entre les Canadiens autochtones et les autres Canadiens. Le Rapport d'étape est principalement utilisé pour comparer les principaux indicateurs socioéconomiques, notamment les indicateurs d'emploi, de revenu et d'éducation, entre les groupes autochtones (Premières Nations, Inuits et Métis) et les autres Canadiens. Il n'est pas destiné à expliquer pourquoi il existe des différences entre les résultats. Un comité consultatif composé de sept économistes et universitaires a aidé le Conseil à réaliser ce rapport.

Le CNDEA
Établi en 1990, le Conseil national de développement économique des Autochtones (CNDEA) est nommé par le gouverneur en conseil pour fournir au gouvernement fédéral des conseils sur les politiques et les programmes de développement économique des Autochtones. Composé de dirigeants des affaires et des collectivités des Premières Nations, des Inuits et des Métis provenant de tout le Canada, le Conseil occupe la fonction importante d'aider le gouvernement fédéral à élaborer et à mettre en œuvre des politiques et des programmes économiques adaptés aux circonstances et aux besoins particuliers des Autochtones du Canada.

 

SOURCE Le Conseil national de développement économique des Autochtones (CNDEA)

Renseignements : ou prendre planifier une entrevue, veuillez communiquer avec : David Rodier, Hill+Knowlton Strategies, 613-786-9945, david.rodier@hkstrategies.ca

Profil de l'entreprise

Le Conseil national de développement économique des Autochtones (CNDEA)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.