Le prix de photographie Aimia | Ago annonce les finalistes de 2017 et sa programmation 10e anniversaire

Le jury sélectionne quatre finalistes internationaux; la période de vote du public pour le prix de 50 000 $ CAD débute le 6 septembre

TORONTO, le 25 juill. 2017 /CNW Telbec/ - Quatre artistes internationaux exceptionnels ont été sélectionnés comme finalistes du Prix de photographie AIMIA | AGO 2017, marquant le 10e anniversaire du plus grand prix de photographie au Canada. Présenté conjointement par l'entreprise canadienne Aimia, chef de file mondial du marketing propulsé par les données et de l'analytique de la fidélité, et le Musée des beaux-arts de l'Ontario (AGO), le Prix remet 50 000 $ CAD à l'artiste sélectionné par un vote du public. Le travail des quatre finalistes sera présenté dans le cadre d'une exposition débutant le 6 septembre 2017 à l'AGO, à Toronto. Le public pourra voter en personne à l'AGO dès le premier jour de l'exposition, et sur le site web du Prix à compter du 13 septembre 2017.

Les finalistes de 2017 sont :

  • Liz Johnson Artur (Ghana/Russie)
  • Raymond Boisjoly (Nation haïda/Canada)
  • Hank Willis Thomas (É.-U.) 
  • Taisuke Koyama (Japon)

Treize professionnels internationaux ont participé à la mise en candidature des 30 artistes initiaux. Par la suite, un jury composé de trois experts a sélectionné quatre finalistes qui démontrent chacun un potentiel extraordinaire. Sophie Hackett, conservatrice de photographie à l'AGO, était la présidente de ce jury qui incluait l'artiste Ken Lum, qui est également professeur et président au département des beaux-arts à la School of Design de la University of Pennsylvania, et Eva Respini, la conservatrice en chef Barbara Lee à ICA/Boston.

« Le jury a été frappé par le caractère distinct et captivant des œuvres des artistes sélectionnés », a dit Hackett, qui est également la commissaire de l'exposition de cette année. « Bien qu'ils travaillent tous très différemment, chacun de ces artistes cherche à transformer et transmettre une nouvelle manière de comprendre le monde que nous habitons, à travers une variété de techniques de capture d'image numériques, par divers aspects de l'expérience noire, et par la mise en relation entre l'indigénéité, le langage (autant visuel que verbal) et le colonialisme. J'ai hâte de créer un dialogue entre ces artistes dans le cadre de l'exposition et de divers programmes présentés en parallèle du prix de cette année. »

Afin de fêter le 10e anniversaire du prix, Aimia et l'AGO présentent un symposium en partenariat avec le magazine Aperture. Le symposium, qui aura lieu à l'AGO les 3 et 4 décembre 2017, présentera des conversations entre des conservateurs, des universitaires et des artistes (dont d'anciens gagnants et finalistes du Prix) qui discuteront des enjeux et des idées qui affectent le milieu photographique d'aujourd'hui. Les détails de ce symposium seront annoncés plus tard cet été.

Une publication commémorative sera également créée afin de souligner la première décennie du Prix de photographie AIMIA | AGO. Le livre présentera le travail extraordinaire des artistes mis en nomination durant les 10 dernières années, proposera une exploration de ses bourses scolaires et de ses résidences, et célèbrera l'impact du Prix depuis ses débuts. Le livre devrait être publié le 4 décembre 2017, et sera disponible à l'AGO.

À PROPOS DES FINALISTES DE 2017

Liz Johnson Artur (née en 1964) est une photographe russo-ghanéenne basée à Londres. Depuis 28 ans, Johnson Artur travaille sur la représentation photographique de personnes d'ascendance africaine, et capte les nuances fascinantes de l'expérience noire, mettant en valeur la famille, l'amour et l'amitié. En 2016, sa monographie publiée par Bierke Verlag figurait sur la liste des meilleurs livres de photo du New York Times. Johnson Artur est photojournaliste et photographe éditoriale pour diverses revues de mode et maisons de disque à travers le monde. Elle détient une maîtrise en photographie du Royal College of Art, à Londres, et a enseigné au London College of Communication.

Raymond Boisjoly (né en 1981) est un artiste autochtone d'ascendance haïda et québécoise qui vit et travaille à Vancouver. Son travail a été exposé largement à travers le Canada et à l'étranger dans le cadre d'expositions individuelles et collectives. Boisjoly examine la manière dont les images, les objets, les matériaux et le langage continuent de définir l'art et les artistes autochtones, plus particulièrement dans un contexte colonial. En 2016, il a reçu un VIVA Award, remis par la Jack and Doris Shaboldt Foundation for the Visual Arts (Vancouver), et il est l'un des cinq artistes finalistes du Prix Sobey pour les arts de 2017. Boisjoly est chargé de cours en pratiques de studio interdisciplinaires au département des arts visuels et des pratiques matérielles de l'Université d'art et de design Emily-Carr. Il est représenté par Catriona Jeffries Gallery.

Taisuke Koyama (né en 1978) est un artiste japonais qui explore les possibilités de création d'images à l'ère numérique. Ses photos et vidéos abstraites emploient des modes de production expérimentaux afin d'examiner la relation entre les processus et phénomènes organiques et les technologies qui permettent de les capter visuellement. Il a exposé largement en Europe et en Asie, notamment Generated Images à la Daiwa Foundation Japan House Gallery, à Londres (2016), et dans des festivals d'art internationaux tels que la Triennale d'Aichi (2016), la Triennale de Seotuchi (2013) et la Biennale de photo de Daegu (2012). En 2010, il a été retenu pour la liste annuelle « Foam Talent » de Foam Magazine. Il a publié plusieurs monographies, dont VESSEL - XYZXY (RRose Editions + taisuke koyama projects, 2017) et RAINBOW VARIATIONS (artbeat publishers + Kodoji Press, 2015).  Koyama vit et travaille actuellement à Amsterdam et est représenté par G/P Gallery (Tokyo), Metronom (Italie) et Sunday Gallery (Suisse).

Hank Willis Thomas (né en 1976) est un artiste multidisciplinaire, photographe et éducateur en arts afro-américain qui travaille principalement avec des thèmes liés à l'identité, l'histoire et la culture populaire. Il a exposé à travers les États-Unis et mondialement, notamment au International Center of Photography, au Public Art Fund et au Guggenheim Museum Bilbao, et ses œuvres font partie de nombreuses collections publiques, dont celle du Museum of Modern Art, à New York, et du Whitney Museum of American Art. Sa monographie, Pitch Blackness, a été publiée par Aperture en 2008. Thomas détient une maîtrise en photographie et critique visuelle du California College of Arts. Il est représenté par Jack Shainman Gallery, à New York, et par Goodman Gallery, en Afrique du Sud.

À PROPOS DU PRIX DE PHOTOGRAPHIE AIMIA | AGO
Depuis 10 ans, le Prix de photographie AIMIA | AGO reconnaît et développe les meilleurs talents canadiens et internationaux en photographie contemporaine et contribue à former la prochaine génération d'artistes. Le Prix comprend une exposition annuelle au Musée des beaux-arts de l'Ontario, une exposition en ligne au PrixDePhotographieAimiaAGO.com, une programmation publique et un programme de bourses national. Le Prix remet un montant de 50 000 $ au gagnant, 5 000 $ aux trois autres finalistes, 7 000 $ à chacun des gagnants des bourses scolaires, et 1 000 $ à leurs écoles respectives.

Les lauréates et lauréats précédents du Prix comprennent l'Allemande Ursula Schulz-Dornburg (2016), les Américains Dave Jordano (2015) et Lisa Oppenheim (2014), la Canadienne Erin Shirreff (2013), l'Anglaise Jo Longhurst (2012), l'Indienne Gauri Gill (2011), le Canadien Kristan Horton (2010), le Mexicain Marco Antonio Cruz (2009), et la Canadienne Sarah Anne Johnson (2008).

Pour des mises à jour sur le Prix, plus de détails sur les artistes finalistes et d'autres informations, veuillez visiter le PrixDePhotographieAimiaAGO.com et suivez @AimiaAGOPrize sur Twitter.

À PROPOS D'AIMIA

Aimia, une entreprise de marketing propulsé par les données et d'analytique de la fidélité, a adopté deux principes fondamentaux de loyauté, soit la confiance et la réciprocité, en tant que piliers de sa vocation sociale globale - afin de créer des partenariats mutuellement bénéfiques qui ont un impact durable sur nos communautés. En tant que mécène passionné des arts, Aimia soutient plusieurs initiatives artistiques et culturelles canadiennes à travers des dons, des commandites et des activités d'employés bénévoles. Aimia a soutenu plusieurs organisations culturelles canadiennes, dont le Musée des beaux-arts de l'Ontario, l'Institut de l'art canadien, Les affaires pour les arts, la Canadian Art Foundation, le Musée des beaux-arts du Canada, le Luminato Festival et la Walrus Foundation. Aimia est fier d'engager un dialogue sur les arts à travers le Prix de photographie Aimia l AGO et son programme de bourses, et à travers les installations artistiques de nos bureaux de Montréal et de Toronto. Visitez-nous sur notre site web www.aimia.com pour en savoir plus.

À PROPOS DE L'AGO
Avec sa collection de plus de 95 000 œuvres d'art, le Musée des beaux-arts de l'Ontario (AGO) figure parmi les musées d'art les plus réputés d'Amérique du Nord. L'AGO offre une expérience artistique exceptionnelle avec chaque visite, que ce soit grâce à la vaste collection d'œuvres canadiennes prestigieuses, dont celles du Groupe des Sept, à la galerie d'art africain, à l'art contemporain avant-gardiste ou au chef-d'œuvre de Pierre Paul Rubens, Le Massacre des Innocents. En 2002, le généreux don par Ken Thomson de 2 000 œuvres d'art remarquables provenant du Canada et de l'Europe a inspiré Transformation AGO, un projet d'agrandissement audacieux dessiné par l'architecte de renommée mondiale Frank Gehry. Ce projet a donné lieu en 2008 à l'une des réalisations architecturales nord-américaines les plus saluées par la critique. Parmi ses points d'intérêt, notons la Galleria Italia, une sublime réalisation de bois et de verre qui s'étend de la longueur d'un pâté de maisons, et l'escalier en spirale, souvent photographié, qui invite les visiteurs à explorer les lieux. L'AGO permet aux visiteurs de devenir membres d'un programme animé, et le Centre d'apprentissage de la famille Weston propose d'intéressants programmes artistiques et créatifs destinés aux enfants, aux familles, aux jeunes et aux adultes. Pour en savoir plus, visitez ago.ca.

Le Musée des beaux-arts de l'Ontario est financé en partie par le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport de l'Ontario. Un soutien additionnel aux opérations provient de la Ville de Toronto, du Conseil des arts du Canada et de la généreuse contribution des membres de l'AGO, de donateurs et de partenaires privés.

L'AGO reconnaît le soutien généreux d'Aimia, Partenaire Signature du Programme de la collection de photographie et Partenaire Fondateur du Prix de photographie Aimia | AGO.

 

SOURCE AIMIA

Renseignements : Pour les demandes de renseignements des médias, les images et les entrevues, veuillez contacter : Blair Mlotek, Arts & Communications, blair@acteam.ca; Dianna Lai Read, Aimia, Dianna.Lai@aimia.com; Samantha Chater, Musée des beaux-arts de l'Ontario, Samantha_Chater@ago.net

LIENS CONNEXES
www.aimia.com

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.