Le Prasugrel démontre un effet antiplaquettaire supérieur à celui d'une dose
élevée de clopidogrel chez les patients atteints de diabète de type 2 et de
coronaropathie

TORONTO, le 3 déc. /CNW/ - Les résultats d'une nouvelle étude ont démontré que les patients atteints de diabète de type 2 et de coronaropathie ont eu une activité antiplaquettaire supérieure avec le prasugrel, l'antiagrégant plaquettaire faisant l'objet de l'étude, qu'avec Plavix(MD) (clopidogrel). Les patients qui ont reçu une dose de charge de 60 mg et une dose d'entretien de 10 mg de prasugrel ont eu une inhibition plaquettaire significativement supérieure à ceux qui ont reçu une dose de charge de 600 mg et une dose d'entretien de 150 mg de Plavix.(1) Ces données ont été présentées aux Scientific Sessions 2009 de l'American Heart Association, à Orlando, en Floride.

L'étude OPTIMUS-3 (Third Optimising anti-Platelet Therapy In Diabetes MellitUS) a évalué 35 patients atteints de diabète de type 2 et de coronaropathie qui prenaient de l'aspirine et a démontré qu'en quatre heures, le niveau d'inhibition plaquettaire mesuré avec le test VerifyNow(R) P2Y12 était supérieur avec une dose de charge de 60 mg de prasugrel qu'avec une dose de charge de 600 mg de clopidogrel (89,3 pour cent par rapport à 27,7 pour cent d'inhibition de l'activation plaquettaire respectivement; P moins que 0,0001).(1) De plus, une heure après la dose de charge, les patients qui avaient reçu le prasugrel avaient une inhibition de l'activation plaquettaire de 50 pour cent par rapport à 13 pour cent chez ceux qui avaient reçu le clopidogrel (P moins que 0,0001).(1) Le niveau d'inhibition plaquettaire obtenu pour chacun des médicaments après quatre heures est pratiquement resté le même au cours des 24 heures suivantes.(1) L'utilisation d'une dose de charge de 600 mg de clopidogrel n'est pas actuellement autorisée par Santé Canada.

"Les personnes atteintes de diabète sont plus susceptibles que les autres de contracter une coronaropathie et ont une réactivité plaquettaire supérieure à celle des personnes qui ne sont pas atteintes de diabète. Par conséquent, chez ces patients, le traitement antiplaquettaire ne fonctionnera pas toujours aussi bien, affirme le docteur Shaun Goodman, coprésident du Canadian Heart Research Centre. Les résultats de cette étude nous encouragent car il nous faut un traitement antiplaquettaire qui offre aux patients atteints de diabète une inhibition plaquettaire supérieure à celle des traitements utilisés actuellement."

L'étude OPTIMUS-3 a également examiné les doses d'entretien de prasugrel et de clopidogrel. Après sept jours, les résultats ont démontré qu'une dose d'entretien de 10 mg de prasugrel permettait d'obtenir une inhibition plaquettaire supérieure à une dose d'entretien de 150 mg de clopidogrel (62 pour cent par rapport à 44 pour cent, respectivement; P moins que 0,0001).(1)

Le docteur Goodman fait remarquer que "ces résultats appuient nos conclusions déjà publiées selon lesquelles le prasugrel est supérieur au clopidogrel en ce qu'il a réduit les risques d'une récidive de crise cardiaque chez plus de 3 000 patients atteints de diabète participant à l'étude TRITON-TIMI 38 (Trial to Assess Improvement in Therapeutic Outcomes by Optimizing Platelet Inhibition With Prasugrel-Thrombolysis in Myocardial 38)."

À propos de l'étude OPTIMUS-3

L'étude OPTIMUS-3 (Third Optimising anti-Platelet Therapy In Diabetes MellitUS) a évalué les effets pharmacodynamiques du prasugrel par comparaison à ceux du clopidogrel chez 35 patients atteints de diabète de type 2 et de coronaropathie qui prenaient de l'aspirine. L'étude croisée à double insu a comparé les doses de charge et d'entretien du prasugrel (60 mg et 10 mg, respectivement) à une dose de charge de 600 mg et une dose d'entretien de 150 mg de clopidogrel pendant une semaine, suivie d'une période d'épuration de 14 jours après laquelle les patients ont changé de volet pour recevoir l'autre médicament étudié.

Les mesures d'inhibition plaquettaire ont été effectuées à divers moments, y compris au niveau de référence, à une heure, quatre heures et 24 heures après la dose de charge, ainsi que de six à huit jours après la dose d'entretien pendant chacune des périodes de l'étude. L'inhibition de l'agrégation plaquettaire a été mesurée par l'entremise de trois méthodes différentes : le test VerifyNow(R) P2Y12, l'agrégométrie optique et la phosphorylation de la phosphoprotéine stimulée par un vasodilatateur (VASP). Notons qu'il a été démontré récemment que les deux premières méthodes parviennent à cerner les patients subissant une intervention coronaire percutanée qui sont exposés à des risques supérieurs d'événement clinique indésirable au cours d'une année.(2)

À propos du diabète et de la coronaropathie

La coronaropathie consiste en un rétrécissement ou un durcissement chronique des artères coronaires lié au syndrome coronarien aigu (SCA). Au fil du temps, on peut constater une accumulation de plaque dans les artères des patients atteints de coronaropathie. Si la plaque se rompt et un caillot se forme dans l'artère, il peut bloquer l'alimentation en sang du coeur : c'est ce qu'on appelle le syndrome coronarien aigu.(3) Les répercussions du SCA sont plus graves encore chez les gens atteints de diabète.(4)

La coronaropathie est un problème de santé très grave et l'une des causes de décès les plus importantes des personnes atteintes de diabète. Selon l'Association canadienne du diabète, le diabète peut doubler, voire tripler la prévalence de coronaropathie.(4) Plus de 75 pour cent des personnes atteintes de diabète mourront d'un accident coronaire ou cérébrovasculaire.(4)

À propos du prasugrel

Le prasugrel permet d'éviter l'accumulation des plaquettes et ainsi l'occlusion des artères. L'utilisation de prasugrel est actuellement autorisée aux États-Unis et dans l'Union européenne pour traiter les syndromes coronariens aigus gérés par intervention coronaire percutanée. Le prasugrel est actuellement en cours d'étude par Santé Canada.

À propos de Lilly

Lilly, une importante société pharmaceutique axée sur l'innovation, conçoit un nombre accru de produits pharmaceutiques qui viennent s'ajouter à son portfolio et deviennent les meilleurs et les premiers de leur classe en appliquant les résultats des dernières recherches menées dans ses laboratoires internationaux et en collaborant avec des organismes scientifiques prestigieux. La société, dont le siège social se trouve à Indianapolis, en Indiana, offre une réponse aux besoins médicaux les plus urgents du monde, que ce soit grâce à la médecine ou en fournissant des renseignements. Eli Lilly Canada, dont le siège social se trouve à Toronto, en Ontario, emploie plus de 500 personnes au pays. Pour en savoir plus sur Eli Lilly Canada, veuillez consulter le www.lilly.ca.

    
    Références

    1. Angiolillo, D. Comparison of the Effects of Prasugrel with
       Clopidogrel on Platelet Function in Coronary Artery Disease Patients
       with Type 2 Diabetes Mellitus - Third Optimizing anti-Platelet
       Therapy In diabetes MellitUS (OPTIMUS-3). Présentation aux Scientific
       Sessions 2009 de l'American Heart Association, à Orlando, en Floride.
       Présentée le 15 novembre 2009.
    2. Breet, NJ. First Prospective Comparison Between Platelet Function
       Tests in Prediction of Clinical Outcomes in 1100 Patients Undergoing
       Coronary Stent Placement: Do Point-of-Care Platelet Function Assays
       Predict Clinical Outcomes in Clopidogrel Pretreated Patients
       Undergoing Elective PCI (POPular Study). Résumé dans 2009 Late-
       Breaking Clinical Trial/Science Abstracts des Scientific Sessions
       2009 de l'AHA, circulation 2009;120:2152-61.
    3. Cleveland Clinic. Understanding Coronary Artery Disease. Adresse :
      http://my.clevelandclinic.org/heart/disorders/cad/understandingcad.aspx
       Page consultée le 29 octobre 2009.
    4. Association canadienne du diabète. Cardiovascular disease and
       diabetes: Key elements from the CDA 2008 Clinical Practice
       Guidelines. URL :
       http://www.diabetes.ca/documents/about-diabetes/Synopsis_Final.pdf
       Page consultée le 12 novembre 2009.
    

SOURCE Eli Lilly and Company

Renseignements : Renseignements: Jennifer Gordon, Eli Lilly Canada Inc., (416) 693-3571; Laura Grice, MS&L, Tél.: (416) 847-1319

Profil de l'entreprise

Eli Lilly and Company

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.