Le ministre Kenney presse les employeurs de se tourner vers les Canadiens, y compris les nouveaux arrivants, pour combler les pénuries de main-d'œuvre qualifiée

VANCOUVER, le 13 nov. 2013 /CNW/ - Dans le discours liminaire qu'il a prononcé aujourd'hui au BC Business Summit, le ministre de l'Emploi et du Développement social et ministre du Multiculturalisme, l'honorable Jason Kenney, a mis au défi les employeurs de chercher des Canadiens et des nouveaux arrivants pour combler leurs pénuries de main-d'œuvre qualifiée. Les néo-Canadiens et les néo-Canadiennes représentent une précieuse source de travailleurs qualifiés que les employeurs du Canada peuvent recruter.

« Les grandes priorités de notre gouvernement sont la création d'emplois et la croissance économique. Nous sommes déterminés à régler le déséquilibre des compétences au Canada, car trop de Canadiens sont sans emploi alors que trop d'emplois sont vacants, a déclaré le ministre Kenney. Les Canadiens, y compris les nouveaux arrivants, doivent toujours avoir la priorité pour les emplois disponibles. Notre gouvernement collabore avec les provinces et les territoires pour améliorer la reconnaissance des titres de compétences étrangers pour que les néo-Canadiens puissent mettre plus tôt leurs compétences au service de l'économie. »

En 2007, notre gouvernement du Canada a mis sur pied le Bureau d'orientation relatif aux titres de compétences étrangers afin d'offrir aux travailleurs formés à l'étranger de l'information et des services pour l'évaluation des titres de compétences et de les aider ainsi à trouver rapidement un emploi dans leur domaine. Depuis 2009, les personnes formées à l'étranger dans 14 professions peuvent faire évaluer leurs diplômes en moins d'un an n'importe où Canada, afin qu'ils puissent mettre plus rapidement leurs connaissances et leurs compétences au service de l'économie.

Notre gouvernement a aussi mis en œuvre le projet pilote de prêts pour la reconnaissance des titres de compétences étrangers afin d'aider les travailleurs formés à l'étranger à compenser les coûts du processus de reconnaissance de leurs diplômes. Jusqu'ici, des accords ont été signés avec neuf organismes dans l'ensemble du Canada pour l'octroi de ces prêts. Le gouvernement fédéral continue de faire équipe avec les provinces et les territoires afin d'améliorer le processus de reconnaissance des titres de compétences étrangers.

De plus, le Plan d'action économique de 2013 propose de nouvelles mesures pour jumeler les Canadiens et les emplois disponibles en les amenant à acquérir les compétences et à recevoir la formation dont ils ont besoin. Ces mesures comprennent la Subvention canadienne pour l'emploi, des possibilités d'emploi pour les apprentis et du soutien aux groupes sous-représentés.

Pour obtenir plus de renseignements au sujet de la reconnaissance des titres de compétences étrangers, consultez le www.rhdcc.gc.ca/fra/emplois/reconnaissance_titres.

Pour en savoir plus sur le Plan d'action économique du Canada, consultez le site plandaction.gc.ca.


Document d'information


Le Programme de reconnaissance des titres de compétences étrangers et les services connexes du gouvernement du Canada

Le Programme de reconnaissance des titres de compétences étrangers améliore l'intégration à la population active des travailleurs formés à l'étranger. Le Programme offre du financement et travaille avec les provinces et les territoires ainsi qu'avec d'autres intervenants, notamment des organismes de réglementation, des établissements d'enseignement postsecondaire, des conseils sectoriels et des employeurs, pour mettre en œuvre des projets qui facilitent l'évaluation et la reconnaissance des diplômes professionnels acquis dans d'autres pays.

Créé en mai 2007, le Bureau d'orientation relatif aux titres de compétences étrangers offre des services d'information et d'aiguillage, tant au Canada qu'à l'étranger, pour aider les travailleurs formés à l'étranger à faire évaluer rapidement leurs titres de compétences. Visitez le site www.cic.gc.ca pour en savoir plus sur les services offerts en ligne.

Par ailleurs, en 2005, le gouvernement du Canada a lancé l'Initiative relative aux professionnels de la santé formés à l'étranger. Les responsables de cette initiative travaillent avec les provinces, les territoires et des intervenants en vue de donner à un plus grand nombre de professionnels de la santé formés à l'étranger les moyens de mettre leurs compétences au service du système de santé canadien.

En février 2012, le gouvernement a mis en œuvre le projet pilote de prêts pour la reconnaissance des titres de compétences étrangers. Mené en collaboration avec des organismes communautaires, ce projet pilote aide les professionnels formés à l'étranger à assumer les coûts de la reconnaissance de leurs diplômes afin qu'ils puissent trouver l'emploi qui correspond le mieux à leurs compétences et à leur expérience.

Subvention canadienne pour l'emploi

La Subvention canadienne pour l'emploi fournira 15 000 $ ou plus par personne, ce qui comprend une contribution fédérale maximale de 5 000 $ et des contributions équivalentes des provinces et territoires et des employeurs. Elle permettra de répondre aux besoins des entreprises de toutes les tailles dans tous les secteurs et régions. Les entreprises ayant un plan pour former des Canadiens afin qu'ils puissent continuer d'occuper leur poste ou obtenir un meilleur emploi pourront faire une demande de Subvention canadienne pour l'emploi lorsqu'elle sera offerte en 2014.

À sa mise en œuvre intégrale, la Subvention devrait permettre chaque année à près de 130 000 Canadiens de recevoir la formation dont ils ont besoin pour occuper les emplois disponibles.

La Subvention canadienne pour l'emploi bénéficie d'un solide appui des employeurs et d'autres intervenants, notamment :

  • le Département des métiers de la construction, FAT-COI;
  • la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante;
  • Manufacturiers et Exportateurs du Canada;
  • l'Association des collèges communautaires du Canada;
  • l'Association canadienne de la construction;
  • l'Association canadienne de la technologie de l'information;
  • le Bureau canadien de soudage;
  • Ingénieurs Canada.

Possibilités pour les apprentis

Afin de réduire davantage les obstacles à la reconnaissance professionnelle dans les métiers spécialisés au Canada et d'accroître les possibilités pour les apprentis, le gouvernement collaborera avec les provinces et les territoires pour harmoniser les exigences applicables aux apprentis et examiner l'utilisation d'examens pratiques comme méthode d'évaluation dans certains métiers spécialisés. Ce soutien aidera un plus grand nombre d'apprentis à terminer leur formation et favorisera leur mobilité partout au pays.

En outre, le gouvernement instaurera des mesures propices au recours à des apprentis dans le cadre de contrats fédéraux de construction et d'entretien. Il veillera également à ce que les fonds transférés aux provinces et aux territoires dans le cadre du Programme d'investissement dans le logement abordable favorisent le recours à des apprentis.

Subventions aux apprentis

La Subvention incitative aux apprentis est une subvention imposable de 1 000 $ en espèces versée aux apprentis qui terminent le premier ou le deuxième niveau de leur programme d'apprentissage dans un métier désigné Sceau rouge. Le montant maximal que peut recevoir un apprenti est de 2 000 $. La Subvention incitative aux apprentis a été annoncée dans le budget de 2006.

La Subvention à l'achèvement de la formation d'apprenti est une subvention imposable de 2 000 $ en espèces offerte aux personnes admissibles qui ont achevé leur formation d'apprenti et qui ont reçu leur certificat de compagnon dans un métier désigné Sceau rouge. La Subvention à l'achèvement de la formation d'apprenti a été annoncée dans le Plan d'action économique du Canada de 2009.

Grâce à ces subventions, les apprentis qui terminent leur formation dans un métier désigné Sceau rouge et obtiennent un certificat de compagnon peuvent recevoir jusqu'à 4 000 $. Jusqu'ici, le gouvernement a versé plus d'un demi-milliard de dollars en subventions aux apprentis canadiens.

Programme des travailleurs étrangers temporaires

Le 29 avril, afin de renforcer et d'améliorer le Programme des travailleurs étrangers temporaires, le gouvernement a annoncé les changements prévus au Programme sur les plans législatif, réglementaire et administratif.

Jusqu'ici, le gouvernement du Canada a mis en œuvre les changements suivants découlant de cette annonce :

  • obliger les employeurs à payer les travailleurs étrangers temporaires au salaire en vigueur en supprimant la souplesse antérieure en matière de salaires;
  • suspendre temporairement le processus des avis relatifs au marché du travail accélérés;
  • imposer des frais aux employeurs pour le traitement des avis relatifs au marché du travail de façon que les contribuables ne subventionnent plus ces coûts;
  • limiter au français et à l'anglais les langues dont la maîtrise peut être une condition d'emploi;
  • intensifier les efforts de recrutement que les employeurs doivent déployer pour embaucher des Canadiens avant d'avoir le droit de recourir à des travailleurs étrangers temporaires, ce qui comprend augmenter la durée et la portée de la publicité;
  • ajouter des questions aux demandes d'avis relatif au marché du travail afin de s'assurer que le Programme des travailleurs étrangers temporaires ne sert pas à faciliter l'impartition des emplois canadiens.

Les changements prévus suivants sont toujours en voie d'élaboration dans le cadre de la réforme en cours du Programme des travailleurs étrangers temporaires et ils seront mis en œuvre au cours des prochains mois :

  • augmenter les pouvoirs du gouvernement pour ce qui est de révoquer les autorisations de travail et de suspendre, de révoquer et de refuser les avis relatifs au marché du travail si les employeurs font un mauvais usage du Programme;
  • s'assurer que les employeurs qui comptent sur des travailleurs étrangers temporaires mettent en place un plan ferme de transition progressive à une main-d'œuvre canadienne.

Plan d'action économique de 2013

Dans le Plan d'action économique de 2013, le gouvernement propose de nouvelles mesures qui permettront aux Canadiennes et aux Canadiens d'acquérir les compétences et de recevoir la formation dont ils ont besoin pour combler les pénuries de main-d'œuvre qualifiée et pour réussir sur le marché du travail canadien. Par exemple, il met en place la Subvention canadienne pour l'emploi, qui vise à investir dans la formation professionnelle des Canadiennes et des Canadiens sans emploi ou sous-employés afin qu'ils acquièrent les compétences requises pour occuper les emplois bien rémunérés et de grande qualité qui sont disponibles. Le Plan d'action économique de 2013 prévoit également la création d'occasions d'emploi pour les apprentis et la prestation d'un soutien aux groupes sous-représentés, notamment les personnes handicapées, les Autochtones, les nouveaux arrivants et les jeunes.

Pour en savoir plus sur le Plan d'action économique du Canada, consultez le site plandaction.gc.ca.

SOURCE : Emploi et Développement social Canada

Renseignements :

Alexandra Fortier
Cabinet du ministre
819-994-2482

Bureau des relations avec les médias
Emploi et Développement social Canada
819-994-5559
media@hrsdc-rhdcc.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter

S'IL Y A DIVERGENCE ENTRE UNE VERSION IMPRIMÉE ET LA VERSION ÉLECTRONIQUE DE CE COMMUNIQUÉ, LA VERSION ÉLECTRONIQUE PRÉVAUT.

Ce communiqué est affiché en ligne sur le site plandaction.gc.ca.


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.