Le marché résidentiel canadien baisse légèrement en juin

OTTAWA, le 16 juill. 2012 /CNW/ - Selon les statistiques publiées aujourd'hui par l'Association canadienne de l'immeuble (ACI), le marché résidentiel de la revente à l'échelle nationale a accusé un léger recul d'un mois à l'autre en juin 2012. Les hausses des prix des maisons sont demeurées vigoureuses à Toronto, tandis que le marché a poursuivi sa pente descendante dans la région du Grand Vancouver et il s'est accéléré à Calgary.

Faits saillants

  • Les ventes résidentielles ont accusé un recul de 1,3 % de mai à juin.
  • Les ventes réelles (non corrigées des variations saisonnières) étaient de 4,4 % inférieures aux ventes enregistrées en juin 2011, soit la première baisse d'une année à l'autre depuis avril 2011.
  • Le nombre de maisons nouvellement inscrites a augmenté de 1,4 % de mai à juin.
  • Les ventes à la baisse et une augmentation des nouveaux mandats ont produit un marché de l'habitation mieux équilibré à l'échelle nationale.
  • En juin, le prix moyen des maisons a reculé de 0,8 % au pays d'une année à l'autre.
  • Le prix des propriétés de référence global composé a haussé de 5,12 % en juin, d'une année à l'autre.

Les ventes résidentielles réalisées par l'entremise des systèmes MLS® au pays ont baissé de 1,3 % d'un mois à l'autre en juin 2012. Cela fait suite au recul de 3,4 % enregistré en mai. Le volume de ventes a baissé à l'échelle nationale par rapport au mois précédent dans un peu plus de la moitié des marchés locaux, les marchés du Grand Toronto et de Vancouver ayant contribué le plus à ce léger recul.

« Même si le marché résidentiel canadien était en perte de vitesse en juin, il est quand même demeuré vigoureux », fait savoir Wayne Moen, le président de l'ACI. « Cela étant dit, le rythme des ventes et le prix moyen ont renversé la tendance nationale à la baisse dans plusieurs marchés, ce qui vient souligner le fait que les transactions immobilières s'effectuent à l'échelle locale. Les acheteurs et propriétaires-vendeurs auraient intérêt à consulter un agent ou courtier immobilier de leur localité afin de mieux comprendre l'évolution du marché où ils résident. »

Les ventes réelles (non corrigées des variations saisonnières) ont baissé de 4,4 % en juin 2012, comparativement au même mois l'année dernière. C'est la première fois depuis avril 2011 que le marché recense une baisse d'une année à l'autre à l'échelle nationale.

Soutenu par une forte activité en mars et avril, le marché a répertorié 257 193 résidences qui ont changé de main par l'entremise des systèmes MLS® canadiens au cours du premier semestre de 2012. Cela représente une hausse de 4,7 % par rapport aux résultats répertoriés durant la même période en 2011 et le volume de ventes le plus important pour les six premiers mois de l'année depuis 2007.

« Les acheteurs ne se sont pas empressés pour s'acheter une résidence avant l'entrée en vigueur des modifications apportées aux règlements sur les hypothèques qui ont été annoncées récemment », fait remarquer Gregory Klump, l'économiste en chef de l'ACI. « Cette réaction est très différente de celle qu'on avait pu constater par suite des modifications annoncées précédemment. Il faudra un certain temps avant que les effets cumulatifs de toutes les modifications apportées aux règlements canadiens se fassent sentir sur le marché de l'immobilier. »

Le nombre de nouveaux mandats était en hausse de 1,4 % en juin par rapport à mai. Cette légère hausse a été alimentée par une deuxième augmentation consécutive des nouveaux mandats enregistrés à Toronto. Parmi les 100 marchés répartis à la grandeur du pays, environ 42 marchés locaux ont rapporté une hausse mensuelle de nouveaux mandats d'au moins un pour cent.

En juin, la baisse des ventes, alliée à la légère montée des nouveaux mandats, a produit un marché de l'habitation mieux équilibré à l'échelle nationale. Le ratio des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions, qui sert à mesurer l'équilibre du marché, se situait à 51,7 % à l'échelle nationale en juin 2012, par rapport au pourcentage enregistré en mai (53,1 %). Selon le ratio des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions qui se situe entre 40 % et 60 %, près de deux tiers des marchés locaux étaient équilibrés en juin, à mesure que le nombre de marchés vendeurs ont pris du recul.

À l'échelle nationale, le nombre de mois d'inventaire se situait à six mois à la fin de juin, soit une légère augmentation par rapport à l'inventaire de 5,9 mois recensé à la fin de mai. Le nombre de mois d'inventaire représente le nombre de mois qu'il faudrait compter pour vendre l'inventaire actuel au taux de ventes actuel. Il s'agit d'une mesure supplémentaire pour évaluer l'écart entre l'offre et la demande sur le marché de l'habitation.

Au pays, le prix moyen réel (non corrigé des variations saisonnières) des maisons vendues en juin 2012 se situait à 369 339 $, ce qui représente une baisse de 0,8 % comparativement au même mois l'année dernière. Bien que le prix moyen ait augmenté en juin d'une année à l'autre dans environ sept de chaque 10 marchés locaux, le prix moyen à l'échelle nationale a continué à reculer en raison des facteurs qui composaient les marchés - notamment les ventes en baisse à Vancouver au cours des derniers mois, comparativement aux résultats plus vigoureux obtenus l'année précédente. Pour démontrer l'incidence des changements dans la composition sur le calcul du prix moyen, si l'on exclut Vancouver du calcul du prix moyen national, on obtient une hausse de 3,2 % d'une année à l'autre.

L'Indice des prix des propriétés MLS® (l'IPP MLS®) est une mesure plus juste des tendances des prix des maisons canadiennes, étant donné qu'il ne se voit pas faussé à la hausse ou à la baisse par la composition des ventes. Il suit les tendances des prix des maisons des cinq marchés de l'habitation les plus actifs du Canada, soit Grand Vancouver, vallée du Fraser, Calgary, Grand Toronto et Montréal. Ces derniers comptent pour environ la moitié de toutes les ventes résidentielles effectuées par l'entremise des systèmes MLS® canadiens.

Les indices composés et globaux de l'IPP MLS® ont augmenté de 5,1 % de mai à juin 2012. Cela représente une légère baisse par rapport à la hausse de 5,2 % rapportée en mai.

La hausse d'une année à l'autre était plus importante dans le Grand Toronto (7,9 %), suivi de Calgary (5,6 %), du Grand Montréal (2,7 %), de la vallée du Fraser (2,6 %) et du Grand Vancouver (1,7 %).

Parmi les types de logement de référence dont l'indice tient compte, les maisons unifamiliales à deux étages ont continué d'enregistrer la croissance la plus élevée d'une année à l'autre en juin (6,6 %). Les hausses de prix des maisons unifamiliales à un étage (6,0 %) ont également surpassé la hausse de l'indice en général, tandis que les maisons en rangée et les appartements ont connu des hausses un peu plus modestes (3,1 % et 2,7 % respectivement).

Les prix d'une année à l'autre se sont modérés pour toutes les catégories de référence, sauf celle des maisons unifamiliales à un étage. Poussés par les hausses enregistrées par le Grand Toronto et Calgary, au mois de juin les prix dans cette catégorie ont progressé au rythme le plus rapide depuis près de deux ans.

VOUS ÊTES PRIÉS DE NOTER que les renseignements que renferme le présent communiqué de presse comprennent à la fois les données sur les principaux marchés et sur les ventes MLS® réalisées à l'échelle nationale le mois précédent.

L'ACI tient à signaler que le prix moyen s'avère pratique pour déterminer les tendances au cours d'une période de temps, mais qu'il ne révèle pas les prix réels dans les centres regroupant des quartiers très différents, ni ne tient-il compte des différences de prix d'une région géographique à l'autre.

Le système MLS® est un système de commercialisation coopératif exploité seulement par les chambres immobilières canadiennes aux fins d'assurer la diffusion maximum des propriétés à vendre.

L'Association canadienne de l'immeuble (ACI), l'une des plus importantes associations commerciales canadiennes à vocation unique, se fait le porte-parole de plus de 104 000 courtiers et agents immobiliers répartis parmi plus de 100 chambres et associations immobilières.

Plus de renseignements sont affichés au http://crea.ca/fr/statistics.

SOURCE L'Association canadienne de l'immeuble

Renseignements :

Pierre Leduc, Relations auprès des médias
L'Association canadienne de l'immeuble
No de tél. : 613-237-7111 ou 613-884-1460
Courriel : pleduc@crea.ca

Profil de l'entreprise

L'Association canadienne de l'immeuble

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.