Le lent rééquilibrage des pays industrialisés se poursuit, selon les économistes de Desjardins

Plusieurs banques centrales sortent l'artillerie lourde

LÉVIS, QC, le 20 sept. 2012 /CNW Telbec/ - Selon les Études économiques du Mouvement Desjardins, les enjeux économiques et financiers mondiaux demeurent importants et le chemin pour parvenir à une plus grande stabilité est encore parsemé d'obstacles. La Chine suscite des inquiétudes, les États-Unis craignent les hausses d'impôts, la zone euro est en récession et les moteurs de la croissance au Canada s'affaiblissent. « Sur l'horizon 2013, les marchés financiers seront encore sur les dents, et l'activité économique, très modérée », a déclaré le vice-président et économiste en chef de Desjardins, M. François Dupuis.

Canada : les moteurs à la croissance s'éclipsent un à un
Au Canada, les appuis à la croissance deviennent de moins en moins nombreux. La consommation de biens est ralentie par le rééquilibrage du bilan des ménages, et les exportations souffrent de la léthargie de nos partenaires commerciaux. Les dépenses gouvernementales diminuent en lien avec les restrictions budgétaires des gouvernements fédéral et provinciaux. La construction résidentielle demeure encore suffisamment forte pour contribuer à la croissance, mais le resserrement des conditions de crédit mis en place par le ministère des Finances du Canada, au début de juillet, devrait renverser cette tendance au cours des prochains mois. « Un ralentissement serait souhaitable dans ce secteur d'activité pour éviter que le marché immobilier résidentiel en vienne à subir un choc important, surtout dans le segment des copropriétés », souligne pour sa part le directeur principal et économiste en chef adjoint de Desjardins, M. Yves St-Maurice.

Les dépenses en services des ménages, la construction résidentielle et les investissements des entreprises sont les principaux responsables de la hausse prévue de 2,0 % du PIB réel au Canada en 2012. Même si la plupart des autres composantes prendront légèrement du mieux l'an prochain, la croissance sera limitée à 2,2 %. Les provinces de l'Ouest mèneront le bal, l'Alberta en tête de liste. Malgré les importantes réductions des dépenses gouvernementales, la production manufacturière tirera l'économie de l'Ontario vers le haut. Cette province connaîtra une croissance de 2,1 % en 2012 et de 2,0 % en 2013.

L'évolution de l'économie du Québec déçoit. La stagnation des dépenses de consommation, depuis le début de l'année, a certainement été influencée par la hausse de la taxe de vente du Québec en janvier dernier. D'autres prélèvements fiscaux ont également affecté le revenu personnel disponible. Lorsque les dépenses des ménages tournent au ralenti, l'impact est majeur sur l'économie. Ainsi, selon les économistes de Desjardins, la croissance anticipée pour l'économie du Québec ne dépassera pas 1 % pour 2012. Elle se relèvera à 1,8 % en 2013, un niveau plus près de la moyenne canadienne.

Tous les espoirs sont maintenant permis pour la zone euro
L'événement marquant de l'été aura été la promesse du président de la Banque centrale européenne (BCE) de prendre toutes les actions nécessaires pour préserver l'euro. C'est dans ce cadre que la BCE peut maintenant acheter sans limites des obligations des pays ayant demandé une aide au fonds de sauvetage. Il reste cependant encore beaucoup à faire dans cette région pour stabiliser la situation.

L'économie de la Chine inquiète de plus en plus et d'autres mesures de stimulation sont au menu. Aux États-Unis, le moral des ménages sera influencé par l'issue des élections, par les diminutions des dépenses publiques ou par les hausses d'impôts susceptibles de survenir en début de 2013. « Compte tenu de ces difficultés, la prévision de croissance mondiale a été abaissée de 3,1 % à 3,0 % pour 2012 et de 3,7 % à 3,4 % pour 2013 », a ajouté M. Dupuis.

Les hausses de taux sont encore une fois repoussées
Toujours selon les économistes de Desjardins, les banques centrales hésiteront à augmenter leurs taux directeurs pour encore plusieurs trimestres alors que la plupart d'entre elles cherchent à stimuler la croissance avec des mesures de plus en plus audacieuses. Aux États-Unis, la Réserve fédérale devrait attendre à la mi-2015 avant de passer à l'action, ce qui reporte au début de 2014 la série de deux hausses de taux qui serait décrétée par la Banque du Canada. Sur les marchés obligataires américains et canadiens, les pressions à la baisse sur les taux persisteront.

La Bourse américaine atteindra un rendement d'environ 13 % en 2012, résultat nettement supérieur aux 3 % attendus pour la Bourse canadienne, touchée par un engouement moins fort pour les matières premières. Après cette divergence dans les rendements en 2012, ces deux indices boursiers devraient grimper de 7 % l'an prochain. « Plusieurs facteurs soutiendront le dollar canadien, de sorte qu'il se maintiendra au-dessus de la parité jusqu'à la fin de l'an prochain », ont conclu les économistes de Desjardins.

Pour plus de renseignements, consultez la plus récente étude à l'adresse suivante : www.desjardins.com/fr/a_propos/etudes_economiques/previsions/financieres_trimestrielles/.

À propos du Mouvement Desjardins

Avec un actif de 194 milliards de dollars, le Mouvement Desjardins www.desjardins.com est le premier groupe financier coopératif du Canada. S'appuyant sur la force de son réseau de caisses au Québec et en Ontario, ainsi que sur l'apport de ses filiales dont plusieurs sont actives à l'échelle canadienne, il offre toute la gamme des produits et services financiers à ses 5,6 millions de membres et clients. Le Mouvement Desjardins, c'est aussi le regroupement d'expertises en Gestion du patrimoine et Assurance de personnes, en Assurance de dommages, en Services aux particuliers ainsi qu'en Services aux entreprises.  Reconnu en 2012 comme la meilleure entreprise citoyenne au Canada et classé parmi les 100 meilleurs employeurs au Canada en 2012MC, il mise sur la compétence de ses 44 645 employés et l'engagement de près de 5 400 dirigeants élus. Desjardins offre un programme en éducation et coopération à l'intention de ses membres et du grand public. Pour en savoir plus, visitez le site www.desjardins.com/coopmoi.

SOURCE : LE MOUVEMENT DES CAISSES DESJARDINS

Renseignements :

Renseignements (à l'intention des journalistes uniquement) :
Francine BlackBurn
Relations de presse
514 281-7000 ou 1 866 866-7000, poste 7544

François Dupuis
Vice-président et économiste en chef
514 281-7322 ou 1 866 866-7000, poste 7322
      
Yves St-Maurice
Directeur principal et économiste en chef
adjoint
514 281-7009 ou 1 866 866-7000, poste 7009


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.