Le gouvernement du Canada lance des consultations sur les cibles de phosphore qui visent à protéger le lac Érié

Les consultations s'ajoutent aux mesures prises précédemment par le gouvernement pour protéger la qualité de l'eau et les écosystèmes des Grands Lacs

OTTAWA, le 9 juill. 2015 /CNW/ - L'honorable Leona Aglukkaq, ministre de l'Environnement, ministre de l'Agence canadienne de développement économique du Nord et ministre du Conseil de l'Arctique, a annoncé aujourd'hui le lancement par le Canada de consultations publiques sur les cibles de réduction du phosphore recommandées pour le lac Érié.

L'établissement de cibles de réduction du phosphore est un des principaux engagements pris au titre de l'Accord relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs de 2012 entre le Canada et les États-Unis. Les cibles proposées pour le lac Érié découlent des recherches scientifiques effectuées dans le cadre de l'Initiative sur les éléments nutritifs des Grands Lacs, à laquelle le gouvernement Harper a consacré 16 millions de dollars, et des travaux d'un sous-comité binational composé de représentants d'organismes fédéraux et de nombreux autres partenaires. Le gouvernement du Canada souhaite maintenant obtenir l'avis du public pour orienter l'établissement des cibles définitives et des plans de réduction du phosphore. Les membres du public peuvent faire part de leurs commentaires au sujet de ces cibles d'ici le 31 août 2015.

Le phosphore est associé à la prolifération d'algues dans le lac Érié qui s'est accrue au cours de la dernière décennie. Ces algues peuvent entraîner une hausse des coûts liés à la qualité de l'eau et à son traitement, nuire aux activités de pêche commerciale et récréative ainsi que d'autres activités récréatives, et dégrader les populations de poissons et d'espèces sauvages ainsi que leur habitat. Cette dernière mesure annoncée par le gouvernement du Canada s'ajoute aux investissements qu'il a faits et aux actions qu'il a entreprises par le passé pour protéger les Grands Lacs afin que les Canadiens puissent continuer d'en profiter.

Faits en bref

  • Le lac Érié connaît une croissance d'algues plus grande que le reste des Grands Lacs, ce qui explique pourquoi le Canada et les États-Unis ont choisi de mettre l'accent d'abord sur l'établissement des cibles de réduction du phosphore axées sur celui-ci. Les travaux liés au lac Érié serviront à déterminer les mesures à prendre pour les autres Grands Lacs.
  • La réduction des concentrations de phosphore sera favorable à l'écosystème des Grands Lacs, qui abrite plus de 100 espèces de poissons et des milliers d'espèces végétales et animales.
  • Depuis 2006, le gouvernement du Canada a investi plus de 219 millions de dollars dans les mesures axées sur la qualité de l'eau dans les Grands Lacs.
  • Depuis 2006, plus de 20 millions de dollars du Fonds de durabilité des Grands Lacs ont été investis dans 367 projets qui visent à protéger et à rétablir la qualité de l'eau dans les secteurs préoccupants des Grands Lacs.
  • Trois secteurs préoccupants au Canada, soit le bras Severn, le port de Collingwood (dans la baie Georgienne) et le port de Wheatley (dans le lac Érié), ont été pleinement assainis et retirés de la liste des secteurs préoccupants. La baie Nipigon, dans le lac Supérieur, devrait être le quatrième secteur à être retiré de la liste plus tard cette année.
  • Le gouvernement du Canada s'est engagé à verser 3,5 millions de dollars chaque année pour lutter contre la menace que représente la carpe asiatique dans les Grands Lacs.
  • Depuis 2006, le gouvernement du Canada a consacré environ 643 millions de dollars aux infrastructures de traitement des eaux usées dans les collectivités situées aux abords et dans les environs du bassin des Grands Lacs afin de contribuer à améliorer la qualité de l'eau.
  • Dans la région des Grands Lacs, le Canada a réalisé d'importants progrès dans la réduction des produits chimiques préoccupants depuis 20 ans, notamment une réduction de plus de 95 % des produits à forte concentration de diphényles polychlorés entreposés en Ontario, de 90 % des rejets de mercure dans le bassin des Grands Lacs, de plus de 98 % des sources, des utilisations et des rejets de l'alkylplomb en Ontario et de 90 % des rejets totaux de dioxines et de furanes dans le bassin des Grands Lacs.

Citation

« Les Grands Lacs représentent une vaste ressource commune qui renferme une part importante de la réserve mondiale d'eau douce. Ils soutiennent une activité économique qui génère des milliards de dollars, et, pour des millions de Canadiens, ils sont une source directe d'eau potable. Les cibles de réduction du phosphore proposées pour le lac Érié sont une étape importante vers la protection accrue des Grands Lacs et font suite aux mesures importantes qu'a prises notre gouvernement pour améliorer la qualité de l'eau et protéger la santé des Canadiens. »
- L'honorable Leona Aglukkaq, ministre de l'Environnement, ministre de l'Agence canadienne de développement économique du Nord et ministre du Conseil de l'Arctique

Lien connexe

Les commentaires du public sont acceptés jusqu'au 31 août 2015.

Page Twitter d'Environnement Canada

Page Facebook d'Environnement Canada

 

SOURCE Environnement Canada

Renseignements : Ted Laking, Directeur des communications, Cabinet de la ministre de l'Environnement; Relations avec les médias, Environnement Canada, 819-934-8008

RELATED LINKS
http://www.ec.gc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.