Le Front commun fait des gains significatifs pour les travailleuses et les travailleurs du secteur public

MONTRÉAL, le 20 déc. 2015 /CNW Telbec/ - Les porte-parole du Front commun ont présenté aujourd'hui le contenu de l'entente de principe intervenue auprès du Conseil du trésor à la suite d'un blitz de négociation cette semaine. Cet accord sera recommandé aux instances des organisations membres du Front commun pour consultations en assemblées générales au cours des prochaines semaines.

« Tout au long de cette négociation, le Front commun a fait valoir deux priorités, a rappelé le président de la CSN, Jacques Létourneau : stopper l'appauvrissement des salariés du secteur public et mettre fin au retard salarial avec les autres travailleurs québécois. Globalement, on parle d'une enveloppe de 10,25 % en 5 ans, ce n'est pas rien! Nous avons bien sûr fait des compromis, mais nous avons surtout forcé le gouvernement à sortir de son cadre financier initial. C'est l'ensemble des travailleuses et des travailleurs du secteur public qui en sortent gagnant! »

Le règlement salarial prévoit un montant forfaitaire de 1 % en 2015 et des augmentations salariales de 1,5 % en 2016, 1,75 % en 2017 et 2 % en 2018. En 2019, les travailleuses et les travailleurs obtiendront une hausse salariale moyenne de 2,4 %, en raison de l'entente sur les relativités salariales. C'est plus de 90 % des emplois qui auront une majoration de plus de 2 % grâce à cette restructuration salariale, et ce, dès le 2 avril 2019. Un montant forfaitaire supplémentaire de 0,5 %, applicable à tous, a également été obtenu. Les gains en rémunération obtenus aux tables sectorielles représentent, quant à eux, 1,1 % de la masse salariale.

« Au cours des dernières semaines, le gouvernement nous a clairement fait comprendre qu'aucune entente ne serait possible sans un mouvement de notre part quant à l'âge de la retraite et qu'il prendrait les mesures nécessaires si nous nous y opposions, a indiqué Lucie Martineau, porte-parole du SISP. On sait lire entre les lignes. Nous avons donc travaillé à minimiser les impacts par la voie de la négociation. L'âge de la retraite sans pénalité actuarielle passera à 61 ans en 2019 seulement, mais ceux et celles ayant 30 années de service pourront quitter dès 60 ans sans pénalité. Pour ceux qui auraient accumulé 30 années de service s'ils avaient travaillé jusqu'à 60 ans, mais qui voudraient quitter avant, le nombre d'années de pénalité sera appliqué sur la base du 60 ans, et non pas 61 ans. »

Quant à la pénalité actuarielle, elle passera à 6 % en 2020. « Il ne s'agit pas d'une concession, précise Lucie Martineau. C'est le taux qui correspond à l'équilibre entre les salariés prenant une retraite anticipée et les autres cotisants. Les chiffres fournis par la CARRA nous l'ont démontré : à 4 %, les salariés prenant une retraite anticipée étaient "financés" par les autres salariés. Il y avait clairement un déséquilibre. »

« On n'aime jamais présenter la préservation d'acquis comme un gain, mais quand on regarde l'ampleur des concessions qui étaient demandées par le gouvernement au début de cette négociation, on doit se rendre à l'évidence, souligne le président de la FTQ, Daniel Boyer. Les reculs demandés par le gouvernement, et ce, à l'ensemble des tables de négociation, étaient démesurés. Il voulait revoir les ratios maître-élèves, les règles de pondération pour les élèves en difficulté ainsi que les règles de dépassement de groupe en milieu scolaire, il voulait abolir le temps supplémentaire au cours d'une journée de travail, établir des horaires sur 6 jours par semaine, multiplier les horaires atypiques, forcer les gens à aller travailler à des centaines de kilomètres de leur lieu de travail actuel, multiplier le recours à la sous-traitance, restreindre l'accès aux vacances et aux congés, en plus de restreindre l'accès à l'assurance-invalidité. Afin de faciliter les restructurations impopulaires qu'il impose à nos réseaux publics, il voulait permettre aux employeurs de pouvoir forcer les salariés du secteur public à travailler quand ces premiers le veulent, comment ils veulent et où ils veulent. En bref, une vision de leurs employés comme des pions interchangeables, sans aucun respect de leur autonomie professionnelle. Ces changements auraient gravement porté atteinte à la qualité et à l'accessibilité à nos services publics. La mobilisation historique des membres du Front commun, dans toutes les régions du Québec, a réussi à bloquer cette tentative de destruction de nos services publics. »

Cette entente de principe, qui sera soumise au cours des prochaines semaines à l'ensemble des assemblées générales des syndicats pour adoption, ne signifie pas que la lutte à l'austérité prendra fin, préviennent les dirigeants syndicaux. « Depuis son élection, le gouvernement libéral s'acharne à couper dans tous nos services publics afin de pouvoir allouer des baisses d'impôts aux entreprises et aux mieux nantis de notre société. Les impacts de ces compressions budgétaires se font de plus en plus sentir auprès de la population. Nous continuerons à mettre tout en œuvre afin de préserver nos services publics contre un tel démantèlement », de conclure les porte-parole du Front commun.

À propos
Le Front commun regroupe le Secrétariat intersyndical des services publics (SISP, formé de la CSQ, du SFPQ et de l'APTS), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ). Ensemble, ces organisations représentent plus de 400 000 travailleuses et travailleurs des réseaux de la santé et des services sociaux, de l'éducation, de l'enseignement supérieur et de la fonction publique du Québec. Les conventions collectives du secteur public étaient échues depuis le 31 mars 2015.

 

SOURCE CSN

Renseignements : SOURCE : CSN, SISP, FTQ; Pour renseignements : François L'Écuyer, Confédération des syndicats nationaux (CSN), Cell. : 514 949-8973; Maxime Clément, Secrétariat intersyndical des services publics (SISP), Cell. : 514 442-4823; Isabelle Gareau, Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Cell. : 514 953-0142

RELATED LINKS
www.csn.qc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.