Le FRAPRU s'alarme de la situation du logement à Montréal

MONTRÉAL, le 9 sept. 2014 /CNW Telbec/ - Le Front d'action populaire en réaménagement urbain, qui lançait aujourd'hui un dossier noir sur le logement et la pauvreté au Québec, s'alarme particulièrement de la détérioration de la situation à Montréal. Selon des données provenant de l'Enquête nationale auprès des ménages menée en 2011 par Statistique Canada, 195 170 ménages, représentant 40 % des locataires, consacrent désormais plus que la norme de 30 % de leur revenu pour se loger à Montréal. De ce nombre, 102 480 en paient plus de 50 % dont 53 080 plus de 80 %.

Marie-José Corriveau, responsable des dossiers montréalais au FRAPRU, est scandalisée de ce dernier chiffre qui a bondi de 24 % depuis le recensement de 2006 : « Il est intolérable que 11 % des ménages locataires doivent, mois après mois, verser les 4/5 de leur revenu pour se loger dans une ville comme Montréal. Qu'est-ce qu'il faut aux autorités politiques pour se rendre compte de l'urgence de la situation? ».

Le FRAPRU explique que la sévère pénurie de logements vécue au cours de la dernière décennie a entraîné une hausse du coût du logement qui a de loin dépassé celle des revenus des locataires. Le loyer médian à Montréal est en effet passé de 520 $ en 2001 à 684 $ dix ans plus tard, pour une hausse moyenne de 32 %. Le revenu médian, lui, n'a augmenté que de 20 % au cours de la même période, passant de 27 264 $ à 32 629 $. 

Selon l'organisme, la situation des ménages issus de l'immigration récente est encore plus dramatique. Pas moins de 51 % des locataires ayant immigré entre 2006 et 2011 paient plus de 30 % de leur revenu en loyer à Montréal, 31 % plus de 50 % et 19 % plus de 80 %. Par ailleurs, 29 % des logements habités par ces ménages sont de taille insuffisante. Ce pourcentage est de 9 % chez les autres locataires de Montréal.

Un Montréal pour qui?

Rappelant que les deux-tiers des ménages de Montréal sont locataires et qu'une large partie de ceux-ci sont pauvres, Mme Corriveau souligne qu'au cours des sept premiers mois de 2014, à peine 342 logements locatifs privés ont été mis en chantier sur l'île de Montréal alors que ce fût le cas pour 3885 unités de condominiums : « Pour qui la ville se développe-t-elle », s'interroge la porte-parole, en ajoutant : « Heureusement que le gouvernement finance encore du logement social, ce qui a permis la mise en chantier de 338 logements coopératifs depuis le début de 2014, mais il en faudrait tellement plus pour faire face à tous les problèmes vécus par les locataires montréalais », conclut-elle.

Le FRAPRU demande au maire de Montréal, Denis Coderre, et au ministre responsable de Montréal, Robert Poëti, de réagir publiquement aux données qu'il a divulguées aujourd'hui.

 

SOURCE : Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

Renseignements : Marie-José Corriveau, (514) 708-1050 (cellulaire); 514-522-1010 (bureau); http://www.frapru.qc.ca; @FRAPRU

Profil de l'entreprise

Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.