Le FRAPRU bloque une succursale de la RBC pour réclamer davantage de financement pour le logement social

MONTRÉAL, le 11 déc. 2013 /CNW Telbec/ - Quelques dizaines de membres du Front d'action populaire en réaménagement urbain bloquent présentement les portes d'une succursale de la Banque Royale du Canada (RBC), au 1140, rue Sainte-Catherine ouest, au centre-ville de Montréal. Le FRAPRU réclame que le gouvernement québécois réinstaure la taxe sur le capital pour les banques et les autres institutions financières, ce qui permettrait de générer 600 millions $ de revenus additionnels par année. Selon le FRAPRU, à elle seule, une telle somme permettrait de financer au moins 7000 logements sociaux de plus à chaque année que les 3000 prévus dans le budget 2013-2014 du ministre des Finances, Nicolas Marceau.

Le FRAPRU considère que la gravité de la situation du logement exige des investissements beaucoup plus substantiels de la part du gouvernement québécois qui s'y refuse au nom de l'état actuel des finances publiques. L'organisme appuie ses dires sur les récentes données de L'Enquête nationale auprès des ménages menée en 2011 par Statistique Canada. Celle-ci chiffre à 480 000 le nombre de ménages locataires qui doivent consacrer plus que la norme de 30 % de leur revenu pour se loger. De ce nombre, 228 000 y engloutissent plus de la moitié de leur revenu, ce qui représente une hausse de 12 % par rapport à 2006. Le FRAPRU ajoute que la réalisation de logements locatifs est, quant à elle, au point mort au Québec, avec la mise en chantier d'à peine 4524 unités au cours des neuf premiers mois de 2013, une diminution de 10 % par rapport à la même période l'an dernier.

Le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant, se tourne vers les institutions financières pour fournir le financement nécessaire à de tels investissements : « En 2013, les six plus grandes banques canadiennes ont engrangé des profits de 30,3 milliards $, dont 8,4 milliards $ pour la seule RBC. Elles peuvent et doivent être davantage mises à contribution dans la lutte contre la pauvreté et l'amélioration des services publics. Elles n'auraient jamais dû être libérées de la taxe sur le capital, comme elles l'ont été en 2011. Réintroduire cette taxe est une simple question de justice fiscale ». Le FRAPRU rappelle que la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, dont il est membre, a proposé toute une série de solutions et de mesures fiscales qui, si elles étaient acceptées par le gouvernement québécois, lui permettrait d'aller chercher 10 milliards $ de revenus additionnels, sans imposer, taxer ou tarifer davantage la classe moyenne.

SOURCE : Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

Renseignements :

François Saillant (514) 919-2843 (cellulaire)
www.frapru.qc.ca

@frapru

Profil de l'entreprise

Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.