Le financement pluriannuel prévu au budget est bien accueilli, mais une augmentation substantielle des allocations annuelles est requise pour bâtir au fil du temps un système de services de garde à l'enfance de qualité, accessibles et abordables

OTTAWA, le 22 mars 2017 /CNW/ - Ceux et celles qui militent en faveur de services de garde abordables se réjouissent de l'engagement du gouvernement fédéral à investir sur plusieurs années dans les services éducatifs et de garde à l'enfance. Par contre, ils affirment que les augmentations annuelles prévues au cours des premières années sont insuffisantes pour financer les mesures urgentes requises pour améliorer l'accès, l'abordabilité et la qualité des services.

« Nous nous réjouissons de l'engagement à long terme du gouvernement fédéral, car il y avait longtemps qu'on n'avait pas vu de leadership fédéral dans ce domaine. Mais nous sommes déçus que ce budget ne soit pas plus ambitieux, notamment au chapitre des dépenses allouées les premières années de la période de dix ans », a dit Morna Ballantyne, directrice générale de l'Association canadienne pour la promotion des services de garde à l'enfance (ACPSGE).

Pour que le système atteigne l'envergure requise et que des services de garde de qualité soient abordables pour les parents, madame Ballantyne a expliqué qu'il fallait augmenter substantiellement chaque année le financement annuel fédéral, et ce, à compter de 2018-2019.

Le budget fédéral 2017 accroît le financement de seulement cinq millions de dollars de 2018-2019 à 2020-2021. Il n'y a pas d'augmentation en 2021-2022. Par la suite, le financement grimpe à 725 millions de dollars en 2022-2023 pour augmenter lentement chaque année suivante jusqu'à ce que l'allocation atteigne 870 millions de dollars en 2026-2027.

L'ACPSGE note que la promesse de dépenses substantielles pour les programmes d'apprentissage préscolaire et de garde d'enfants, notamment les programmes destinés aux enfants autochtones vivant dans les réserves et hors réserves, démontre la volonté ferme du gouvernement fédéral d'aider à répondre aux besoins des parents et des enfants. Toutefois, les sept milliards de dollars sur dix ans sont nettement inférieurs aux sommes requises pour développer un système de services de garde de qualité entièrement accessibles et abordables. La référence en matière de dépenses pour un système complet, une référence largement utilisée à l'échelle internationale, est de 1 p. cent du PIB. Des dépenses de cette magnitude s'imposent pour que le Canada soit sur un pied d'égalité avec les pays de l'OCDE dotés d'un système d'éducation préscolaire et garde à l'enfance entièrement développé.

L'ACPSGE a instamment invité le gouvernement fédéral à collaborer avec les provinces, les territoires et les dirigeants autochtones et à consulter comme il se doit le milieu des services de garde à l'enfance au cours de la prochaine année afin d'élaborer, en prévision du prochain budget, un plan de financement à long terme plus généreux en matière de services éducatifs et de garde à l'enfance. L'ACPSGE a également demandé avec instance une consultation exhaustive du milieu des services de garde pour déterminer les modalités de création des 40 000 nouvelles places subventionnées au cours des trois prochaines années promises dans le Budget 2017.

« Nous connaissons les avantages de faire les choses correctement : Les citoyens les plus jeunes du Canada recevront les meilleurs soins possibles, les parents recevront le soutien dont ils ont besoin, le taux de participation des mères au marché du travail augmentera et tous ces facteurs contribueront à d'importants gains économiques pour les enfants, les parents et les mères ainsi que pour l'économie canadienne au complet ».

Le Budget 2017 annonce également une modification au congé de maternité et parental du Régime d'assurance emploi. Les parents pourront étendre leurs prestations sur dix-huit mois. L'ACPSGE soutient que cette réforme aidera un petit nombre seulement de nouveaux parents.

« Notre organisation et beaucoup d'autres groupes ont insisté auprès du gouvernement afin qu'il rende le congé parental du Régime d'assurance emploi accessible à un plus grand nombre de parents en modifiant ses règles d'admissibilité et en augmentant le niveau des prestations pour que tous les parents qui travaillent puissent se permettre financièrement de prendre congé, a dit Madame Ballantyne. Sur cette question, le gouvernement a manqué une belle occasion d'apporter de véritables changements ».

L'Association canadienne pour la promotion des services de garde l'enfance, un organisme formé de membres, milite pour l'amélioration des politiques en matière de services éducatifs et de garde à l'enfance au Canada.

 

SOURCE ASSOCIATION CANADIENNE POUR LA PROMOTION DES SERVICES DE GARDE A L'ENFANCE

Renseignements : Morna Ballantyne, directrice générale, 613-791-3411, ed@ccaac.ca

LIENS CONNEXES
www.ccaac.ca

Profil de l'entreprise

ASSOCIATION CANADIENNE POUR LA PROMOTION DES SERVICES DE GARDE A L'ENFANCE

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.