Le CPQ attribue une bonne note au budget de Québec 2017-2018

MONTRÉAL, le 28 mars 2017 /CNW Telbec/ - « Dans un contexte économique incertain et en changement, le CPQ attribue une bonne note au budget provincial présenté aujourd'hui, compte tenu de certaines priorités d'investissement choisies par le gouvernement et appuyées par les employeurs du Québec, notamment en éducation et formation, en transport et infrastructures, ainsi qu'en mesures d'aide aux entreprises. Surtout qu'il s'agit du troisième budget équilibré et qu'il prévoit le maintien de l'équilibre budgétaire pour les cinq prochaines années » a commenté le président-directeur général du CPQ (Conseil du patronat du Québec), Yves-Thomas Dorval.

Éducation et formation de la main-d'œuvre: des investissements bienvenus

Le CPQ tient à saluer le réinvestissement de Québec dans l'éducation de nos jeunes avec 3,4 G$ sur cinq ans qui seront consacrés à la réussite éducative dès la petite enfance (130 M$), à l'amélioration de l'accompagnement des élèves (1,8 G$) et à l'enseignement supérieur (1,5 G$). Par ailleurs, en donnant suite à ses engagements suivant le Rendez-vous national sur la main-d'œuvre qui confirmaient les demandes du CPQ de se doter d'une stratégie nationale dédiée, le gouvernement prévoit des investissements de 290 M$ qui permettront de combler les métiers en demande, d'appuyer le développement du capital humain et l'intégration de la main-d'œuvre immigrante, tout en aidant les entreprises dans la gestion de ses ressources humaines.

« Ces engagements stratégiques reflètent d'importantes préoccupations pour les employeurs, qui font face à des enjeux de main-d'œuvre centraux à leur capacité de demeurer compétitifs dans un monde en profonde mutation technologique et où plusieurs besoins ciblés du marché du travail demeurent non-comblés », selon M. Dorval.

Le CPQ suivra de près la mise en place de la Stratégie nationale sur la main-d'œuvre, et réitère l'importance que les employeurs puissent participer activement à la gouvernance des institutions d'enseignement, dont les cursus doivent répondre aux impératifs liés aux compétences technologiques et à certains secteurs où les lacunes de capital humain sont préoccupantes.

Investir dans les infrastructures de transport équivaut à investir dans notre compétitivité nationale

L'engagement du gouvernement en matière de mobilité est bien accueilli par le CPQ. L'organisme tient particulièrement à souligner le choix de construire trois projets majeurs de transport collectif (le Réseau électrique métropolitain, le prolongement de ligne bleue du métro de Montréal et le service rapide par bus Québec-Lévis) ainsi que l'aide de 475 M$ sur cinq ans accordée à l'Autorité régionale de transport métropolitain. L'organisme salue l'investissement de 333 M$ pour soutenir le développement du transport collectif partout au Québec.

Par ailleurs, le CPQ rappelle l'importance d'adopter rapidement une politique nationale de mobilité durable touchant les différents modes de transport, incluant le transport des marchandises, et les principaux pôles logistiques, afin d'accompagner efficacement le Québec à opérer sa transition énergétique et à atteindre ses cibles de réduction de gaz à effet de serre. À cet effet, il est heureux de constater que le gouvernement a confirmé son intention d'aller de l'avant avec une telle politique au cours de la prochaine année, et d'investir 82 M$ en matière d'électrification des transports qui seront gérés par Transition énergétique Québec.

Enfin, le CPQ souligne son appréciation de voir que la contribution prévue du gouvernement du Québec dans les infrastructures publiques représente 10 G$ en moyenne au cours des quatre prochaines années. Toutefois, il aurait souhaité voir un engagement du gouvernement en lien avec la mise en place d'une stratégie dédiée à l'écosystème de la construction, dont les nombreux enjeux de compétitivité et le poids économique en font un secteur primordial pour la prospérité du Québec.

Des mesures d'aide aux entreprises qui misent sur la stimulation durable de leur croissance

Le CPQ souligne l'intention du gouvernement de s'engager à stimuler la recherche et l'innovation dans plusieurs secteurs d'activité en investissant 830 M$ d'ici cinq ans et de vouloir appuyer les investissements en instaurant une déduction additionnelle pour amortissement de 35% et en prolongeant le congé fiscal pour grands projets d'investissement.

« Il s'agit de moteurs essentiels au développement économique et le gouvernement a voulu marquer leur importance avec une distribution significative des fonds. Nous attendons maintenant de voir atterrir ces aides sur le terrain, car l'investissement des entreprises n'est pas encore assez robuste pour donner un nouvel élan à une prospérité durable », ajoute M. Dorval.

Le gouvernement réitère également une série d'investissements en capital de risque pour le développement régional qui permettront d'offrir une certaine stabilité à des projets en région, notamment dans le secteur des ressources naturelles et de l'agroalimentaire. De plus, le gouvernement a élargi la mesure sur l'exonération des gains en capital dans le cas de transferts familiaux à l'ensemble des secteurs, tel que demandé par le CPQ.

Par ailleurs, le CPQ réitère l'importance que le gouvernement s'attaque à l'encadrement fiscal du commerce en ligne, pour lequel le Québec subit d'importantes pertes annuelles en recettes fiscales.

Une stabilité budgétaire qui doit se perpétrer

Le CPQ constate avec satisfaction qu'il y a une volonté de poursuivre l'assainissement des finances publiques, malgré une croissance des dépenses de programmes de 4,1 % en 2017-2018. Il salue d'ailleurs l'intention du gouvernement de prévoir une provision pour éventualité maintenue à 100 M$ et d'augmenter encore sa contribution au Fonds des générations ainsi que sa volonté d'abolir la contribution santé.

« Québec répond aux besoins criants dans les secteurs importants de la santé et de l'éducation tout en gardant le cap sur l'équilibre budgétaire et la réduction de la dette. Nous sommes satisfaits du revirement budgétaire qui s'opère au Québec depuis 4 ans », se réjouit M. Dorval. 

Le CPQ critique enfin la prolongation de cinq ans de la taxe compensatoire des institutions financières, dont il aurait souhaité voir l'abolition, et invite le gouvernement de rassurer l'industrie par davantage de signaux de stabilité.

Regroupant plusieurs des plus grandes entreprises du Québec, le Conseil du patronat du Québec réunit aussi la vaste majorité des associations patronales sectorielles, ce qui en fait la seule confédération patronale du Québec. Il représente directement et indirectement plus de 70 000 employeurs de toutes tailles, tant du secteur privé que public, ayant des activités au Québec.

 

SOURCE Conseil du patronat du Québec

Renseignements : Camilla Sironi, Conseillère principale - Communications et relations avec les médias, csironi@cpq.qc.ca, Bureau : 514-288-5161 poste 243, Cell. : 514-265-5471

LIENS CONNEXES
http://www.cpq.qc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.