Le Canada en mauvaise santé : La majorité des provinces obtiennent un « D » pour les facteurs qui influencent l'utilisation des soins de santé

OTTAWA, le 16 mai 2013 /CNW/ -La Colombie-Britannique est la seule province à recevoir une note globale de « A » dans l'analyse menée par Le Conference Board du Canada sur l'état de santé des populations des provinces. 

Six provinces ont obtenu une note de « D » pour les indicateurs de l'état de santé des populations, dont l'incidence de certaines maladies et le taux de mortalité attribuable à une maladie. Ce classement de l'état de santé des populations canadiennes fait partie d'un important rapport intitulé Paving the Road to Higher Performance: Benchmarking Provincial Health Systems (et dont le résumé a été traduit sous le titre Cap sur un meilleur rendement : Analyse comparative des régimes de santé provinciaux), qui sera diffusé le jeudi 23 mai.

« De nombreux indicateurs dans cette catégorie sont liés à des états de santé qui entraîneront une augmentation de la demande de services de santé », a expliqué Gabriela Prada, directrice, Innovation, Politique et Évaluation en matière de santé. 

« Notre analyse n'a pas pour objectif de blâmer les provinces qui réussissent moins bien pour un indicateur ou un autre, a précisé Mme Prada. Nous espérons plutôt signaler les succès et les écarts, pour que toutes les provinces soient en mesure de prendre les décisions qui leur permettront d'améliorer leur régime de santé et la santé de leur population. »

Les résultats publiés aujourd'hui sont les premiers d'une série de quatre que Le Conference Board du Canada rendra publics dans la foulée de son analyse comparative des régimes de soins de santé provinciaux, menée par l'Alliance canadienne pour des soins de santé durables. En tout, cette analyse comparative a mesuré 90 indicateurs, regroupés dans les catégories des facteurs liés au style de vie, de l'état de santé, des ressources des régimes et du rendement des régimes.

FAITS SAILLANTS
  • La Colombie-Britannique obtient globalement une note de « A » pour l'état de santé de sa population. Elle remporte aussi un « A » dans les trois sous-catégories : espérance de vie et état de santé autodéclaré; incidence des maladies; et mortalité attribuable à la maladie.
  • L'incidence de diverses maladies, dont le diabète, l'hypertension et les troubles de l'humeur, continue d'augmenter au Canada.
  • La mortalité attribuable au diabète, de même qu'aux maladies circulatoires et respiratoires, a décliné, malgré une augmentation de l'incidence de ces maladies.

La catégorie de l'état de santé contient 30 indicateurs divisés en trois sous-catégories :

  • Espérance de vie et état de santé auto-déclaré (neuf indicateurs)
  • Incidence des maladies (13 indicateurs)
  • Mortalité attribuable à la maladie (huit indicateurs)

La Colombie-Britannique obtient des « A » dans les trois sous-catégories. L'Alberta, l'Ontario et le Québec obtiennent une note globale de « B » et soit « B » soit « A » dans les sous-catégories. La Saskatchewan, le Manitoba et les quatre provinces de l'Atlantique reçoivent toutes une note globale de « D ».

Dans la sous-catégorie de l'espérance de vie et de l'état de santé auto-déclaré, la Colombie-Britannique et le Québec obtiennent une note de « A », tandis que l'Alberta, l'Ontario et l'Île-du-Prince-Édouard s'en tirent avec des « B ».

Au plan international, le Canada a de bons résultats au chapitre des bébés qui présentent un faible poids à la naissance. Même les provinces qui présentent des taux relativement élevés de bébés au faible poids à la naissance soutiennent avantageusement la comparaison avec les pays comparables. Toutefois, les provinces canadiennes s'en tirent moins bien pour la mortalité infantile, un indicateur qui sert souvent à surveiller la santé des enfants et le mieux-être d'une société au fil du temps. Même si la mortalité infantile a diminué de plus de 50 p. 100 depuis les années 1980, les provinces canadiennes qui s'en tirent le mieux pour cet indicateur se situent seulement dans le milieu du peloton des pays comparables.

Pour ce qui est de l'incidence des maladies, le Canada obtient des résultats médiocres. Globalement, il arrive en quatrième place, parmi les 34 pays membres de l'OCDE, pour la prévalence du diabète. L'incidence de l'hypertension et des troubles de l'humeur a aussi augmenté au Canada.

Neuf provinces obtiennent des notes de « A » ou « B » pour l'indicateur des nouveaux cas déclarés d'infection au VIH. La Saskatchewan fait exception, avec 19,6 nouveaux cas déclarés par tranche de 100 000 habitants en 2011, soit plus de deux fois la moyenne nationale de 7,6.

Dans la sous-catégorie de la mortalité attribuable à une maladie, l'Ontario et la Colombie-Britannique remportent des notes de « A ». L'Alberta obtient une bonne note globale de « B », mais elle reçoit un « C » pour trois des huit indicateurs examinés. Par contre, l'Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador arrivent bons derniers, avec des « D » pour au moins la moitié des indicateurs de la mortalité.

Le Manitoba et la Saskatchewan reçoivent des notes de « D » pour la mortalité attribuable au suicide. Comme les taux de suicide sont de cinq à sept fois plus élevés chez les jeunes Inuits et les jeunes des Premières nations que chez les jeunes non-autochtones, la forte proportion d'Autochtones dans ces provinces peut expliquer le taux relativement élevé de suicides qui les caractérise.

Le Conference Board du Canada a comparé le rendement des provinces au moyen de sa méthode de classement qui s'appuie sur l'attribution de notes A-B-C-D. Pour attribuer ces notes aux divers indicateurs, il suit la méthode suivante :

  • Pour chaque indicateur, il calcule l'écart entre la province qui obtient le meilleur rendement et celle qui a le rendement le plus faible, et divise le chiffre obtenu par quatre;
  • Une province reçoit un « A » pour un indicateur si son résultat se situe dans le premier quartile, un « B » s'il est dans le deuxième, un « C » s'il est dans le troisième et un « D » s'il est dans le dernier.
  • Cette méthode fait que les régions qui obtiennent un « A » pour un indicateur sont celles qui réussissent nettement mieux par rapport à la fourchette des rendements des autres provinces.

Les aspects analysés et comparés dont il reste à publier les résultats sont :

  • Les facteurs liés au style de vie - publication le vendredi 17 mai
  • Les ressources et le rendement des régimes de santé - publication le mercredi 22 mai
  • Les notes globales - publication le jeudi 23 mai

Les résultats globaux seront révélés par Le Conference Board du Canada au Sommet de l'Ouest sur la santé et les soins de santé durables qu'il organise à Edmonton, les 22 et 23 mai, à l'hôtel Westin. Ce sommet sera une occasion pour tous les intervenants de l'Ouest canadien de se réunir, d'échanger des idées et de discuter des changements à apporter aux régimes de soins de santé et des moyens d'améliorer la santé des Canadiens.

L'Alliance canadienne pour des soins de santé durables est un groupe de recherche et de dialogue créé en 2011 par Le Conference Board du Canada. Elle compte étudier en profondeur les différentes facettes des enjeux qui se posent aux soins de santé au Canada, dont le financement, la santé en milieu de travail et les institutions, afin de produire des analyses qualitatives et quantitatives prospectives et de proposer des solutions qui contribueront à la durabilité du régime canadien de santé.

SOURCE : Le Conference Board du Canada

Renseignements :

PERSONNE-RESSOURCE 
Brent Dowdall
Relations avec les médias
Téléphone : 613-526-3090, poste 448
corpcomm@conferenceboard.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.