Le BST publie sa nouvelle Liste de surveillance et adopte une approche plus dynamique par rapport aux principaux enjeux de sécurité

OTTAWA, le 31 oct. 2016 /CNW/ - Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié aujourd'hui sa toute dernière Liste de surveillance. À cette occasion, le Bureau annonce également qu'il adoptera une approche plus dynamique pour amener le gouvernement et les chefs de file de l'industrie à dialoguer et à prendre des mesures concrètes dans le but d'améliorer la sécurité dans tout le réseau des transports au Canada.

« Le temps de mettre un problème sur la table puis d'attendre que d'autres le remarquent est révolu, a déclaré Kathy Fox, présidente du BST. Au cours des jours et des semaines à venir, nous allons rencontrer les intervenants clés pour les inciter à agir concrètement, puis nous publierons les résultats de ces rencontres. »

La nouvelle édition de la Liste de surveillance, qui énumère les principaux enjeux de sécurité qu'il faut s'employer à régler dans les modes de transport aérien, ferroviaire, maritime et par pipeline, comprend deux nouveaux enjeux. « La fatigue a été un facteur relevé dans de nombreuses enquêtes ferroviaires, tout particulièrement lorsque des trains de marchandises étaient en cause, souligne Madame Fox. Trop d'équipes de train n'obtiennent pas le repos dont elles ont besoin, que ce soit à cause de quarts de travail trop longs ou d'horaires irréguliers qui perturbent le sommeil normal. Il est temps que le secteur ferroviaire commence à appliquer les principes de la science de la fatigue lors de l'établissement des horaires d'équipes, plutôt que de demander d'autres études sur le sujet. »

Madame Fox poursuit avec le second ajout à la liste d'enjeux, soit la lenteur de Transports Canada à réagir aux recommandations antérieures du BST, problème qui risque d'avoir des conséquences désastreuses pour tous les aspects du réseau des transports. « À l'heure actuelle, 52 recommandations du BST sont en suspens depuis 10 ans ou plus. Plus d'une trentaine de celles-ci perdurent depuis plus de vingt ans, ajoute Madame Fox. Aucune excuse raisonnable ne peut justifier un tel délai, surtout lorsque TC convient que des mesures s'imposent. »

Madame Fox ajoute que les « bonnes intentions » du gouvernement ne suffisent pas pour réduire les risques de sécurité très réels auxquels il faut s'attaquer. « Si cela était suffisant, les mêmes accidents ne se répéteraient pas, et nous n'aurions nul besoin d'une Liste de surveillance. »

Huit des dix enjeux qui figurent sur la Liste de surveillance de cette année y étaient dans les versions antérieures. L'un de ces enjeux antérieurs, la sécurité aux passages à niveau ferroviaires, a été retiré de la liste comme suite à d'importantes mesures prises par Transports Canada, les chemins de fer et les administrations routières -- y compris une nouvelle réglementation pour les passages à niveau et une baisse du nombre d'accidents à ces endroits.

Quant aux autres enjeux sur la Liste de surveillance de cette année, Madame Fox ajoute que les systèmes de gestion de la sécurité ne sont toujours pas obligatoires dans tous les modes de transport, et que TC doit en assurer une surveillance efficace. La culture de sécurité dans l'industrie de la pêche doit changer pour prévenir les décès et blessures qui auraient pu être évités. Malgré les rigoureuses mesures de sécurité prises par TC à l'égard du transport de liquides inflammables par rail, les risques persisteront à l'échelle du système tant que des contrôles efficaces du risque et les normes sur les nouveaux wagons-citernes ne seront pas entièrement mis en œuvre. Il n'y a toujours pas de plan en place pour adopter des moyens de défense physiques contre le non-respect des indications des signaux ferroviaires. Le secteur ferroviaire ne tire pas parti des avantages de sécurité que procurent les enregistreurs audio-vidéo dans les cabines de locomotive. Les compagnies aériennes doivent surveiller de plus près les approches non stabilisées qui se poursuivent jusqu'à l'atterrissage pour prévenir les accidents. Certains aéroports accroissent la sécurité en bout de piste afin de réduire les risques de sorties en bout de piste. Par contre, rien n'oblige tous les grands aéroports de le faire. Enfin, le risque d'incursions sur piste demeure trop élevé, et un accident catastrophique pourrait se produire.

ENJEUX DE LA LISTE DE SURVEILLANCE 2016

Multimodal

Gestion de la sécurité et surveillance
Lenteur de la réaction aux recommandations du BST

Maritime

Sécurité de la pêche commerciale

Ferroviaire

Systèmes de gestion de la fatigue des équipes de train
Respect des indications des signaux ferroviaires
Enregistreurs audio-vidéo de bord
Transport de liquides inflammables par rail

Aéronautique

Risques de collision sur les pistes
Sorties en bout de piste
Approches non stabilisées

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipelines, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Le BST dispose d'un site Web à l'adresse www.bst.gc.ca. Obtenez de l'information à jour au moyen de fils RSS, Twitter (@BSTCanada), YouTube, Flickr et notre blogue.

 

SOURCE Bureau de la sécurité des transports du Canada

Renseignements : Bureau de la sécurité des transports du Canada, Relations avec les médias, 819-994-8053, media@tsb.gc.ca

RELATED LINKS
http://www.bst.gc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.