Le BST demande de la formation sur l'évacuation subaquatique et l'installation de ceintures-baudriers pour accroître les chances de survie dans les accidents d'hydravion

RICHMOND HILL, ON, le 23 oct. 2013 /CNW/ - Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié aujourd'hui son rapport d'enquête (A12O0071) sur l'accident mortel d'un hydravion au lac Lillabelle (Ontario), en 2012, rapport qui souligne que la formation sur l'évacuation et le port de ceintures-baudriers auraient pu accroître les chances de survie des victimes.

Le 25 mai 2012, un hydravion à flotteurs Beaver de Havilland, exploité par Cochrane Air Service, a percuté le plan d'eau après un amerrissage interrompu au lac Lillabelle, dans le Nord de l'Ontario. Des vents en rafale ayant empêché l'aéronef de se poser sur l'eau, le pilote a remis les gaz. Toutefois, lorsque le pilote a appliqué la pleine puissance et que l'aéronef a commencé à reprendre de l'altitude, la vitesse anémométrique a chuté soudainement. L'aéronef a effectué un mouvement de lacet vers la gauche, puis un roulis. Ce roulis a probablement entraîné un décrochage, et l'aéronef, se trouvant à une altitude insuffisante pour que le pilote en reprenne la maîtrise, s'est retourné, a percuté l'eau et s'est trouvé partiellement submergé. Les trois personnes à bord avaient survécu à l'impact initial, mais une seule d'entre elles a réussi à évacuer l'épave; les deux autres se sont noyées.

Le BST fait donc deux recommandations qui visent à accroître les chances que quiconque survit à un écrasement d'hydravion arrive aussi à se tirer vivant de l'épave. « Dans une situation d'urgence, on ne dispose que de quelques secondes pour s'orienter et évacuer l'aéronef : une formation adéquate peut faire la différence entre la vie et la mort. Les pilotes qui ont une formation sur l'évacuation subaquatique ont de meilleures chances d'évacuer un aéronef submergé - ainsi qu'une meilleure chance d'aider leurs passagers à évacuer l'aéronef », a dit Wendy Tadros, présidente du BST. « Les ceintures-baudriers seraient aussi d'une aide précieuse. Trop de passagers qui survivent à l'écrasement d'un hydravion se noient parce qu'ils ont été victimes d'un traumatisme crânien et sont donc incapables d'évacuer l'épave. »

Le BST recommande que tous les équipages d'hydravions en service commercial reçoivent une formation sur l'évacuation subaquatique (A13-02), et que tous les sièges de passagers des hydravions commerciaux certifiés pour le transport de neuf passagers ou moins soient munis de ceintures de sécurité comprenant une ceinture-baudrier (A13-03).

Ces nouvelles recommandations s'ajoutent à deux recommandations en suspens qui visent à rendre les hydravions plus sécuritaires. Dans son enquête sur l'écrasement mortel d'un hydravion qui a fait six victimes à Lyall Harbour (Colombie-Britannique) (A09P0397) en 2009, le Bureau a fait deux recommandations : l'une visant l'installation de portes et de fenêtres largables afin de faciliter l'évacuation (A11-05), et l'autre concernant le port de vêtements de flottaison individuels pour tous les passagers (A11-06).

Transports Canada s'est engagé à rendre les vêtements de flottaison obligatoires, mais ne s'est pas engagé à exiger que les portes et fenêtres d'hydravions soient plus faciles à enlever après un écrasement. « Lorsqu'un hydravion s'abîme sur l'eau, environ 70 % des victimes de l'écrasement périssent par noyade. Les quatre recommandations du Bureau visent à changer cela », a dit madame Tadros. « Transports Canada doit accorder à chacune de ces quatre recommandations tout le sérieux qu'elle mérite, et doit prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter que d'autres personnes perdent la vie dans un accident qui offrait des chances de survie. »

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.


FICHE D'INFORMATION

Recommandations concernant l'écrasement d'un hydravion
Beaver de Havilland DHC-2 (A12O0071)
près du lac Lillabelle (Ontario) en mai 2012

Événement

Le 25 mai 2012, l'hydravion Beaver de Havilland DHC-2 Mk. 1, exploité par Cochrane Air Service, décolle du lac Edgar (Ontario) avec à son bord le pilote, 2 passagers et 300 livres de fret à destination de la base principale de l'entreprise, située sur les berges du lac Lillabelle (Ontario) à environ 77 milles au sud. À l'arrivée, le pilote tente d'effectuer un amerrissage en direction sud-ouest, selon une trajectoire traversant le lac sur sa partie étroite, étant donné que les vents sont favorables dans cette direction. Constatant que la distance est insuffisante pour poser l'appareil, le pilote remet les gaz à pleine puissance. Peu de temps après, l'aéronef s'incline rapidement vers la gauche et frappe l'eau en position partiellement inversée. L'avion s'immobilise sur le fond boueux du lac, en partie suspendu par les flotteurs, qui sont toujours en bon état. Le passager occupant le siège avant réussit à sortir de l'aéronef et est secouru. Le pilote et le passager occupant le siège arrière sont incapables de sortir et se noient. La radiobalise de repérage d'urgence s'est activée au moment de l'impact.

Recommandations - lac Lillabelle (Ontario) (A12O0071)

Ces recommandations visent toutes à accroître les chances que les occupants d'hydravions réussissent à sortir de l'épave et ne perdent pas la vie dans un accident offrant des chances de survie.

Le ministère des Transports exige que tous les équipages d'hydravions commerciaux suivent une formation sur l'évacuation subaquatique.

A13-02

  • Le BST est d'avis que la formation sur l'évacuation subaquatique peut avoir une réelle incidence, et que les pilotes qui ont reçu cette formation ont de meilleures chances d'évacuer un aéronef submergé, et ainsi de meilleures chances d'être en mesure d'aider leurs passagers à évacuer l'aéronef.

Le ministère des Transports exige l'installation de ceintures-baudriers sur tous les sièges des hydravions en service commercial homologués pour le transport de 9 passagers ou moins.

A13-03

  • Le BST estime que, compte tenu des risques supplémentaires liés aux accidents sur l'eau, l'installation de baudriers pour tous les passagers d'hydravions permettrait de réduire les risques de blessures entraînant une incapacité physique, et améliorerait ainsi les chances d'évacuation des occupants.

Préoccupation liée à la sécurité - lac Lillabelle (Ontario) (A12O0071)

Le Bureau craint que les vibrations aérodynamiques du DHC-2 ne fournissent pas aux pilotes un avertissement adéquat de l'imminence d'un décrochage.

Processus

En vertu de la Loi sur le Bureau canadien d'enquête sur les accidents de transport et de la sécurité des transports, les ministres fédéraux doivent répondre de manière officielle aux recommandations du BST et expliquer ce qu'ils ont fait ou ce qu'ils feront pour régler les lacunes de sécurité. En date du 23 octobre 2013, la ministre des Transports a 90 jours pour répondre aux recommandations émises dans le cadre de l'enquête A12O0071.

À partir d'un guide des critères d'évaluation qui inclut les désignations de l'état des recommandations), le Bureau évalue les réponses et leur efficacité globale. Chaque réponse est évaluée comme étant entièrement satisfaisante, comme ayant une intention satisfaisante, comme étant en partie satisfaisante, ou comme étant non satisfaisante. Les progrès effectués en vue de répondre aux recommandations du BST sont évalués par le Bureau sur une base récurrente.

RECOMMANDATIONS EN SUSPENS CONCERNANT LES HYRDRAVIONS

Recommandations - Lyall Harbour (Colombie-Britannique) (A09P0397)

Le ministère des Transports exige que les sorties normales et les issues de secours des hydravions commerciaux, neufs et actuellement en service, permettent une évacuation rapide après un impact avec l'eau offrant des chances de survie.

A11-05 (Évaluation impossible)

Le ministère des Transports exige que les occupants d'hydravions commerciaux portent un dispositif individuel qui assure leur flottaison après une évacuation d'urgence.

A11-06 (Intention satisfaisante)

À la suite de l'accident survenu à Lyall Harbour, Transports Canada a créé des affiches et des brochures visant à sensibiliser les passagers d'hydravions au rôle qu'ils jouent dans la sécurité. Les passagers devraient s'informer avant d'embarquer dans un hydravion. De plus amples renseignements sont disponibles sur le site Web de Transports Canada : http://www.tc.gc.ca/fra/aviationcivile/normes/commerce-hydravions-flotteurs.htm.

 

SOURCE : Bureau de la sécurité des transports du Canada

Renseignements :

Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
819-994-8053

Le BST dispose d'un site Web à l'adresse www.tsb.gc.ca. Obtenez de l'information à jour au moyen de fils RSSTwitter @BSTCanada, YouTubeFlickr et notre blogue.


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.